Logo

Bien au-delà de toutes les espérances

23 janvier 2020 | Edition N°2668

Les épreuves de la vallée de Joux se sont terminées hier, dernier jour de compétitions. Le bilan est extraordinaire.

Tout le monde était inquiet, une dizaine de jours avant le début des compétitions de ski de fond des Jeux olympiques de la Jeunesse, à la vallée de Joux. Il manquait de la neige. Il a fallu aller en chercher dans la forêt alentour pour préparer la piste. Puis la magie des Jeux a fait le reste.

«Autant on a eu des soucis avec la météo, autant elle nous a rendu service pendant les compétitions. Le fait qu’il n’y avait pas de neige a donné un coup de projecteur, puis il en est juste tombé la veille de la première course pour rendre le paysage blanc», s’émerveille Cédric Paillard, rayonnant sous le soleil des Grandes Roches. L’engouement de la première semaine des JOJ a même poussé les organisateurs combiers a réadapter les parkings et les navettes, raconte le directeur de Vallée de Joux Tourisme.

L’affluence a été énorme au Brassus, avec 4000 spectateurs samedi, 5500 dimanche et 5000 mardi. Un peu moins hier, mais bien assez pour perpétuer cette ambiance de fête qui a régné sur le site. «C’est au-delà de toutes nos espérances, vibre Dominique Rochat, en charge des JOJ à la Vallée. On a eu des publics différents, entre les connaisseurs, les curieux, les écoliers, les retraités et les athlètes venus encourager leurs camarades. Et, surtout, tout le monde est reparti avec la banane. Les équipes ne nous disent pas simplement que c’était bien, mais que c’était génial.»

Un héritage immatériel

À l’heure de dresser le bilan, il est forcément question d’héritage, l’un des leitmotivs de ces Jeux. Que va-t-il rester, à la vallée de Joux, de l’évènement, de tout le travail accompli en amont pour rendre tout cela possible l’espace de quelques jours? Sur un plan strictement matériel, le bâtiment des Grandes Roches, ancienne colonie de vacances, racheté par la Commune du Chenit; une nouvelle piste homologuée pour les courses internationales aussi. «Et surtout beaucoup d’expérience, insiste Cédric Paillard. On sait de nouveau organiser des épreuves de ski de fond à la vallée de Joux.»

Toutes ces connaissances, les Combiers en ont fait profiter la jeunesse du cru, très  impliquée dans la mise sur pied des épreuves. «Ces jeunes sont désormais formés. Ils pourront organiser les évènements à l’avenir», relève Dominique Rochat. Et Cédric Paillard d’ajouter: «Ils en deviendront les moteurs.»

Poursuivre le développement

L’idée de bâtir un centre nordique sur le site – ce qui n’a pas pu se concrétiser avant les Jeux – n’a pas quitté les esprits, au contraire. Il faudra attendre quelques mois pour connaître les contours du projet revisité. «L’engouement de ces jours prouve que cela fait sens d’avoir un tel centre ici», insiste le directeur du tourisme local, espérant que la vague d’enthousiasme entourant les Jeux fasse son effet.

 

Triomphe norvégien

Le combiné nordique mixte, disputé hier aux Tuffes (F) pour le saut et aux Grandes Roches pour le ski de fond, a été remporté par l’équipe de Norvège, devant l’Autriche. La lutte pour la médaille de bronze a été magnifique. Parti avec quelques secondes d’avance sur son rival italien, le dernier relayeur français a été dépassé dans la dernière bosse du parcours!

La Suisse n’a pas pu présenter d’équipe, car sa seule spécialiste féminine de combiné, Emely Torazza, était malade.

Manuel Gremion