Logo

La direction des soins hospitaliers décapitée

19 février 2018 | Edition N°2188

Yverdon-les-Bains – Le comité directeur des Etablissements hospitaliers du Nord vaudois (EHNV) a mis un terme à la collaboration avec deux cadres.

Les tensions étaient exacerbées au sein du comité directeur. © Michel Duperrex

Dans un bref communiqué diffusé vendredi après-midi – les cadres avaient été informés le matin-même –, le comité directeur des Etablissements hospitaliers du Nord vaudois (EHNV) a annoncé avoir «mis un terme à la collaboration avec Madame Christiane Kordo, directrice des soins, et Madame Laure Jagiello, directrice des soins adjointe». La mesure, justifiée par des «divergences managériales concernant le département des soins», prend effet à fin août.

Mais en fait, la collaboration a pris fin immédiatement. Ces deux personnes pourront consacrer les prochains mois à la recherche d’un nouvel emploi.

Le comité directeur précise encore que la direction du département des soins sera assumée, à titre intérimaire, par le directeur général Jean-François Cardis. Celui-ci avait déjà occupé cette charge avant de prendre la direction générale.

Sous pression

La décision du comité directeur paraissait inéluctable, tant les tensions étaient exacerbées. Même si le conflit n’avait pas transpiré à l’extérieur de la maison, les tensions entre les deux collaboratrices incriminées et une bonne partie du personnel infirmier étaient fortes. Au point qu’une pétition comportant plus de 400 signatures avait été remise en fin d’année dernière à la direction et au comité directeur.

Le Syndicat des services publics (SSP) et le Syndicat interprofessionnel Syna, alertés par des collaborateurs des hôpitaux, sont entrés en action il y a plusieurs mois déjà. Ressentie comme une intrusion par les deux intéressées, cette action ne les a pas attendries. Bien au contraire. Leur style de gestion, pour ne pas dire de commandement, déplaisait clairement à une partie du personnel.

Au bout du compte, le comité directeur n’a pas eu d’autre issue que celle consistant à trancher dans le vif et à mettre un terme à la collaboration, tout en les remerciant pour le travail réalisé depuis 2014, «notamment la mise en place de l’organisation par filière, la gestion des flux des patients et la prise en charge de la population vieillissante».

Revendications

La pétition signée par plus de 400 collaborateurs demandait:

– Un changement du mode de management de la hiérarchie.
– Le rétablissement d’un climat plus serein et la prise en compte des demandes des employés lors d’espaces de dialogue.
– Un rappel que les heures supplémentaires font partie de la réalité du travail dans un hôpital. Elles doivent être comptabilisées et ne sont pas liées à un mauvais travail de la part du personnel.

Isidore Raposo