Logo

Caravanes ravagées par les flammes

13 janvier 2014

Des installations du camping des Pins de Grandson ont brûlé samedi, au petit matin.

Malgré l’intervention des pompiers, il ne reste rien des deux caravanes situées au bord de la route.

Malgré l’intervention des pompiers, il ne reste rien des deux caravanes situées au bord de la route.

Un tas de cendres et de la tôle pliée. Voilà ce qu’il restait, samedi matin, de deux caravanes ravagées par les flammes au camping des Pins de Grandson. «Le bruit du feu nous a réveillé peu avant 6 heures du matin. Quand nous avons vu des flammes hautes de 5 mètres, nous avons immédiatement appelé les pompiers», expliquent Anita Coray et Hans Schulze, venus installer leur nouvelle caravane durant le week-end. Les Zurichois étaient seuls dans le camping, officiellement fermé pour l’hiver. «Heureusement qu’ils étaient là, l’incendie se serait propagé davantage», indique, rassuré, Sébastien Bauen, qui est le nouveau gérant du camping.

Malgré la rapide intervention des pompiers de Grandson, il n’y a absolument rien eu à récupérer des décombres. «Quand nous sommes arrivés, tout était entièrement en feu», explique le commandant David Perez-Rejon. Les résidences secondaires voisines ont également été dégradées par la chaleur du brasier. Ce sont au total sept propriétaires qui ont été appelés au petit matin pour venir constater les dégâts.

«Sébastien nous a appelés vers 8 heures, ce n’est jamais bon signe de se faire réveiller par un téléphone du camping, mais je ne pensais pas que ça pouvait être aussi grave que ça, raconte, choqué, André Thibaud, qui a fait le déplacement depuis Lausanne pour retrouver sa caravane en cendre. Je suis venu il y a trois semaines, tout était en ordre ici.»

C’est l’incompréhension qui planait sur le camping des Pins, durant ce week-end. «J’ai encore vérifié en arrivant sur place, l’électricité du camping est coupée, l’incendie ne peut pas avoir été causé par un court-circuit, affirme Sébastien Bauen. Et avec l’humidité qu’il y a, ce n’est pas possible que ça soit un accident. Malgré l’arrestation d’un incendiaire, j’imagine que c’est un acte criminel et j’ai entendu que des agents de police pensaient la même chose que moi !»

Avant de pouvoir tirer de telles conclusions, une enquête pour déterminer les causes exactes de l’incendie s’est ouverte ce weekend. «Pour le moment, les circonstances restent indéterminées », annonce Eric Flaction, porte-parole de la Police cantonale vaudoise. Plus d’informations devraient arriver dans le courant de la semaine.

 

Un cabanon rempli de pneus part en fumée à Yverdon

 

Samedi, il ne restait plus rien du réduit, dont l’incendie a mobilisé, durant la nuit, un camion de pompiers.

Samedi, il ne restait plus rien du réduit, dont l’incendie a mobilisé, durant la nuit, un camion de pompiers.

Les pompiers d’Yverdon-les- Bains ont dû intervenir, samedi matin vers 5 heures, à la rue d’Orbe 32, pour maîtriser un incendie qui s’est déclaré dans un cabanon, où étaient entreposés des pneus. Il a fallu agir vite pour éviter que le feu ne se propage à la maison attenante. L’enquête devra déterminer s’il s’agit d’un acte criminel. Mais, sur place, des sauveteurs laissaient entendre qu’il pourrait s’agir d’un incendie volontaire.

Le samedi 28 décembre 2013, les pompiers yverdonnois étaient intervenus à une vingtaine de mètres seulement de là, pour éteindre un feu dans un conteneur à poubelles, placé non loin de l’entrée du parking souterrain du centre commercial Bel-Air. Y.P

Muriel Aubert