Logo

Le FC Bavois, tremplin de Yanis Lahiouel

21 avril 2017 | Edition N°1980

Football – Promotion ligue – Arrivé de Lancy cet hiver, le milieu de terrain fait forte impression à Bavois, où il espère exploser.

Bavois aura besoin du Français pour se sauver. ©Carole Alkabes

Bavois aura besoin du Français pour se sauver.

Vingt-deux ans fraîchement fêtés, seize buts inscrits et dix passes décisives délivrées en une année passée à Lancy, en 1re ligue, respectivement trois et deux avec Bavois en cinq rencontres disputées depuis la reprise : Yanis Lahiouel est ce qui est couramment appelé un joueur prometteur. Et pourtant, le jeune homme a bien failli ne jamais connaître la prodigieuse ascension qui est la sienne actuellement. «J’ai fait mes gammes à Evian-Thonon-Gaillard, où j’ai passé près de dix ans, à la fin desquelles j’ai rejoint leur équipe de CFA2. Mais je voulais jouer, ce dont je n’avais pas vraiment l’occasion là-bas. Je suis donc parti, et je n’ai rien fait pendant six mois. J’ai failli tout arrêter», admet celui qui a touché un ballon pour la première fois à la Rochesur-Foron, petit village français proche de la frontière genevoise.

Ce qui a dissuadé le demi-offensif de ranger ses crampons ? Un coup de fil de son cousin à Jean-Michel Aeby, qui venait de débarquer sur le banc du Lancy FC. «Il a appelé le coach en se faisant passer pour moi ! Je ne sais pas exactement ce qu’il lui a dit mais, quelques jours plus tard, j’étais pris en test.» Avec le succès qu’a été celui du club genevois pendant une année. «C’est vrai que c’était une période sympa. On était invaincus au second tour la saison dernière, puis en position de finaliste cet hiver.»

 

Bavois a flairé le bon coup

 

Cible de quelques problèmes financiers récemment, l’équipe lancéenne a été contrainte de laisser filer ses meilleurs éléments durant la trêve, dont l’excellent Yanis Lahiouel. S’il a été convoité un peu partout, c’est Bavois qui a su se montrer le plus convainquant. «Certains m’ont dit que je faisais une erreur en venant ici. La vérité, c’est que je n’ai pas hésité une seconde. Le discours du club est motivant. Bekim Uka, l’entraîneur, a été un grand attaquant et m’apporte énormément. Et puis, surtout, évoluer en Promotion League représente une progression pour moi.»

Cette progression, la pépite bavoisanne en fait son moteur. «Je me donne jusqu’à 25 ans pour réussir. Si cela ne fonctionne pas d’ici-là, je commencerai à chercher quelque chose à côté. Évidemment, j’espère jouer le plus haut possible. Quand je vois les infrastructures et certains groupes de supporters des clubs de Super League, je rêve de pouvoir en intégrer un. Je me sens vraiment bien à Bavois, mais je ne le cache pas : si on me donne la chance d’évoluer plus haut, je n’hésiterai pas.»

Ambitieux, le Français l’est partout où il passe, y compris aux Peupliers, où il n’a qu’un espoir : que le FCB se maintienne : «On a les cartes en main pour y parvenir. Il nous suffit juste d’éviter le genre de ratés qu’on a connu la semaine dernière, notamment (ndlr : défaite 4-1 face à YF Juventus Zurich). Notre calendrier est plutôt favorable, l’ambiance dans l’équipe est parfaite et ce qu’on montre depuis la reprise est encourageant. La balle est dans notre camp.» Elle le sera plus que jamais demain, face à United Zurich, avant-dernier du classement. Une victoire et le maintien serait assuré, ou presque. Actuellement, pas grand-monde n’est mieux placé que Yanis Lahiouel pour mener Bavois sur ce chemin.

 

L’avant-match
Le point avec les équipes de la région

 

Challenge League
Le Mont – Schaffhouse, dimanche à 15h à Sous-Ville.

Le très bon début de second tour des Montains les avait poussés à regarder plutôt vers le haut que vers le bas du classement. Les récents résultats un peu plus délicats ont, toutefois, rendu les choses très claires : le Mont n’a plus que quatre longueurs d’avance sur la barre et dispute une nouvelle rencontre capitale dimanche, face à la formation qui le précède au classement. A noter que les joueurs et le staff montains n’ont toujours pas le droit de s’adresser à la presse.

 

Promotion League
Bavois – United Zurich, samedi à 17h aux Peupliers.

 

Robin Enrico, Dren Basha et Fabijan Markaj ont évolué avec la «deux», mardi dernier à Donneloye, et devraient être à disposition du coach Bekim Uka pour cette rencontre capitale face à l’avant-dernier. Le technicien bavoisan pourra également compter sur le retour au jeu de Muamer Zeneli après sa suspension. Tous les voyants semblent donc au vert pour Bavois.

 

1re ligue – groupe 1
Naters – Yverdon, dimanche à 14h30 au Stapfen.

 

Fort de sa victoire en match avancé de la 21e journée, mercredi dernier, Stade-Lausanne-Ouchy a repris la tête du groupe et met la pression sur Yverdon Sport avant son déplacement à Naters.

Au vu des progrès réalisés ces dernières semaines, les Nord- Vaudois ne devraient, toutefois, pas trop tremblé en Valais, face à l’avant-dernier du classement. Pour cette rencontre, Alex Gauthier et Allan Eleouet sont de retour dans le groupe.

Florian Vaney

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rédaction