Logo

Feu vert au parc éolien de Sainte-Croix

5 juin 2013

La Municipalité de Sainte-Croix a délivré le permis de construire. Mais les opposants sont déterminés à user de toutes les possibilités pour empêcher la construction.

Le chemin de la procédure s’annonce encore long. Et ce n’est pas demain que les éoliennes apparaîtront sur les crêtes.

Au terme d’une séance extraordinaire tenue jeudi dernier, la Municipalité de Sainte-Croix a délivré le permis de construire destiné au parc éolien. Elle a, dans le même temps, informé les opposants. L’Exécutif de Sainte-Croix s’est bien entendu appuyé sur les dispositions de la troisième révision du Plan directeur cantonal (PDCn), présentées il y a peu par les conseillères d’Etat Béatrice Métraux et Jacqueline de Quattro.

Le Département cantonal de l’intérieur a en effet adopté, début mai, le Plan d’affectation cantonal «Eoliennes de Sainte-Croix», qui concerne la construction de six éoliennes au-dessus du village, dans la zone comprise entre le Mont-des-Cerfs et les Gittaz.

La consommation du lieu

Selon les prévisions, les six mâts projetés -Romande Energie, maître d’oeuvre, a renoncé, après concertation, à un septième mât prévu à quelques centaines de mètres du village- devraient fournir annuellement quelque 22 GigaWatts/heure par année, soit l’équivalent de la consommation de six mille ménages, ou celle de la totalité de la Commune de Sainte-Croix, industries comprises.

Dans un communiqué diffusé hier, la Municipalité de Sainte-Croix précise avoir informé personnellement les personnes de référence qui, lors de la mise à l’enquête réalisée début 2011, avaient déposé une opposition. L’une des oppositions est collective (plus de 1600 signatures).

 

Garanties réaffirmées

A l’heure de la délivrance du permis, les autorités cantonales et communales affirment qu’elles «veilleront particulièrement à la mise en place des différentes mesures de compensation environnementales». Il s’agit, notamment, du pilotage des éoliennes, de la mise sous terre des lignes électriques, et de la création de murs en pierres sèches et de bosquets.

 

Les opposants ne désarment pas

Recours en préparation

Les décisions cantonale (Plan directeur) et communale constituent une nette accélération de la procédure. Mais celle-ci est loin d’être terminée et ce n’est pas encore demain la veille qu’on verra les éoliennes surgir dans la région des Gittaz.

«Nous n’en resterons pas là!» Opposant historique, Olivier Lador confirme qu’un recours contre la décision cantonale sera déposé d’ici la fin de la semaine auprès de la Cour administrative et de droit public du Tribunal cantonal vaudois. Une autre procédure sera engagée contre le permis de construire que vient de délivrer la Commune de Sainte-Croix. «Je ne trouve pas normal qu’on puisse accorder un permis de construire dans une zone qui est inconstructible», tonne Olivier Lador, qui est domicilié à La Gittaz.

Cet opposant soutient que sans la RPC (rétribution à prix coûtant), l’opération n’est pas rentable.

Les recours sont déposés par des personnes physiques, l’Association de défense des Gittaz et du Mont-des-Cerfs, désormais présidée par Alain Bonnevaux, n’ayant pas la qualité pour recourir. Helvetia Nostra et la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage recouront également. Pro Natura n’ira pas plus loin, sa demande de planification cantonale ayant été satisfaite.

Isidore Raposo