Logo

Dix ans de rock attitude

9 juillet 2019 | Edition N°2535

La Fodge music school a soufflé ses dix bougies, samedi, lors d’une journée rythmée par des concerts.

C’est dans une petite pièce, au rez-de-chaussée de l’annexe de la maison de maître de la rue de Neuchâtel 25, à Yverdon-les-Bains, que tout a commencé pour Gilles Gfeller. C’est là que la rock attitude qu’il enseigne au sein de la Fodge music school est née. Une formule qui fonctionne puisque l’école de musique privée a fêté ses dix ans samedi dernier, avec une journée portes ouvertes et des concerts.

«Fender ou Gibson, il faut choisir!», rigole Gilles Gfeller en présentant deux tabourets aux couleurs des célèbres marques de guitare électrique. Et quand il évoque ses premières répétitions dans ce petit coin de la demeure, le musicien ne peut s’empêcher de sourire: «Avec mon groupe de rock, on a commencé par louer ce local durant trois-quatre ans. C’était mythique, on jouait sur un plancher qui était posé sur un sol en terre battue et, parfois, il y avait même des rats qui passaient! Et quand il pleuvait, les odeurs d’égouts remontaient.»

En jetant un regard sur le passé, Gilles Gfeller fait le point, en mode accéléré,  sur le chemin parcouru pour arriver à célébrer le jubilé de l’école: «La dernière propriétaire a légué la maison à la Commune pour qu’elle serve à la jeunesse. Il y a donc eu une école enfantine, puis une garderie. Ensuite l’immeuble a été déclaré insalubre. Il a été refilé à des artistes qui en ont fait une école de musique. Ils ont arrêté et c’est là qu’on a repris le bail, en 1997. On a entendu que la Ville voulait démolir l’endroit, vu les investissements à prévoir. On a donc monté un dossier car on voulait y rester. Nous avons proposé de nous occuper des travaux si elle payait le matériel et le gros œuvre.» Une proposition acceptée par la Municipalité de l’époque. Un important chantier a ainsi démarré dans la foulée, pour finir en 2001. Depuis, les musiciens continuent d’adapter la maison à leurs besoins. «Ils bricolent pas mal, confirme éric Burnod, responsable des immeubles à Yverdon-les-Bains. Ces dix dernières années, la Ville a investi 34 700 francs.»

Le bail de dix ans initialement prévu a ainsi été reconduit d’année en année. «C’est une pépinière à talents. Le collectif s’est beaucoup investit pour cette maison et pour la culture. La Ville leur doit beaucoup», assure Pierre Dessemontet, chargé de la suppléance du dicastère de la culture.

Christelle Maillard