Logo

Branle-bas sur la route et le rail

12 avril 2019 | Edition N°2477

Nord vaudois – La voie ferrée sera refaite entre Yverdon-les-Bains et Estavayer-le-Lac, dès le 27 avril. Les travaux vont bouleverser les habitudes des pendulaires.

A Yvonand, le passage à niveau de Mordagne sera refait, le temps de sa fermeture. © Michel Duperrex

Les pendulaires qui se déplacent en train entre Yverdon-les-Bains et Estavayer-le-Lac devront changer leurs habitudes, à compter du 27 avril. En raison de travaux d’entretien menés par les CFF, le trafic voyageur sera en effet interrompu, jusqu’au 20 mai. Des bus prendront le relais, mais il faudra compter avec des temps de parcours rallongés d’environ 25 minutes. Cette interruption permettra à l’ex-régie fédérale de procéder au renouvellement intégral de la voie ferrée entre la Cité thermale et Yvonand, ainsi qu’à la réfection du passage à niveau de Mordagne, à Yvonand. Ces opérations, dont le coût se monte à 7,1 millions de francs, seront accompagnées de nuisances sonores, de jour comme de nuit.

Les clients des CFF qui seraient tentés d’utiliser leur voiture, durant cette période, ne gagneront pas forcément au change. Du 29 avril au 17 mai, le passage à niveau de Clendy, à Yverdon-les-Bains, sera en effet bouclé. Celui de Mordagne, à l’entrée d’Yvonand, connaîtra le même sort, entre le 2 mai et le 20 mai. Pour rallier les deux communes, une déviation sera mise en place via la route de Pomy, sur décision du Canton. «Cela n’empêchera pas ceux qui connaissent les lieux d’emprunter la route de Cheseaux, note Vesna Stankovic, cheffe de la filière mobilité à la Ville d’Yverdon-les-Bains. Et cela permettra d’avoir une meilleure répartition des flux sur les deux axes.»

Les automobilistes qui songeraient à emprunter la route de la Grève pour rejoindre Yvonand seront bloqués à l’entrée de la deuxième localité, en raison de la fermeture du passage à niveau de Mordagne. Mais ils pourront bien accéder au camping VD8 et à la plage.

Un «compromis»

«On est conscients que ça va être compliqué», poursuit Vesna Stankovitch. Pour tenter de limiter les effets collatéraux de ce chantier, la Ville a demandé, l’an dernier, une étude d’impact sur le trafic. «Et on a négocié avec les CFF pour raccourcir la durée des travaux aux deux passages à niveau.» La solution retenue reste un «compromis», mais c’était-là la meilleure solution en regard des coûts et de la durée des opérations, assure Vesna Stankovic.

Caroline Gebhard