Logo

Charité et solidarité conjuguées pour Benoît Thévenaz

22 juillet 2013

Motocross – La troisième édition de la Charity Race, à Bullet, s’est bien déroulée le week-end dernier. Quelques pilotes se sont malheureusement désistés. 

Yann Thévenaz, le frère de Benoît, est remonté sur une moto à l’occasion de cette Charity Race III.

Le gratin du motocross avait pris rendez-vous le week-end dernier du côté de Bullet, afin de participer à la troisième édition de la Charity Race, dont l’organisation, gérée par Benoît Thévenaz, permet d’amasser des moyens et des forces supplémentaires pour mener à bien son combat. De nombreux coureurs, suisses principalement, mais également internationaux, ont répondu à l’appel à la solidarité lancé par l’ancien pilote nord-vaudois, devenu tétraplégique après un accident survenu en 2005.

Une piste appréciée

Pour réaliser cet évènement, Benoît Thévenaz a mis les petits plats dans les grands, comme à l’accoutumée. Tout d’abord, la piste des Rogneux, exigeante et requérant un certain niveau, a récolté les louanges de la plupart des pilotes, à l’instar du Jurassien Kevin Gonseth, qui s’est distingué en réalisant la pôle position dans la catégorie reine, en MX open: «Cette piste est bien préparée et arrosée. Avec des sauts, des ornières et des trous, elle est simplement parfaite.» En outre, ce dernier concède sans une once d’hésitation qu’il est présent dans le Jura-Nord vaudois «avant tout pour apporter son soutien à l’organisateur de cette manifestation».

Pas de freestyle

Cependant, la bonne cause ne suffit pas toujours à gommer d’éventuels bémols. En effet, les regrettables désistements de plusieurs coureurs avant les courses ont notamment entrainé l’annulation de la démonstration freestyle, au grand dam des amateurs de sensations fortes. Si les pilotes n’ont donc pas tous joué le jeu, Benoît Thévenaz tire néanmoins un bilan positif de ces deux jours de courses. Quant à son objectif d’acquérir un robot de la valeur de 150 000 francs d’ici à la fin de l’année, il est dans les temps et affiche une confiance à toute épreuve. Quand bien même, pour lui, la motivation à l’organisation de cette compétition ne se résume pas qu’à cela: «Je le fais premièrement parce que j’aime le motocross.»

Gâtés par un week-end radieux, les nombreux spectateurs présents ont pu apprécier le spectacle sur la piste, avec une dizaine de catégories au programme, et dans les airs également, avec d’impressionnants vols en parapente, dont la vitesse et les atterrissages plutôt sportifs ont subjugué la foule.

 

Steven Bonzon