Logo
Deux «chamois» conjuguent travail et passion
Vincent Regamey et Eric Desponds livrent courses et repas dans toute la région d’Orbe. 

Deux «chamois» conjuguent travail et passion

26 novembre 2020

Vincent Regamey et Eric Desponds assurent la livraison de repas et autres courses. Un service résolument écologique.

«Nous partageons la même passion pour le vélo et ce service nous permet de la pratiquer et de travailler», expliquent Vincent Regamey et Eric Desponds. À peine la fermeture des établissements publics annoncée, les deux jeunes gens ont décidé de se lancer: «Nous avons rapidement contacté les restaurateurs d’Orbe pour leur proposer nos services. On avait décidé de commencer le samedi et, le vendredi soir déjà, certains nous ont appelés.»

Les deux livreurs utilisent leur vélo de course pour assurer le service, essentiellement des repas préparés par les restaurateurs et livrés chez les particuliers. Mais les deux jeunes entrepreneurs n’ont pas l’intention d’en rester là. Cette deuxième vague de la pandémie les a fait réfléchir et c’est d’une nouvelle vie qu’ils rêvent.

Vincent Regamey, âgé de 33 ans, a d’abord suivi une formation d’agriculteur avant de travailler dans la vente pour le compte de grandes marques d’articles de sport. À 25 ans, Eric Desponds a aussi décidé de se reconvertir: «Je suis automaticien, mais en raison d’allergie à certains produits, je dois changer d’activité. On en a parlé avec Vincent, et on a décidé de se lancer.»
Le service qu’ils proposent à l’enseigne de «Chamois Express» est donc destiné à survivre à la pandémie. Ils ont clairement l’intention de le pérenniser pour devenir une référence dans la région d’Orbe.

Pour cela, ils ont repris l’écotrike, mis en service lors de la première vague de Covid avec le soutien de plusieurs partenaires et de la Ville d’Orbe, qui s’apprête d’ailleurs à acquérir le véhicule. «Ce véhicule électrique -le toit est recouvert d’un panneau qui contribue à charger la batterie- nous permet non seulement de respecter les principes écologiques auxquels nous sommes attachés, mais aussi de transporter des marchandises plus lourdes», expliquent les jeunes entrepreneurs.

Et pour donner un maximum de chances de viabilité à leur petite entreprise, ils ont décidé d’élargir leur activité également hors les murs d’Orbe. Ce véhicule leur permet en effet de desservir toutes les localités dans un rayon de quelques kilomètres, jusqu’à Baulmes, Lignerolle, Romainmôtier, Chavornay et Bavois.

L’une des motivations de l’élargissement de l’aire d’activité tient au fait que depuis l’apparition de la pandémie, certaines personnes ont peur d’aller dans les magasins. «Même l’été dernier, lorsque la situation était redevenue presque normale, on notait la réticence de certaines personnes. La peur générée par le virus est bien réelle. Nous pensons que notre service est bien adapté pour ces personnes qui craignent de se retrouver avec du monde dans un magasin», expliquent les jeunes gens.

«Cet écobike nous permet de transporter jusqu’à 300 kilos. Cela veut dire qu’on peut livrer les courses de plusieurs personnes en une fois en couvrant un circuit», soulignent les «chamois», un nom qu’ils ont choisi en référence à l’agilité de l’animal, mais également parce que la peau de chamois soulage aussi le fessier des cyclistes.

Il faut dire que la pratique du vélo de course est une véritable passion et les conditions météorologiques adverses ne font pas peur aux jeunes gens. Vincent Regamey a d’ailleurs pratiqué la compétition, sur les traces d’un certain Henri Regamey, vieille gloire du cyclisme yverdonnois qui a été champion suisse chez les amateurs élite. «Le fruit n’est pas tombé loin de l’arbre», s’amuse son neveu, plutôt fier de ce tonton resté très sportif, qui vit désormais en France voisine.

Quant ils ne livrent pas, les deux «chamois» travaillent à la promotion de leur jeune entreprise: «Nous avons posé des affiches dans toute la région pour nous faire connaître. Nous espérons aussi mettre en service notre site internet dans quelques jours. Les gens pourront ainsi nous contacter directement, quel que soit leur besoin en matière de transport (076 244 25 06). Notre fierté, c’est de respecter les principes de l’écologie. Nous roulons tous les jours et s’il faut faire face à un coup de feu, nous avons des amis prêts à nous donner un coup de main.»

À ce stade, les fondateurs de «Chamois Express» n’ont pas encore définitivement arrêté les tarifs de leurs services. Pour une livraison des commissions hors Orbe, ils envisagent de percevoir un forfait de 10 francs.

Actuellement, ce sont les restaurateurs eux-mêmes qui les rétribuent. «Certains majorent un peu le prix des repas que nous livrons. Cela varie entre 5 et 7 francs pour une commande à 60 francs. D’autres ont décidé de conserver les prix qu’ils pratiquent habituellement. Dans tous les cas, ils cherchent à avoir les prix les plus bas possibles.»

Isidore Raposo