Logo

AggloY a appris aux communes à se parler

12 novembre 2015

Nord vaudois – Les localités de l’agglomération yverdonnoise ont fait le point, hier après-midi, sur les mesures déjà mises en oeuvre et à venir. L’occasion, surtout, de faire la promotion d’une structure qui a su fédérer, au fil des années, les autorités d’une même région.

De g. à dr.: Blaise Nicole (municipal à Chamblon), Gérald Charbon (syndic de Cheseaux-Noréaz). © Nadine Jacquet

De g. à dr.: Blaise Nicole (municipal à Chamblon), Gérald Charbon (syndic de Cheseaux-Noréaz).

AggloY. Pour beaucoup de citoyens de la région, cette dénomination reste assez floue. Et, à part la réalisation d’abris pour deux-roues, ici, et l’aménagement d’un itinéraire de mobilité douce, là, difficile de savoir, concrètement, à quoi sert cette agglomération yverdonnoise, qui regroupe huit communes (Chamblon, Cheseaux-Noréaz, Grandson, Montagny, Pomy, Treycovagnes, Valeyres et Yverdon-les-Bains). Une structure née dans le sillage de la volonté du Conseil fédéral, dans le climat morose des années , de promouvoir le développement des agglomérations, de leurs transports et de leurs espaces urbains.

Bilan des mesures

De g. à dr.: Stéphane Baudat (syndic de Treycovagnes), Yves Pellaux (syndic de Pomy). © Nadine Jacquet

De g. à dr.: Stéphane Baudat (syndic de Treycovagnes), Yves Pellaux (syndic de Pomy).

Conscientes de cette méconnaissance, les autorités des localités concernées ont convoqué, hier, un point presse, afin de tirer un bilan des mesures réalisées ou en cours (le P+R d’Y-Parc, les travaux de la rue haute à Grandson, le réaménagement de plusieurs arrêts de bus à Yverdon-les-Bains…, mais aussi à venir création d’un itinéraire de mobilité douce le long de la Brinaz ou en direction de Pomy, route de contournement d’Yverdon-les-Bains…). Si la démarche a permis d’obtenir pour 28 millions de francs de subventions de la Confédération, en lien avec la Loi fédérale sur le fonds d’infrastructure, AggloY a, également, le mérite, aux yeux des élus, d’avoir débloqué certains dossier (le futur giratoire de l’Oriph, à Pomy ou apporté des solutions innovantes la transformation de la gare de Grandson en halte terminus des RER pour éviter l’engorgement de celle d’Yverdon-les-Bains). «L’utilité d’AggloY, a souligné François Payot, le syndic de Grandson, c’est d’avoir permis, à partir d’un questionnement initial sur la mobilité, une montée en puissance, qui a abouti à des réorganisations comme celle de Travys, peu visibles pour le grand public, mais très importantes.» Née en 2007, l’agglomération a, surtout, initié une manière de travailler ensemble et de faire tomber quelques barrières entre la villecentre et les communes environnantes, où l’on avait pris l’habitude de s’ignorer, pour ne pas dire plus. «Auparavant, comme élu, on pensait à son village sans s’intéresser à ce que faisait son voisin, confirme Stéphane Baudat, syndic de Treycovagnes. C’était moi, moi, moi… avant tout. Alors que nos avons tout intérêt à un développement harmonieux, notamment d’Yverdon, où notre population se rend chaque semaine, pour le travail, les achats, le sport ou les loisirs.»

«Penser en région»

De g. à dr.: Sonja Roulet (syndique de Valeyressous- Montagny), François Payot (syndic de Grandson) et Jean-Daniel Carrard (syndic d’Yverdon-les-Bains). Manque la Commune de Montagny, excusée. © Nadine Jacquet

De g. à dr.: Sonja Roulet (syndique de Valeyressous- Montagny), François Payot (syndic de Grandson) et Jean-Daniel Carrard (syndic d’Yverdon-les-Bains). Manque la Commune de Montagny, excusée.

Le son de cloche est similaire auprès de Gérald Charbon, syndic de Cheseaux-Noréaz, pourtant seule commune à ne pas compter de projet estampillé AggloY sur son territoire «Chaque matin, le 95% des habitants du village qui partent travailler passent par Yverdon-les-Bains, nous avons donc également intérêt à ce que la mobilité y soit efficiente».

«Nous avons appris à penser région, à faire progresser nos projets ensemble», conclut Jean-Daniel Carrard. Une entente qui sera primordiale, dans les année à venir, pour relever les défis d’urbanisme, à commencer par l’application de la désormais fameuse Loi sur l’aménagement du territoire.

Yan Pauchard