Logo

Il connaissait la musique, Loïc Gasch s’est montré à la hauteur

5 février 2018 | Edition N°2178

Le Sainte-Crix a remporté le concours Hauteur et Musique, sur ses terres, samedi. Dans une atmosphère exceptionnelle et devant un public tout acquis à sa cause, il a bondi à 2m21.

«On va aller dépoussiérer les marques des ancêtres», a rigolé, avec beaucoup de respect, Loïc Gasch après avoir appris qu’il venait de réaliser la cinquième meilleure performance suisse en indoor de tous les temps. Le record (2m32), détenu par Roland Delhäuser, date des années 80, et le jeune Sainte-Crix (23 ans) semble effectivement parti pour bousculer la hiérarchie dans les saisons à venir. Samedi, lors de «son» concours Hauteur et Musique, il a en tout cas fait un pas de plus dans ce sens.

Dans la court des grands

Pas insensible à la foule quasi toute acquise à sa cause, venue pour le voir prendre sa revenche -il s’était blessé à la cheville lors de l’édition 2017-, le pensionnaire de l’USY s’est rapidement retrouvé sans rivaux dans le tableau masculin. Enchaînant les barres, jusqu’à buter «pour un cheveux», selon son coach, à 2m24: «Tout ce monde, ce bruit,  ça me booste. J’adore ça! C’est aussi le cas avec mes différentes rivalités, dont celle qui m’oppose à Abdoulaye Diarra», glissait celui qui est, donc, monté jusqu’à 2m21. Accompagné des applaudissements rythmés du public et des notes du tube de Macklemore, «Glorious», les athlètes pouvant choisir la musique sur laquelle ils s’élancent.

Les six médaillés ont revêtu leur survêtement avant de poser pour la photo du podium. Des têtes qu’on pourrait bien revoir l’an prochain. ©Carole Alkabes

Les six médaillés ont revêtu leur survêtement avant de poser pour la photo du podium. Des têtes qu’on pourrait bien revoir l’an prochain. ©Carole Alkabes

En ce sens, Loïc Gasch n’a donc pas été aidé par ses adversaires. Le Croate Alen Melon, détenteur du record du concours à 2m23, n’a pu faire mieux qu’une marque à 2m12. Diarra, qui semblait pouvoir être le seul à contester un tant soit peu la domination du local de l’épreuve, a été contraint à l’abandon après avoir effacé la barre à 2m15. «Faire 499 km (ndlr: il a compté) pour ça, ça fait c****. L’année dernière, Loïc s’est blessé alors que je tenais la forme. Cette année, c’est lui qui brille pendant que je me fais mal au genou. J’espère qu’on finira par se livrer un duel dans les règles de l’art», souriait le Franco-Malien, pas mauvais perdant pour un sous, qui a assuré une bonne partie du show à lui tout seul.

Moins haut, plus homogène

Loin de se chercher des excuses, qui n’avaient d’ailleurs pas lieu d’être après son très bon concours, le multiple champion de Suisse se voulait tout de même critique envers lui-même: «S’il a manqué un cheveux lors de ma dernière tentative? Non, simplement de la régularité. J’ai alterné les très bons et les moins bons sauts. Et, malheureusement, j’ai senti mes jambes se réveiller en atterrissant sur le tapis.»

Le showman Abdoulaye Diarra s’est joint aux jeunes danseurs pour une chorégraphie presque improvisée.

Le showman Abdoulaye Diarra s’est joint aux jeunes danseurs pour une chorégraphie presque improvisée.

Une victoire du héros local, du monde (près de 300 personnes) et une ambiance des grands jours: les organisateurs d’Hauteur et Musique auraient été gourmands de rêver d’une plus belle sixième édition. «Lorsqu’Alen Melon avait établi le record, il y a deux ans, cela avait été fantastique. Mais nul doute que cette année restera dans les annales, se réjouissait Silvan Keller, responsable de l’événement et coach de Loïc Gasch. Les athlètes ont une nouvelle fois beaucoup apprécié la compétition, ainsi que tout ce qui se trouve autour. La fondue du samedi soir, les bains du lendemain et, surtout, le décor de Sainte-Croix. Le concours est monté un peu moins haut que d’habitude, c’est vrai, mais le niveau a été beaucoup plus homogène. Et il ne faut pas oublier l’épreuve féminine, qui a été palpitante.»

Une compétition dominée par la championne nationale italienne Elena Vallortigara (1m84), devant l’Allemande Leonie Reuter (1m81, premier essai) et la Française Laura Salin-Eyike (1m81, deuxième essai). Le record de l’an dernier de l’impressionnante  Jossie Graumann (1m91) est toujours bien en place.

Leonie Reuter s’est bien battue, mais elle n’a rien pu faire face à la grande gagnante Elena Vallortigara.

Leonie Reuter s’est bien battue, mais elle n’a rien pu faire face à la grande gagnante Elena Vallortigara.

Florian Vaney