Logo

André Reymond a opté pour la retraite à 64 ans

8 juin 2018 | Edition N°2263

Le Vaulieni a arbitré son dernier match mercredi soir, à l’occasion de l’affrontement entre les juniors C de Val-Bal et ceux de Corcelles-Payerne, après 25 ans de bons et loyaux services.

«Sur le terrain, je n’étais pas le plus rapide. Avec l’âge, je me suis aperçu que j’étais toujours capable d’effectuer les bons gestes, mais souvent avec un temps de retard. Dans ces conditions, jouer avec les vétérans ne m’intéressait pas. Donc, à 39 ans, j’ai pris une décision: me lancer dans l’arbitrage.»

25 années plus tard, André Reymond est au bout du chemin. Avec le temps, des petites gênes, notamment à un ménisque, lui ont gentiment fait comprendre que le moment était venu de poser le sifflet et de se retirer. «J’ai fait ma part. C’était une belle expérience, quand même. Une partie de ma vie», lance sobrement celui qui a consacré une grande part de sa carrière aux juniors, une pointe d’émotion perceptible dans la voix.

40 ans de présidence

Cette émotion, c’est aussi celle qui entoure son dernier match, que le Nord-Vaudois a dirigé mercredi soir. Un duel entre les juniors C de Vallorbe-Ballaigues et ceux de Corcelles-Payerne. «Normalement, la rencontre était prévue trois jours plus tard. Mais, avec le tournoi Graines de foot, les deux équipes se sont mises d’accord pour l’avancer», et ainsi raccourcir la carrière, longue d’un quart de siècle, d’un homme dévoué au football.

La preuve, tout juste entré dans la vingtaine, André Reymond s’est vu proposer le poste de président du FC Vaulion, le club de son village. «Le comité était parti d’un coup. Il n’y avait plus personne. Je me suis retrouvé parachuté à la tête du club d’un seul coup.» A la base, le Vaulieni voulait juste donner un coup de main, dépanner. La passion jouant son rôle, son mandat a finalement duré… quarante ans, et s’est achevé en 2015.

Celui qui a également arbitré des rencontres de 4e et 5e ligues s’est vu remettre une petite attention par Michel Despland, membre de la comission des arbitres de l’Association cantonale vaudoise de football, de la part des instances cantonales du ballon rond, pour l’ensemble de son œuvre, en marge de son ultime prestation. «Ce que je retiens de toutes ces années? Les liens tissés avec tous les gens du milieu. Au bout du compte, on finit tous par se connaître, c’est plaisant. Il y a les voyages, aussi. J’ai adoré découvrir l’ensemble des terrains du canton.»

Derrière son enthousiasme à l’égard du sport roi, «le Detch» – son surnom – révèle aussi que les temps ont changé au bord des terrains, et que l’époque actuelle ne lui convient plus tout à fait: «Le plus difficile, c’est de supporter le comportement des parents et de l’entourage des jeunes joueurs pendant les matches. Certaines attitudes sont ingérables.»

Sans regrets, André Reymond a donc quitté le monde actif du football. Sa présence au bord des pelouses régionales, elle, n’est pas remise en question.

Florian Vaney