Logo

Faire de cette agressivité une force

10 août 2018 | Edition N°2307

Réduit à dix avant la demi-heure, Yverdon Sport a dû se contenter d’un point face à Bâle II (1-1), mercredi.

Un climat étrangement tendu a régné sur la rencontre entre Yverdon Sport et Bâle II. Tout semble être parti de cet accrochage de la 8e minute dans la surface bâloise. Raphaël Gherardi s’est estimé victime d’une faute qui aurait pu (ou dû?) permettre à YS de bénéficier d’un penalty. Au sifflet, le Vaudois Simon Rosset – qui avait opté pour une ligne très permissive et qui s’y est tenu jusqu’au bout – a considéré que l’attaquant de soutien en avait rajouté. Ce qui n’a pas plu à beaucoup d’Yverdonnois. «A partir de cet épisode, la situation n’a fait qu’empirer, lâchait le défenseur central Sébastien Le Neün. Nous nous en sommes d’abord pris à l’arbitre, puis à nos adversaires. Et, finalement, nous avons perdu beaucoup d’énergie pour nous contenir. Si cela nous a désolidarisés? Désunis, non. Mais déconcentrés, c’est certain.»

Une erreur qui coûte cher

Pas de doute, Yverdon Sport a fait preuve de beaucoup d’agressivité avant-hier. Les hommes d’Anthony Braizat ont énormément donné, notamment dans la première demi-heure. Et puis est arrivé ce geste de François Marque. Au cours d’une altercation, le capitaine des Verts a laissé une trace de sa main gauche sur le visage du Rhénan Robin Huser, sous les yeux de l’arbitre qui l’a expulsé sur-le-champ (28e).

Il existe au moins trois problèmes avec la perte de sang-froid du Français. D’abord, ce carton rouge a influé sur le résultat final et sur l’ouverture du score bâloise (35e). L’entraîneur nord-vaudois a été contraint de modifier ses plans et son dispositif. Nehemie Lusuena, notamment, a dû reculer de sa position naturelle de demi défensif pour prendre place sur la droite de la défense pendant dix minutes. Le jeune Yverdonnois, fautif en la circonstance, s’est retrouvé en retard sur l’action du 0-1 et c’est lui qui a très malencontreusement poussé le ballon dans son propre but.

Zeneli, intégration réussie

Ensuite, le plan initial d’Anthony Braizat était de ménager certains éléments pas encore à 100%, à l’image de Muamer Zeneli, qui sortait d’une légère blessure. Latéral capable d’inventer des situations chaudes à lui seul, l’ancien bavoisan était indispensable dans un tel contexte et a été prié de rentrer sur le terrain avant la mi-temps (38e), ce qui s’est finalement transformé en un événement positif. L’égalisation d’Yverdon Sport (1-1, 63e, score final) est tombée sur un coup-franc rentrant de ce même Zeneli, venu mourir dans les filets sans que personne n’ait touché la balle. Le Kosovar n’était pas le joueur le plus apprécié par le public yverdonnois lorsqu’il évoluait à Bavois. Mercredi, le Stade Municipal l’a applaudi en héros. C’est ce qu’on appelle réussir son intégration.

Si cela a fonctionné pour Zeneli, Adriano De Pierro, lui, souffre encore des côtes. Le défenseur central ne pourra probablement pas combler l’absence de François Marque demain à Zurich. Une tâche qui incombera probablement au demi Bertrand Ndzomo. Pas idéal.

Enfin, et ce n’est pas un secret, Marque est un joueur d’une certaine valeur. Son contrat a été négocié pendant de longues semaines avant qu’un terrain d’entente soit trouvé. Autrement dit, l’ancien du FC Bâle est un élément sur lequel son coach compte énormément. Il le sait et il en a aussi joué à son avantage. A présent, il doit se montrer irréprochable. Ses qualités lui permettent une certaine marge de manœuvre dans le jeu. Mais pour ça, il doit placer son attitude au niveau de sa jouerie. Face à Bâle II, il a peut-être coûté deux points à un YS qui semblait supérieur à son adversaire à nombre égal. C’est tout le contraire que le club attend de son leader.

 

Yverdon SportBâle II 1-1 (0-1)

But: 35e Lusuena, autogoal 0-1; 63e Zeneli 1-1.

Yverdon: Martin; Matukondolo, Le Neün, Marque, Cazzaniga (54e Gudit); Eleouet (39e Zeneli), Lusuena, Ndzomo, Maroufi; Gherardi (60e Pacar), Ciarrocchi (80e Bud). Entraîneur: Anthony Braizat.

Bâle: Steffen; Stabile, Lokaj, Dimitriou (83e Isufi), Conus; Bislimi (64e Tushi), Yapi Yapo, Huser; Vonmoos, Pululu, Suter. Entraîneur: Arjan Peço.

Notes: Stade Municipal, 553 spectateurs. Arbitrage de Simon Rosset, qui avertit Bislimi (41e, jeu dur), Cazzaniga (53e, jeu dur). Expulsion: François Marque (28e, voies de fait).

Florian Vaney