Logo

La fête, et rien que la fête, sous un beau ciel bleu

13 mars 2017 | Edition N°1953

Yverdon-les-Bains – L’édition 2017 des Brandons de la Cité thermale s’est terminée hier, après trois jours de liesse populaire sans aucune fausse note.

Les Tessinois de la Spacatimpan de Vacallo ont remporté le concours des guggenmusik. ©Carole Alkabes

Les Tessinois de la Spacatimpan de Vacallo ont remporté le concours des guggenmusik.

Des déguisements, des confettis et de la bonne humeur. Le cocktail, pimenté par les rythmes ensorcelants des guggenmusik, a donné l’énergie nécessaire à la population yverdonnoise présente aux Brandons pour chasser l’hiver.

Le seul petit bémol, aux yeux du comité d’organisation de la manifestation, a été le manque de monde sous la tente le vendredi soir. Le programme slalomait entre un «repas à une thune», composé d’un papet vaudois, une prestation musicale assurée par le groupe «Le Beau Lac de Bâle» et un karaoké. Au-delà de cette petite anicroche, la fête a été grandiose.

Le cortège a ravi les enfants de tous âges. Des déguisements aux teintes chatoyantes ont offert au très nombreux public massé tout au long du parcours des flashes de couleur variés. ©Carole Alkabes

Le cortège a ravi les enfants de tous âges. Des déguisements aux teintes chatoyantes ont offert au très nombreux public massé tout au long du parcours des flashes de couleur variés.

Une fois de plus, une grande partie de cette réussite est à mettre au crédit des nombreux bénévoles qui ont offert de leur temps à la manifestation. Que ce soit au service, dans le rôle de guides pour les guggenmusik, ou dans tant d’autres rôles, la cinquantaine de ceux qui ont soutenu les dix membres du comité d’organisation durant tout le week-end auront sué. «Ils doivent même parfois endosser plusieurs rôles différents durant la journée. Ils tournent comme des hélices sur toute la durée de la fête, confirme Michael Thévenaz, le président du comité d’organisation. Pour pouvoir travailler encore mieux, il nous faudrait, pour l’année prochaine, une vingtaine de bénévoles supplémentaires sur les trois jours. Ce serait idéal.»

Une des deux guggenmusik alémaniques a fait forte impression. Les Rasselbandi, de Horw (LU), avaient choisi le thème mexicain de la fête des morts pour défiler ce week-end. ©Carole Alkabes

Une des deux guggenmusik alémaniques a fait forte impression. Les Rasselbandi, de Horw (LU), avaient choisi le thème mexicain de la fête des morts pour défiler ce week-end.

Lors du cortège d’hier après-midi, au-delà des cliques pétaradantes et des canons à confettis plutôt joueurs, le public a vécu à l’heure du Japon. Plusieurs classes avaient confectionné leurs déguisements en s’inspirant de la culture du pays du Soleil Levant. Les concepteurs de chars s’étaient également donné de la peine pour trouver des idées originales. Gageons que cette édition particulièrement réussie saura donner des forces au comité pour l’édition 2018.

Finances, nerf de la guerre
Bilan – Pas de mauvaise surprise pour l’instant

Même sous les traits d’un héros de dessin animé, le bonhomme hiver s’est embrasé comme une torche, samedi soir à la place Pestalozzi, sous le regard de centaines de spectateurs comblés. ©Carole Alkabes

Même sous les traits d’un héros de dessin animé, le bonhomme hiver s’est embrasé comme une torche, samedi soir à la place Pestalozzi, sous le regard de centaines de spectateurs comblés.

Tout n’est pas encore bouclé, mais le bilan général est bon. C’était en substance le message du comité d’organisation au terme de cette édition 2017 des Brandons d’Yverdon-les-Bains. «On a eu des gros soucis financiers l’année dernière et on n’était pas certains de pouvoir mettre sur pied cette édition, a rappelé Michael Thévenaz, le président du comité d’organisation.» Les problèmes de trésorerie évoqués résultent d’une accumulation d’erreurs et d’une gestion aléatoire au cours des dernières années. Ces soucis ont engendré un gros déficit sur l’année dernière. Mais, en partenariat avec le Service de la culture de la Ville, les organisateurs ont réussi à relancer la manifestation. «On a appris que la Ville nous soutenait il y a deux mois et demi, a poursuivi l’homme fort de la manifestation. On a ensuite vécu deux ou trois couacs dans le processus de mise sur pied, ce qui fait que le cortège a dû être raccourci. Je dois encore ajouter que Police Nord vaudois a super bien joué le coup en accompagnant le public.»

Sécurité idéale

Le président de l’organisation, Michael Thévenaz, s’est montré satisfait. ©Carole Alkabes

Le président de l’organisation, Michael Thévenaz, s’est montré satisfait.

Durant le week-end, aucun incident n’a été signalé (lire encadré). Sur une ville de 30 000 habitants, c’est plutôt réjouissant. «Malgré l’image noire que peut avoir Yverdon-les-Bains, avec ses délinquants, ses dealers et ses bagarres, il n’y a rien eu, se réjouit Michael Thévenaz. Police Nord vaudois a été omniprésente et ça a été un soulagement pour nous. Car contrairement à ce qui peut se passer dans des manifestations identiques à Sainte-Croix ou à Grandson, où c’est la Gendarmerie qui gère la sécurité et envoie une facture très salée, PNV est à disposition gratuitement. Et pour nous, ça change tout.»

Aucun incident majeur à signaler

Durant toute la durée de la manifestation, aucune échauffourée, ni bagarre d’envergure n’a été signalée. L’entreprise de sécurité mandatée par les organisateurs, ainsi que l’engagement en continu de Police Nord Vaudois, ont permis aux visiteurs venus s’amuser aux Brandons, ce week-end, de pouvoir le faire en toute sécurité. La seule petite ombre au tableau concerne un acte de vandalisme commis dans la nuit de mardi à mercredi, lors du montage des installations. Les vitres d’une petite machine de chantier ont été brisées par des personnes malveillantes. Une plainte a été déposée par l’entreprise propriétaire de la machine.

Enregistrer

Enregistrer

Jean-Philippe Pressl-Wenger