Logo

Cissé : «Je n’ai pas un an à perdre»

5 juillet 2017 | Edition N°2031

Football – Promotion League – Yverdon Sport a présenté sa nouvelle recrue, hier. Djibril Cissé a soif de terrain, et rien d’autre.

Entouré de Mario Di Pietrantonio (à g.) et d’Anthony Braizat, Djibril Cissé a déjà son maillot floqué, qu’il étrennera pour la première fois le 15 juillet, en amical à Fribourg. ©Michel Duperrex

Entouré de Mario Di Pietrantonio (à g.) et d’Anthony Braizat, Djibril Cissé a déjà son maillot floqué, qu’il étrennera pour la première fois le 15 juillet, en amical à Fribourg.

Djibril Cissé a retrouvé des lieux qu’il connaît bien. L’ancien international français était effectivement passé au Grand Hôtel des Bains et au Stade Municpal en 2009 avec le Panathinaïkos. Hier, Yverdon Sport a présenté sa nouvelle recrue vedette -il s’est engagé pour une saison- à la presse.

 

L’avant YS

Eloigné des terrains depuis deux ans, après une opération à une hanche, Djibril Cissé s’est maintenu en forme, notamment à Bastia et à Auxerre. «J’ai été contraint de stopper ma carrière, mais ce n’était pas mon choix. L’envie de jouer au ballon a toujours été là, souligne l’ancien buteur et vainqueur de la Ligue des champions avec Liverpool. Je suis, de toute façon, quelqu’un qui a du mal à ne rien faire.»

 

Le rapprochement

Djibril Cissé et Mario Di Pietrantonio ont été présentés par un ami commun. «Le président m’a dit viens faire une année pour nous aider, presque sur le ton de la boutade, raconte le joueur révélé par l’AJ Auxerre. Le projet à court et moyen terme m’a plu.» «Par la suite, tout s’est déroulé en toute amitié. On n’a parlé que de foot, poursuit le boss du club. Djibril n’est pas venu pour faire de la figuration.»

 

La santé

Si Yverdon a pu convaincre l’ex-attaquant de l’Olympique de Marseille de venir dans le Nord vaudois, c’est aussi parce que plusieurs clubs, français notamment, ont douté de la santé du joueur, après sa dernière opération. «Mario, lui, m’a fait confiance. Il m’a dit : tu connais ton corps. Moi, je me sens à 100%.» Le nouveau venu sait, néanmoins, qu’il aura besoin d’un petit temps d’adaptation -un peu plus d’un mois d’après lui-, ainsi que de retrouver le rythme. «Mais je n’ai pas un an à perdre, et le club non plus.»

 

Le terrain

Pourvu d’un effectif jeune la saison passée, YS a souhaité dénicher quelques cadres. «Là où certains de nos joueurs pourraient ressentir la pression de la Promotion League, Djibril va nous amener son vécu et son calme», lance l’entraîneur Anthony Braizat, qui se souvient avoir souffert de la vista de l’attaquant auxerrois lorsque lui portait le maillot de Toulouse. Et d’ajouter : «J’espère qu’il reprenne du plaisir à jouer et à faire trembler les filets. Je suis jugé sur les résultats, Djibril est là pour m’aider.» L’ex-poulain de Guy Roux s’est entraîné lundi pour la première fois avec ses nouveaux coéquipiers. «J’ai rencontré de bons joueurs de ballon. L’entraîneur prône un style clair, porté vers l’avant, qui devrait me convenir», se réjouit-il.

 

L’esprit d’équipe

Même s’il vient du foot professionnel, Djibril Cissé promet qu’il ne sera «ni une diva, ni un poids», éludant le chapitre du capitanat : «Je n’ai pas besoin d’être capitaine pour endosser le rôle de leader, pour aider mes coéquipiers et pour marquer des buts. J’aimerais bien réussir ici ce que j’ai fait au Pana (ndlr : il a été meilleur buteur du championnat grec, remporté comme la Coupe).»

 

Les finances

Alors qu’YS annonce un budget de 800 000 à un million de francs, l’enveloppe consacrée à Djibril Cissé est hors budget et a été financée par divers partenaires du club. «Sa venue n’est pas une contrainte pour Yverdon Sport», insiste Mario Di Pietrantonio. «J’ai fait un pas en sa direction, et le président en a fait un vers moi, ajoute le premier concerné. Si c’était une question d’argent, je serais parti en première division turque, d’où m’est parvenue une offre plus lucrative.»

 

L’actualité

Ses démêlés avec la justice dans le cadre de l’affaire de la sextape de Valbuena qu’il espère bientôt régler -«la justice parlera»- et sa reconversion dans le clubbing mise entre parenthèses -«ce n’est pas une option, je suis à nouveau un footballeur»-, Djibril Cissé aura tout loisir de s’établir dans la région lausannoise à son retour de Bastia, où se trouve sa famille et où il doit régler quelques affaires. Dès lors, il sera entièrement Yverdonnois.

 

Florian Vaney et Manuel Gremion ■

Enregistrer

Enregistrer

Rédaction