Logo

Bataille de la Grande Cariçaie relancée

10 octobre 2018 | Edition N°2349

Lausanne –  La guerre larvée qui oppose les organisations de protection de l’environnement et les propriétaires de chalets rebondit. Une pétition a été déposée hier.

Alors que le conflit qui oppose les organisations de protection de l’environnement et les propriétaires de chalets sur le territoire de la Grande Cariçaie semblait s’être apaisé, la guerre reprend de plus belle. L’Association des riverains de la rive sud du lac de Neuchâtel (Arsud), faîtière de quatre groupes d’intérêt, a déposé hier une pétition portant quelque 22 000 signatures, dans un premier temps à la Chancellerie du Grand Conseil fribourgeois (11 500). Les autres ont été remises à Rémy Jaquier, président du Grand Conseil vaudois, en début d’après-midi, peu avant que le Parlement ne reprenne ses débats.

Contrat… pas tenu!

Les pétitionnaires demandent aux deux Parlements cantonaux d’appliquer les décisions qu’ils ont prises en 2007, respectivement 2008. A l’époque, a rappelé Julien Spacio, président d’Arsud, un compromis avait été trouvé sous la forme de «contrats nature». En résumé, les bénéficiaires des concessions contribuaient – ce qu’ils ont toujours fait – à la protection de l’environnement dans lequel ils séjournent quelques semaines par année, principalement en été, et cela depuis plusieurs générations.

A Yvonand, ce type de chalet est menacé de démolition. © Carole Alkabes

A Yvonand, ce type de chalet est menacé de démolition. © Carole Alkabes

Prenant leurs distances avec les sections régionales, les organismes nationaux de protection de l’environnement ont combattu, devant le Tribunal fédéral, les ordonnances cantonales qui devraient concrétiser dans les faits l’accord négocié sur le terrain. La Haute Cour a donné raison aux recourants, mais pour des questions de forme (non conformité avec la Loi sur l’aménagement du territoire).

Depuis, les autorités n’ont rien entrepris, si ce n’est d’exiger la démolition de chalets au décès du bénéficiaire de la concession. L’évolution de la législation en matière d’aménagement du territoire fait craindre le pire aux détenteurs de 184 chalets situés sur les zones incriminées. D’où l’action d’Arsud qui, la démonstration en a été faite hier devant le Grand Conseil vaudois, bénéficie du soutien de la majorité des députés de la Broye.

«Nous sommes les concierges de la Grande Cariçaie. On joue un rôle actif dans son maintien», tonne Julien Spacio, dont un ancêtre a construit un chalet près de Cudrefin au tout début des années vingt.

 

Isidore Raposo