Logo

Ensemble seulement ce sera possible

6 novembre 2017 | Edition N°2117

Football – Promotion league – Yverdon Sport a montré une réaction après la désillusion des Peupliers, mais a tout de même été tenu en échec par Brühl, samedi au Stade Municipal (2-2). Maintenant, il faut des points.

Avec les nombreuses absences, dont celle de Gilberto Reis, Patrick Cazzaniga a retrouvé une place de titulaire, samedi, sur la gauche de la défense. ©Carole Alkabes

Avec les nombreuses absences, dont celle de Gilberto Reis, Patrick Cazzaniga a retrouvé une place de titulaire, samedi, sur la gauche de la défense.

Il y a eu cette perte de balle évitable, un SC Brühl qui a très bien joué le coup juste derrière et une égalisation qui, forcément, a fait mal (2-2, 79e, score final). Douloureux, parce qu’Yverdon Sport semblait avoir pris le pas sur son adversaire en fin de match, comme il l’a si souvent fait cette saison, et parce qu’un regroupement en-haut de classement lui tendait les bras -le Stade Nyonnais s’est incliné, Kriens a été contraint au nul. Un coup dur qui ne doit pas faire oublier ce qui a été aperçu durant le reste de la partie.

 

De Pierro, un symbole

 

Trois minutes à peine avant ça, le public du Stade Municipal l’a bien vu, le symbole de la réaction de son équipe, orchestrée par un rush fougueux d’Adriano De Pierro. Le défenseur central a pris le contrôle du ballon dans le rond central, a mis dans le vent trois adversaires, puis s’est écroulé à l’orée de la surface. Bruno Caselei a magistralement botté le coup-franc qui s’en est suivi, et YS venait de retourner une situation plus que tendue encore quinze minutes auparavant.

En clair ? Un nouveau -Caselei, qui effectuait sa troisième apparition en vert et blanc depuis son arrivée- a profité du travail d’un ancien -De Pierro, au club depuis une saison et demie. Preuve, si besoin était, que les Yverdonnois ont un effectif plus complet que jamais et que chaque joueur possède des qualités à apporter au groupe. Ousmane Doumbia et Bruno Caselei sont encore loin de leur plein potentiel ? C’est vrai. Mais, même à 80% de leurs capacités, les deux anciens servettiens sont capables de gestes qui détonnent en Promotion League. Pour autant que les deux hommes soient toujours yverdonnois à la fin de l’hiver, ils seront, c’est certain, des pièces maîtresses de la première équipe au second tour.

 

Personne ne se détache

 

Même s’ils n’ont pris qu’un point et que la victoire semblait clairement à leur portée, c’est bien les Nord-Vaudois qui ont réalisé la bonne opération de la journée, face au 4e du classement. Au sein d’un trio de tête qui n’avance plus, cela ne fait plus l’ombre d’un doute : Yverdon a un coup à jouer. Surtout que les discussions du début de semaine dernière ont l’air d’avoir porté leurs fruits.

Les joueurs avaient des choses à se dire, tout comme ils devaient faire passer un message à leur entraîneur. Un échec comme la défaite concédée aux Peupliers (4-1), il y a dix jours, ne pouvait pas rester sans suite. Tout le monde a géré ça avec beaucoup de maturité et d’intelligence, chacun a écouté ce que l’autre avait à lui dire, et des solutions ont été trouvées en ce sens, sans qu’aucune mesure regrettable ne soit prise. L’ambiance de travail à l’entraînement n’a, finalement, quasi jamais été aussi bonne que cette semaine. Résultat : une prestation plutôt aboutie, bien qu’un brin frustrante, face à Brühl et, surtout, un discours éminemment positif en provenance du banc. YS avait pris l’habitude de réagir à ses coups d’arrêt avec une victoire. Ça n’a pas été le cas samedi, mais la manière et l’envie ont bien été aperçues.

Reste que la finale de l’automne, dans deux semaines à Kriens, se rapproche. En terres lucernoises, il faudra se montrer encore bien plus à son affaire. L’occasion sera belle de faire plonger le leader encore davantage dans le doute. Et pour ça, rien ne vaut une victoire contre Köniz, samedi, en guise de préparation.

 

Yverdon Sport – Brühl 2-2 (0-0)

 

Buts : 52e Huber 0-1 ; 64e Cissé 1-1 ; 76e Caselei 2-1 ; 79e Abegglen 2-2.

Yverdon : Da Silva ; Rossé, De Pierro, Dia, Cazzaniga ; Doumbia, Lusuena (60e Caselei); Marazzi (60e Eleouet), Rushenguziminega, Deschenaux (84e Lahiouel); Cissé. Entraîneur : Anthony Braizat.

Brühl : Lazraj ; Bozic, Ivic, Franin, Pellegatta ; Scherrer, Holenstein, Riedle ; Huber, Sabaonvic, Abegglen. Entraîneur : Uwe Wegmann.

Notes : Stade Municipal, 612 spectateurs. Arbitrage de Vladimir Ovcharov, qui avertit Lusuena (4e, antijeu), Rushenguziminega (11e, antijeu), Scherrer (39e, jeu dur), De Pierro (40e, jeu dur), Riedle (43e, antijeu), Pellegatta (59e, jeu dur), Vujic (88e, jeu dur).

Enregistrer

Florian Vaney