Logo

Cauchemar postal dans une épicerie

17 février 2017 | Edition N°1937

Concise – Depuis qu’elle a repris l’agence postale du village, la gérante d’une épicerie vit un calvaire au quotidien. N’ayant pas signé de contrat avec le géant jaune, elle lui a confirmé par écrit la cessation d’activité de La Poste dans son commerce.

L’agence postale engendre des difficultés logistiques et organisationnelles pour la gérante. ©Michel Duperrex

L’agence postale engendre des difficultés logistiques et organisationnelles pour la gérante.

Le rêve qu’on faisait miroiter à Myshaele Grize, gérante de l’épicerie Croc’Epice à Concise, lorsqu’elle a repris l’agence postale s’est transformé en «véritable cauchemar ». Pour rappel, depuis le 18 octobre dernier, les Concisois doivent se rendre directement au commerce d’alimentation du village pour retirer leurs colis, puisque le géant jaune a fermé son office de poste.

«En nous imposant cette agence postale dans notre épicerie, on nous avait garanti une certaine sécurité financière avec les commissions, s’émeut Myshaele Grize. J’ai dû aménager mon magasin en conséquence et racheter une caisse enregistreuse, poursuit la commerçante, qui a dû emprunter 20 000 francs à la banque pour transformer son épicerie en S.à.r.l., afin d’être conforme aux critères de La Poste. «J’y ai mis toute ma caisse de retraite, je n’ai plus rien.» N’ayant pas encore signé de contrat avec le géant jaune, l’épicière a fait savoir à la direction générale basée à Berne, par un courrier recommandé daté du 15 février, «la cessation d’activité de la poste dans notre commerce au plus tard le 28 février 2017».

«La situation est invivable»

A Concise, la situation de l’épicière suscite de nombreuses réactions. «On ne devrait pas la laisser avec une telle charge de travail, s’insurge un habitant du village, qui préfère rester anonyme. La Poste veut faire des économies, mais cela ne doit pas se faire au détriment de la commerçante. Selon certaines rumeurs, la syndique Carole Zamora aurait même essayé de la dissuader de poursuivre son activité en lui signalant qu’une autre épicerie allait s’ouvrir dans les anciens locaux de La Poste.» Contactée par téléphone, l’édile, outrée, nie ces propos qu’on lui attribue.

Pour Myshaele Grize, «la situation est invivable». Elle a, notamment, été confrontée à plusieurs pannes avec certains appareils. «J’ai dû attendre neuf semaines avant que des techniciens viennent réparer la balance pour peser les colis», confie-telle. Cette charge supplémentaire de travail a eu des conséquences sur la santé physique de la commerçante, qui a déjà subi plusieurs opérations à l’épaule. «Les colis pèsent parfois très lourd», constate-t-elle. Outre la gestion de l’agence postale, Myshaele Grize doit également gérer son commerce. «Je ne peux pas courir le risque de perdre ma propre clientèle.»

Des craintes partagées

A Onnens, la station-essence fonctionne également comme agence postale depuis plusieurs années. «Bien sûr, c’est une charge de travail supplémentaire, reconnaît la vendeuse. Mais c’est un roulement qui fonctionne.» Pour déplacer certaines charges qu’elle juge trop lourdes, la vendeuse utilise un bérot. «Cette agence postale permet de garder le contact avec les villageois, sinon ils devraient se déplacer plus loin.» Le village de Mutrux bénéficie de ce service postal mis en place par le géant jaune à Concise. Contacté à ce propos, le syndic Stéphane Silvani estime que si la relation entre l’épicerie et La Poste devait s’arrêter, il y aurait de «véritables préjudices» pour les villages aux alentours. «Si on ne donne pas à la gérante les outils nécessaires pour qu’elle travaille de manière optimale, les conséquences peuvent être dommageables », conclut-t-il.

Le géant jaune réagit

«Notre partenaire à Concise nous a mis au courant de difficultés qu’elle rencontre avec l’exploitation de l’agence postale au sein de son magasin, affirme Maryam Benahmed, responsable communication du secteur ouest de La Poste. Nous l’avons rencontrée à plusieurs reprises et avons tout mis en oeuvre pour lui apporter notre soutien et lui proposer des solutions. A ce jour, à ma connaissance, La Poste n’a pas été informée officiellement de la résiliation de notre partenaire.

Si cette information devait se confirmer, La Poste et les autorités se rencontreraient pour identifier une nouvelle solution. Dans tous les cas, la population continuerait de bénéficier du service universel postal dans la localité.»

Valérie Beauverd