Logo

Affûté pour son meeting

26 janvier 2017 | Edition N°1921

Athlétisme – Loïc Gasch, «le petit gars de Sainte-Croix» multiple champion de Suisse et sportif vaudois 2016, sautera devant son public, samedi, dans le cadre de la 5e édition de Hauteur et Musique. Un rendez-vous lors duquel il a l’habitude de se sublimer.

A Hauteur et Musique, Loïc Gasch ne risque pas de rester pendu à la barre du concours, la tête à l’envers. ©Michel Duperrex

A Hauteur et Musique, Loïc Gasch ne risque pas de rester pendu à la barre du concours, la tête à l’envers.

Les débuts d’année ont une saveur particulière pour Loïc Gasch. Le sauteur en hauteur de l’Union sportive yverdonnoise bondit devant son public, à Sainte-Croix, dans le cadre du concours Hauteur et Musique. Un meeting qu’il a remporté à deux reprises, lors des quatre premières éditions, et au cours duquel il a régulièrement amélioré son record. C’est peu dire si l’athlète de 22 ans est impatient d’en découdre, demain aux Champs de la Joux, avec à une armada de neuf adversaires, dont sept venus de l’étranger.

 

Loïc Gasch, vous avez été élu sportif vaudois de l’année début décembre. Que retenez- vous de cette distinction ?

Je suis simplement très fier d’avoir reçu le même prix que de grands sportifs (ndlr : Stan Wawrinka, Thabo Sefolosha, Sébastien Buemi et Danilo Wyss, entre autres, ont été honorés avant lui), et c’est surtout une grande source de motivation, car je ne suis pas encore au sommet de mon art. Je suis, d’ailleurs, directement retourné à l’entraînement le lendemain matin de la cérémonie. Peut-être que ce titre a permis aux gens de me découvrir.

Vous enchaînez les distinctions du genre, puisqu’en ce début d’année, vous avez terminé deuxième de l’élection de la personnalité nord-vaudoise de 2016, organisée par La Région.

Je ne m’attendais vraiment pas à me retrouver si bien classé, compte tenu des nominés. A mes yeux, je suis le petit gars (ndlr : il mesure tout de même 1m92) de Sainte-Croix. J’imaginais que quelqu’un de plus connu, comme la chanteuse Amandine, serait plébiscité. Mais je suis ravi de constater que les gens de la région me soutiennent.

Vu l’affiche de Hauteur et Musique, vous allez avoir fort à faire pour vous imposer. Pourtant, chaque année vous réalisez un super résultat devant votre public. Comment l’expliquez-vous ?

D’un point de vue physique, le rendez-vous intervient alors que je sors de la préparation. Le corps est affûté. Forcément, en me retrouvant à domicile, la motivation est très grande. Cela me permet de montrer ce que je fais. La salle n’est pas énorme, cela crée une sorte de cocon, et les applaudissements suivent et résonnent. Tout cela fait qu’il y a une ambiance particulière.

Le fait de connaître la salle est-il un avantage ?

Je ne pense pas car, finalement, je connais bien la majorité des lieux où je saute.

Comment expliquez-vous la progression constante du concours, qui attire chaque année plus et de meilleurs spécialistes ?

Il y a une part de bouche-à-oreille. Les athlètes parlent entre eux, le meeting s’est fait connaître. Et puis, les performances appellent les performances. Ainsi, l’événement devient plus attractif.

En ce qui vous concerne, quels sont vos objectifs pour cette saison en salle ?

J’ai disputé les Championnats vaudois il y a deux semaines. Un concours de réglage où le plan était de passer 2m15, puis de tenter 2m20. Ce que j’ai pu faire, même si je n’ai pas franchi la seconde hauteur. Cela, parce que j’ai commis plusieurs petites erreurs. Des choses que je tente de corriger à l’entraînement. La forme est là, alors, si je parviens à mettre les choses en place, ça pourrait aller haut.

Avez-vous un objectif chiffré ?

Je vise 2m25, un résultat qui me permettrait d’être qualifié pour les Championnats d’Europe du mois de mars. Ce n’est pas un objectif absolu, je n’ai que deux meetings pour y parvenir avec Hauteur et Musique, puis les Championnats de Suisse. Je ne veux pas me mettre trop de pression ou me surcharger, comme l’été dernier, quand on a vu que je n’étais pas loin de réussir les minima pour les Européens ou les Jeux olympiques.

Passez-vous cette barre à l’entraînement ?

Non, ce n’est pas le but et je ne me prépare pas de la même manière. Souvent, je saute après avoir fait de la musculation ou des sprints. Pour ma part, l’entraînement me permet avant tout de travailler les éléments techniques.

Vous portez toujours des chaussettes bigarrées en compétition. Avez-vous déjà choisi celles de samedi ?

Pas encore, je décide le matin-même. Mais ce sera une paire excentrique, comme toujours. Plus il y a de couleurs, plus ça me plaît !

En avez-vous des fétiches ?

Au début oui, mais je tâche de sortir de ce raisonnement, car le délire ne serait plus le même. Je sais tout de même lesquelles ont sauté haut !

Toujours plus haut, toujours plus fort

Le plateau de la 5e édition de Hauteur et Musique sera encore plus relevé, cette année, avec sept participants ayant déjà franchi 2m20.

Du côté des hommes, les trois meilleurs du concours de l’année dernière sont de retour, à savoir Alen Melon (meilleure performance de 2m23 réalisée l’an passé à Sainte-Croix), Stefano Sottile, champion du monde M18 2015 (record à 2m22), et, bien sûr, le local Loïc Gasch, qui s’envole toujours plus haut (record à 2m23). Ces trois sauteurs seront entourés par des athlètes de renom, tels que Mickael Hanany (recordman de France avec 2m34), Fernand Djoumessi (Camerounais établi à Dijon et possédant un record à 2m28), Abdoulaye Diarra (Malien vivant à Paris, record à 2m27) ou encore Andrea Lemmi (un des meilleurs sauteurs italiens, record à 2m26).

Du côté des femmes, la gagnante de 2016, l’Allemande Jossie Graumann, sera de retour plus performante que jamais : elle vient de passer une barre placée à 1m92. Cela représente la hauteur qualificative pour les Championnats d’Europe en salle de Belgrade, et la situe, pour le moment, au 3e rang des bilans mondiaux ! Elle sera accompagnée par le grand espoir italien Erika Furlani (1m91).

Au programme

Le concours sainte-crix, qui se déroule au Centre sportif des Champs de la Joux, va débuter avec les jeunes à 10h. L’épreuve nationale (six étrangers seront tout de même en lice), commencera à 13h. Enfin, le clou de la journée est prévu à 16h, avec le concours international.

Entrée libre.

Manuel Gremion