Logo

A la poursuite des Jeux de Tokyo

20 février 2018 | Edition N°2189

Cyrille Thièry sera l’une des pierres angulaires de l’équipe de Suisse aux Championnats du monde sur piste, qui se dérouleront la semaine prochaine.

La nouvelle saison a commencé en Nouvelle-Zélande pour Cyrille Thièry et les membres de l’équipe de Suisse de cyclisme sur piste. Un stage de préparation qui s’est déroulé essentiellement sur route, du 28 décembre au 28 janvier, avec même une course par étapes au programme des Helvètes. De quoi accumuler les kilomètres au chaud, avant la première grande échéance de l’année: les Championnats du monde sur piste d’Apeldoorn, aux Pays-Bas, du 28 février au 4 mars.

«Je m’étais déjà rendu en Nouvelle-Zélande il y a quelques années, mais y passer un mois comme ça, c’est une première, souligne le cycliste chavornaysan, qui a apprécié le séjour. Le second entraîneur national, Ross Machejefski, vient de là-bas. Sa connaissance des lieux et ses contacts nous ont permis de nous entraîner dans d’excellentes conditions, et aussi de profiter pour faire d’autres activités.» De retour en Suisse à fin janvier, les pistards ont, depuis un peu plus de deux semaines, affiné leur coup de pédale au vélodrome de Granges. Vendredi, ils se rendront aux Pays-Bas pour peaufiner les derniers détails avant la compétition.

Objectif prioritaire

La fracture du scaphoïde à un bras de Théry Schir, consécutive à une chute, constitue l’unique ombre au tableau du stage à l’autre bout du monde. Le Lausannois du VC Orbe doit faire l’impasse sur les Mondiaux, dont les sélections officielles ont été rendues publiques hier. Cyrille Thièry sera, lui, aligné lors de la poursuite par équipes, ainsi qu’à la course aux points. Potentiellement, il pourrait aussi faire partie du duo de madison – habituel apanage de Théry Schir –, actuellement constitué de Trsitan Marguet et Gaël Suter. La participation définitive à chaque compétition sera décidée sur place.

«La poursuite par équipes reste l’objectif prioritaire», rappelle Cyrille Thièry, qui faisait partie du quatuor diplômé dans la spécialité aux JO de Rio, en 2016. La majorité des efforts sont et seront concentrés sur la discipline olympique. «Après avoir roulé en début d’hiver aux alentours de 4 minutes, on a pour ambition de le faire en 3’58 dès les qualifications, puis un peu plus vite ensuite. Plus que la place finale, c’est le chrono qui importera, poursuit le Nord-Vaudois. Il s’agit du dernier grand rendez-vous dont les résultats ne compteront pas encore pour la qualification pour les Jeux de Tokyo. C’est le dernier moment pour tester des choses.»

Restera à voir si le vélodrome néerlandaise permettra de telles performances. «La structure de la piste reste identique, mais le bois a été changé depuis la dernière fois où je m’y suis rendu. A priori, l’anneau n’est pas extrêmement rapide», révèle Cyrille Thièry, qui ajoute que la composition des adversaires reste à découvrir: «Les Jeux du Commonwealth auront lieu peu après. Il n’est pas certain que les nations qui s’y rendront enverront leurs meilleurs équipes aux Pays-Bas.»

Dix éléments ont été sélectionnés pour Apeldoorn, parmi lesquels six Romands. Léna Mettraux, du VC Echallens, fait partie de la délégation.

 

La sélection suisse:

Femmes: Léna Mettraux (VC Echallens), Aline Seitz (RC Gränichen), Andrea Waldis (VC Gersau).

Hommes: Stefan Bissegger (VC Bürglen Märwil), Claudio Imhof (VC Hirslanden ZH), Tristan Marguet (RC Olympia Bienne), Frank Pasche (Cyclophile Lausannois), Gaël Suter (Montreux-Rennaz Cyclisme), Valère Thiébaud (Zeta Cycling Club), Cyrille Thièry, (VC Orbe).

«Une structure pro»

Après avoir couru sur route pour le VC Mendrisio durant de nombreuses années, Cyrille Thièry (27 ans) a rejoint la nouvelle formation valaisanne Iam Excelsior. «Pour le moment, je me suis entraîné avec les pistards suisses, mais je reprendrai la route dès la fin des Mondiaux d’Apeldoorn, souligne le Chavornaysan. J’ai néanmoins déjà effectué des tests d’effort et passé des examens médicaux avec Iam. Le suivi est personnalisé, on sent une structure pro, ça fait plaisir.»

Le cycliste retrouvera la piste durant l’été, puisque les Championnats d’Europe de la spécialité sont prévus en août. Il s’agira de bien gérer ces changements pour lui.

Manuel Gremion