Logo

Un couple yverdonnois découvre la côte des Amériques du nord au sud

17 mai 2017 | Edition N°1998

Yverdon-les-Bains – Deux cyclistes nord-vaudois se sont lancés le défi de relier l’Alaska à la Terre de Feu sur deux roues. Bilan après un an de route.

Les deux cyclistes découvrent les Amériques. ©BenTess Schnellyss

Les deux cyclistes découvrent les Amériques.

Ils ont des mollets d’airain, Tessalia Wyss et Benoît Schnelli, le couple d’Yverdonnois qui parcoure les Amériques du nord au sud sur leur tandem. Après une année de périple qui doit le mener du Nord de l’Alaksa à la pointe sud de l’Argentine, il était temps de faire le point sur cette aventure un peu folle. Actuellement au Panama, les deux cyclistes subissent la saison des pluies, mais devraient retrouver le sec une fois arrivés en Colombie. L’idée étant de ne voyager qu’en été, les saisons s’inversent au passage de l’équateur, le duo tient pour l’instant le rythme prévu. Il a pris le temps de répondre, par mail, à nos questions.

 

Anecdotes et rencontres

 

Cette photo du couple a été prise dans la région canadienne du Yukon. ©BenTess Schnellyss

Cette photo du couple a été prise dans la région canadienne du Yukon.

«Nous aimons beaucoup évoquer la Top of the World Highway, route qui relie Chicken, en Alaska, et Dawson City, au Yukon, qui a été très dure pour nous au niveau des dénivelés. Mais elle s’est révélée magnifique, tant pour les rencontres que pour les paysages. Nous campons pour la nuit au bord de la route, 500 mètres avant la frontière canadienne. Le matin, alors que nous prenons notre petit déjeuner, un camping-car s’arrête, un homme en sort avec un thermos, vient vers nous et nous dit : Nous vous avons vu hier avec votre vélo, nous pensions qu’un bon café chaud vous ferait plaisir. Une bonne façon de commencer la journée !»

Quelques kilomètres plus tard, au passage de la frontière, les douaniers canadiens octroient aux deux cyclistes un visa de six mois (au lieu des trois habituels) car «on ne sait jamais», avant de remplir les bouteilles d’eau des aventuriers. Plus tard, lors de la pause de midi, un couple s’arrête en voyant le prototype de tandem, et pose une multitude de questions tout en régalant les sportifs de victuailles diverses. En repartant, les bienfaiteurs du jour crèvent un pneu, l’occasion pour les Yverdonnois de leur rendre la pareille en les aidant au dépannage. Et la journée n’est pas terminée. «En fin d’après-midi, se souvient le couple, lorsque nous cherchons un endroit où passer la nuit, le ciel se fait menaçant et nous devons enfiler nos habits de pluie. Un gros pick-up s’arrête alors à notre hauteur et le conducteur nous propose de nous emmener jusqu’à Dawson, notre destination. Nous acceptons de nous faire conduire par ces deux chercheurs d’or. Nous ne l’avons pas regretté, car la route en terre battue était devenue un vrai bourbier, avec l’orage.

 

Personnage marquant

 

Les paysages du Costa Rica ont notamment enchanté les deux voyageurs. ©BenTess Schnellyss

Les paysages du Costa Rica ont notamment enchanté les deux voyageurs.

Un périple pareil implique logiquement beaucoup de rencontres. Deux en particulier ont marqué le tandem de voyageurs. La première a lieu en Californie. «Nous sommes sur la route de Big Sur, entre San Francisco et Los Angeles, et nous nous arrêtons pour prendre des photos. Un homme vient nous poser des questions sur notre voyage, puis nous laisse son adresse mail et nous dit de lui écrire une fois à Los Angeles, si nous cherchons un endroit où dormir. Deux jours avant d’y arriver, nous lui écrivons sans grand espoir, en pensant qu’il nous a oubliés. La réponse est immédiate, il nous transmet son adresse, à Beverly Hills. En arrivant chez lui, il nous emmène vers une petite maison d’invités, rien que pour nous, et nous invite à profiter de la piscine et du jacuzzi, nous laissant les clés de la maison.» La deuxième est plus simple, mais tout aussi touchante. «Au Costa Rica, nous nous posons dans un petit village, pensant passer la nuit au bord d’une rivière. Trois garçons viennent vers nous et nous proposent de camper dans leur jardin, l’endroit que nous avions choisi étant parfois un lieu de beuverie. Nous passons donc la soirée avec eux, partageant nos pâtes et discutant à la lueur d’une bougie. Leur maman nous apporte même le café le matin, un excellent moment.»

 

Animaux

 

Le ballet majestueux des baleines au Nord de la Californie. ©BenTess Schnellyss

Le ballet majestueux des baleines au Nord de la Californie.

Alors que le couple longe la côte pacifique au nord de la Californie, soudain Tessalia croit avoir vu un jet d’eau. Le tandem s’arrête et les deux cyclistes scrutent l’océan jusqu’à l’horizon. Nouveau jet d’eau, puis une grande tête sort de l’eau : c’est une baleine ! Ils en comptent finalement huit, qui jouent en sortant de l’eau. Au final, ils passent deux heures à apprécier ce fabuleux ballet.

 

 

Budget

 

L’équipe calcule un budget logement et nourriture de quinze francs par personne et par jour pour les Etats-Unis et le Canada, et de douze francs pour l’Amérique latine. Elle prévoit une petite réserve pour les passages de douanes, les réparations du vélo et les petits extras.

 

Ensemble 24h sur 24

 

El Salvador a offert aux aventuriers des couchers de soleil magiques. ©BenTess Schnellyss

El Salvador a offert aux aventuriers des couchers de soleil magiques.

Pour une telle aventure, il vaut mieux s’entendre très bien, surtout lorsque l’on passe 24 heures sur 24 ensemble. «Ça va plutôt bien ! Mais il ne faut pas croire, il y a des fois où l’on se fâche quand même. Mais c’est surtout lorsque nous sommes stressés à cause du trafic, ou fatigués en fin de journée, expliquent les deux cyclistes. Quand nous sommes arrêtés à un endroit, nous avons chacun des activités à nous. Une phrase résume le tout : voyager en tandem, c’est un accélérateur de relation : lorsque ça va mal, ça va très mal, mais lorsque ça va bien, ça va très bien !»

 

Et la suite ?

 

Sur le point de rejoindre la Colombie, pour attaquer la partie sud-américaine de leur aventure, Tessalia et Benoît sont en phase avec leur plan de route. L’idée étant d’atteindre la Terre de Feu en mai 2018.

Enregistrer

Jean-Philippe Pressl-Wenger