Logo

«Pour nous, le championnat commencera en septembre»

11 août 2017 | Edition N°2057

Football – 2e inter – Le FC Vallorbe-Ballaigues de Jean-Yves Bonnard reprend avec un effectif un peu juste pour les premiers matches, mais un état d’esprit retrouvé.

Habile recruteur, Jean-Yves Bonnard (ci-dessus) a réussi à enrôler Omar Bellagra (notamment ex-Bavois). L’attaquant recruté aura pour mission de faire oublier le buteur Mamadou Cissé, parti à Payerne. ©Duvoisin-a

Habile recruteur, Jean-Yves Bonnard (ci-dessus) a réussi à enrôler Omar Bellagra (notamment ex-Bavois). L’attaquant recruté aura pour mission de faire oublier le buteur Mamadou Cissé, parti à Payerne.

Brillant néo-promu en 2e ligue inter l’automne dernier, le FC Vallorbe-Ballaigues a connu un printemps bien plus tourmenté, malgré l’incroyable et très médiatisée arrivée de l’ex-joueur de Manchester United Eric Djemba- Djemba. A l’heure de la reprise, l’entraîneur Jean-Yves Bonnard aspire à un peu plus de sérénité.

 

Jean-Yves Bonnard, avec un peu de recul, que s’est-il passé durant le second tour ?

L’ambiance est vraiment devenue moins saine. Au point que, à la fin du championnat, j’ai pensé à arrêter. Il faut reconnaître qu’on n’était pas habitués à perdre des matches, après avec vécu deux promotions consécutives, et le vestiaire en a pâti. Par conséquent, plus qu’en se basant sur le niveau pur et dur des joueurs, on a axé notre recrutement dans le but de retrouver un bon état d’esprit et d’avoir moins de soucis. L’équipe a montré de belles choses lors des matches amicaux (Val-Bal a remporté les quatre rencontres disputées cet été) et, surtout, l’atmosphère est complètement différente.

 

Que vous a apporté Eric Djemba- Djemba ?

Il n’a pas pu faire la différence sur le terrain comme on l’espérait tous, mais ce n’est pas un super héros. Comme tous les autres anciens professionnels du foot qui ont commencé à travailler, il a eu besoin d’un temps d’adaptation. La demi-saison ne dure que trois mois, et il n’a commencé à trouver son rythme qu’à quatre ou cinq matches de la fin. Cela dit, le bilan est bien plus positif que négatif. Le niveau, il l’a largement et, dans le vestiaire, on a découvert un super type, serviable et humble, qui prend du plaisir à jouer à l’échelon où il est, car c’est un vrai passionné. Enfin, il a apporté une lumière impensable sur le club et fait venir du monde au stade, répondant positivement à de nombreuses demandes extrasportives.

 

En tant qu’entraîneur, qu’avez-vous pensé de cette 2e ligue interrégionale découverte durant la saison écoulée ?

Honnêtement, je n’ai pas été trop impressionné par le niveau de jeu. Cela dit, physiquement, c’est bien plus costaud, et tactiquement plus discipliné qu’en 2e ligue. A la trêve, alors qu’on était 2es, j’imaginais qu’on finirait tout en haut. Puis notre préparation hivernale s’est révélée très compliquée. Privés de terrain, les gars n’ont presque fait que du footing. On est passés complètement à côté en début d’hiver, mais on a heureusement un peu mieux fini.

 

Pour en venir au championnat qui commence demain, comment s’est déroulée la préparation estivale ?

Ce qui est compliqué, c’est qu’on a dû faire avec treize ou quatorze joueurs en moyenne. Plusieurs éléments ne sont pas encore qualifiés, deux sont blessés et d’autres en vacances -Eric Djemba-Djemba a, par exemple, participé à la tournée des légendes de Manchester United courant juillet, et il est actuellement auprès de sa famille au Cameroun-, si bien qu’il manquera neuf hommes, demain, à la reprise. Les deux ou trois premiers matches, il s’agira de limiter la casse. Pour nous, le championnat commencera en septembre.

 

Débuter contre La Sarraz-Eclépens, un adversaire qui s’annonce redoutable, n’est pas un cadeau.

On va se retrouver face à une formation qui veut jouer la montée et a bâti une équipe pour cela. Et je me doute que les Sarrazins n’auront pas les mêmes problèmes d’effectif que nous… Pour moi, ils seront les favoris du championnat avec Bulle.

 

Vous enregistrez huit départs pour dix arrivées. Une telle revue d’effectif était-elle nécessaire ?

Les joueurs, principalement des doublures, hormis notre buteur Cissé, ont choisi de partir ou, pour deux d’entre eux, de rejoindre la deuxième équipe du club. Vu que je souhaitais avoir un effectif ample -il est de 22 hommes- et du nombre de départs, il a fallu passablement engager. Ce d’autant plus que l’écart est tel entre notre «deux», qui évolue en 4e ligue, et la «une», qu’il est compliqué de faire monter les jeunes.

 

La saison passée, vous souhaitiez attirer des joueurs suisses. A quoi en êtes-vous ?

On a essayé, mais il faut dire les choses concrètement : on n’a pas réussi. A Vallorbe, les joueurs ne sont pas rémunérés, touchant juste quelques primes. Par conséquent, personne ne vient.

 

Quelles seront les ambitions de votre équipe, cette année ?

On souhaite se mettre à l’abri le plus tôt possible, afin d’éviter de se faire peur comme lors du dernier exercice (ndlr : Val-Bal a fini 10e). Pour cela, on visera la première partie du tableau. L’idée est de pérenniser notre place en 2e inter et de faire monter la «deux», qui a pu reconstruire un effectif avec beaucoup d’anciens. Plus qu’un objectif d’équipe, il s’agit de celui du club.

Val-Bal commence le championnat demain, à18h, aux Prés-sous-Ville, en recevant La Sarraz-Eclépens.

 

Les transferts

 

Départs : Ayoub Azedag (att, Val-Bal II), Arnaud De Icco (mil, Val-Bal II), Mathieu Roux (g, Payerne), Mamadou Cissé (att, Payerne), Rafael Fiorese (att, Bosna Yverdon), Julien Manière (g, Azzurri Lausanne), Thomas Di Pasquale (déf, Pontarlier), Ronald Myingila (déf, Noidans-lès-Vesoul).

Arrivées : Geoffrey Bardin (g, retour à la compétition), Oliver Paltenghi (mil, Ecublens), Ouassin Bengaid (mil, Porto Lausanne), Omar Bellagra (att, Pied du Jura), Anthony Zenini (déf, Terre Sainte), Benjamin Cuche (Déf, Pontarlier), Joao Gonçalves (mil, Pontarlier), Benjamin Dessent (att, Pontarlier), Hugo Reulier (att, Blois), Dylan Joseph (mil, Argenteuil).

 

Manuel Gremion ■

 

Avec le même esprit et un terrain tout neuf

 

Football – 2e inter – Guillaume Pasche, entraîneur à succès de Thierrens depuis six mois, est prêt à entamer une nouvelle saison. L’ancien défenseur central fait le point avant le début de l’exercice, qui commence par un déplacement à Richemond pour les Thierranais.

Val-Bal et Thierrens à l’aube du nouvel exercice. ©Duvoisin-a

Val-Bal et Thierrens à l’aube du nouvel exercice.

Ni fourmis dans les pieds, ni envie incontrôlée de prendre la place d’un de ses hommes pour tenter de faire la différence en fin de match : Guillaume Pasche a plutôt bien digéré son passage du terrain au banc du FC Thierrens, l’hiver dernier. Celui qui avait gardé son passeport de joueur, «juste au cas où», est même bien content de pouvoir exercer son nouveau rôle d’entraîneur à 100%. «Beaucoup m’ont demandé si je regrettais de ne pas avoir participé au sauvetage de l’équipe en tant qu’acteur principal. En fait, c’est tout le contraire. Je ne me voyais absolument pas prendre la place de quelqu’un qui s’est battu toute la saison pour vivre ce moment. Obtenir le maintien sans jouer une seconde : je n’aurais pu espérer une plus belle configuration.»

Les émotions comme celles vécues en juin dernier font partie intégrante de l’âme d’un club comme le FCT, mais l’ancien défenseur central se verrait bien assurer le maintien de son équipe en 2e ligue inter avant la dernière rencontre. Il y a une année et des poussières, les Thierranais avaient dû aller sauver leur peau au Locle lors de l’ultime ronde. Il y a deux mois, il a fallu récidiver en terres fribourgeoises, face à La Tour/Le Pâquier. C’en est assez, les Joratois ont eu leur dose d’émotions.

 

Le maintien et la formation

 

©Duperrex-a

©Duperrex-a

L’ambition d’aller batailler pour les premiers rôles, comme Thierrens l’avait fait voilà trois saisons, n’est pas pour autant née durant l’été. «Ah non, vraiment pas !, sourit Guillaume Pasche. Disons que si on parvenait à embêter les têtes d’affiche de temps en temps, on serait déjà très contents de nous. Sinon, on reste sur du classique en matière d’objectifs : viser le maintien et former les jeunes.»

En ce sens, les nouvelles installations du Grand-Marais arrivent à point nommé. «Bien que personne ne soit payé au club, aujourd’hui, on peut dire qu’on possède tous les atouts pour attirer des joueurs. Puisque les matches se joueront sur le nouveau terrain, on s’entraîne sur l’ancien principal, qui est plutôt en très bon état. L’avantage, c’est qu’en montant d’une vingtaine de mètres, on récupère quelques degrés. Fini ce petit courant désagréable qui nous gelait. La prochaine étape, c’est de refaire les vestiaires. Une fois ces derniers travaux effectués, ce sera le grand luxe.»

Un autre luxe serait de débuter le nouvelle exercice mieux qu’il y a douze mois (le FCT n’avait empoché que trois points lors des cinq rencontres initiales). Pour ça, les Thierranais ont misé sur la stabilité au sein de leur staff. Mis à part Cédric Favre qui, après avoir énormément donné à son club, a décidé de prendre un peu de recul -il sera remplacé par Valentin Gavillet en tant qu’entraîneur assistant-, le banc est le même qu’au printemps dernier. Ce qui signifie, notamment, que l’emblématique capitaine Jérome Ruch, probablement pour sa dernière saison, continuera de faire la liaison entre l’équipe et le staff.

 

Une relation de confiance

 

Thierrens étant assez proche d’Echallens, sur une carte comme au quotidien, il y a à nouveau eu du mouvement entre les Trois-Sapins et le Grand-Marais. Le FCT, qui avait déjà vu partir Valentin Piot, Thibaud Chevalley et Jonathan Roder en direction de la capitale du Gros-de- Vaud l’été dernier, a cette fois laissé s’en aller Adam Waidi. En contrepartie du milieu de terrain, les Joratois accueillent Bastien Varidel et Axel Saunier. Deux joueurs intéressants qui sauront trouver, sous les ordres de Guillaume Pasche, le temps de jeu dont ils n’ont pas toujours disposé en 1re ligue. A noter, encore l’arrivée de Yoann Estebaranz, qui sort d’une excellente saison en 2e ligue avec Champvent.

L’équipe, qui a réalisé un second tour admirable la saison dernière, sera donc sensiblement la même que celle qui foulera la pelouse pour le coup d’envoi de la saison samedi, sur le terrain du FC Richemond (17h). Et bien que ce groupe 2 de 2e ligue inter soit toujours plus homogène -neuf points entre le 4e et le 12e la saison dernière-, un début d’exercice plutôt ouvert semble se dégager pour les Thierranais. Avant le choc du 2 septembre et la venue du relégué La Sarraz-Eclépens, le FCT en découdra avec Genolier-Begnins et Colombier. L’occasion rêvée de bien débuter et, pourquoi pas, de profiter de la trêve hivernale sans avoir à planifier une nouvelle opération maintien.

 

Les transferts

 

Départs : Adam Waidi (mil, Echallens), Edinson Pineda (mil, Etoile-Broye), Merveil Kiese (déf, US Hostert/Luxembourg), Sebastiao Coelho (déf). A noter que Cédric Favre a souhaité prendre ses distances avec son ancien rôle d’entraîneur assistant.

Arrivées : Bastien Varidel (déf) et Axel Saunier (mil, Echallens Région), Yoann Estebaranz (déf, Champvent), Lucien Meylan (déf, Bottens). Valentin Gavillet, l’ancien coach de la «deux», reprend la place laissée libre par Cédric Favre.

 

Florian Vaney ■

Enregistrer

Rédaction