Logo

Des offres de reprise escomptées d’ici à cet été

10 mars 2014

La fusion de Cité des Bains S.A. Avec l’association médicale du Centre thermal puis avec Grand Hôtel des Bains S.A. Aura bientôt lieu afin de faciliter la reprise des deux établissements.

© Duperrex-a

© Duperrex-a

En tout début de la dernière séance du Conseil communal, jeudi dernier, la Municipalité, par la voix du syndic Daniel von Siebenthal, a tenu à apporter un certain nombre d’informations au sujet du délicat dossier «vente du Grand Hôtel et du Centre thermal». Des précisions qui font notamment suite à diverses questions posées par le conseiller communal Johann Gilliéron (PLR).

Ainsi, la Municipalité a fait savoir que tant le conseil d’administration de Cité des Bains S.A. (Centre thermal) que celui de Grand Hôtel des Bains S.A. -composés des mêmes administrateurs- travaillent toujours et encore sur un double objectif. A savoir d’optimiser le fonctionnement de ces deux établissements afin d’en améliorer les résultats d’exploitation et de poursuivre les efforts en vue d’une future reprise desdits établissements décidée en 2012.

Une perspective dans laquelle à été prise la décision de doter les deux entités d’une direction unique «qui a permis d’établir une politique commerciale unique et de vendre un produit commun. De plus, le récent engagement d’un directeur commercial devrait permettre de retravailler le positionnement de ces deux établissements », a assuré le syndic Daniel von Siebenthal. Avant d’ajouter que ces nouvelles synergies ont permis de faire baisser la masse salariale de quelque 150 000 francs.

Une situation qui, ajouté au travail actuellement mené et les fusions annoncées de Cité des Bains S.A. Avec l’association médicale du Centre thermal, puis de Cité des Bains S.A. Avec Grand Hôtel des Bains S.A., pousse la Municipalité a espérer des offres de reprise fermes d’ici à l’été.

 

Shorty autorisé dans les piscines communales

© DR

© DR

Le municipal des sports, Jean-Daniel Carrard, a informé, en primeur, le Conseil communal de la décision de la Municipalité concernant le port du burkini dans les piscines couverte et ouverte d’Yverdon-les- Bains.

Pour rappel, une jeune musulmane vêtue d’un burkini s’était vu refuser l’accès au bassin lors d’un cours de natation, en décembre dernier. Les faits révélés par La Région Nord vaudois, avaient été dénoncés par l’Établissement Pestalozzi, puisque cette interdiction allait à l’encontre de sa politique d’intégration.

Invoquant des questions d’hygiène, les combinaisons humides en tout genre avaient alors été proscrites des bassins de la Cité thermale, pour éviter toute polémique autour du Règlement de la piscine communale. Les maîtres de natation, ainsi que les sportifs se voyaient alors contraints de porter un maillot de bain conventionnel, inefficace pour les tenir au chaud alors qu’ils passent plusieurs heures dans l’eau.

Interdiction confirmée

«La Municipalité confirme l’interdiction du port du burkini dans ses bassins, mais valide un compromis trouvé entre la direction des écoles et le service des sports de la Ville», a indiqué Jean-Daniel Carrard. Pour répondre à toutes les demandes, le règlement autorise à nouveau, et avec effet immédiat, le port du shorty (il s’agit de combinaison courte et humide qui couvre le corps des genoux aux coudes).

Ainsi, les sportifs retrouvent leurs habitudes et «les musulmanes pourraient se baigner en portant ce vêtement en plus d’un bonnet de bain, explique le municipal. Cette façon de faire semble acceptée par les parents concernés».

 

Pétitions autour du centre

Deux pétitions se préoccupant du bien-être du centreville ont été renvoyées à la Municipalité, jeudi soir.

La première compte officiellement 3267 signatures (près de 4000 signatures sont cependant parvenues aux représentants des pétitionnaires). Elle fait part des préoccupations des commerces, des habitants et des clients quant à la suppression des places de parc à la rue de la Plaine et à la rue du Valentin. Ce nombre important de signataires, craignant pour la vitalité tant sociale qu’économique du secteur, s’oppose à la diminution du nombre de places. C’est à la grande majorité que le Conseil communal demande à la Municipalité de tenir compte des inquiétudes témoignées et de répondre aux préoccupations des signataires.

Contre les vélos à la rue du Lac

La deuxième pétition est celle de l’Association «Stop aux bouchons », qui s’oppose à la volonté municipale d’autoriser la circulation des cyclistes à la rue du Lac. Elle demande à l’Exécutif communal de renoncer à ce projet dans la rue piétonne, même à titre d’essai.

Les représentants des pétitionnaires ont récolté 603 signatures venant des commerçants, des habitants, des clients et des passants. Bien que la Commission serait favorable à l’autorisation de circulations des vélos en-dehors des heures d’ouverture des magasins, les craintes d’accidents aux heures de grande affluence, de voir trop de vélos contre les vitrines, ainsi que l’inquiétude concernant la communication de la Municipalité sur la réelle intention de ce projet, ont convaincu une grande majorité de renvoyer cette pétition aux municipaux.

Muriel Aubert