Logo

Grandson transformé en forteresse

24 septembre 2020

«On ne peut pas faire autrement. Avec le décalage de certains chantiers et les contraintes des autres, il faut passer par là. On a voulu éviter la période estivale.» Municipale grandsonnoise en charge de l’épuration des eaux, Christine Leu Metille annonce une période de grandes perturbations sur les principaux axes routiers de la commune, en particulier sur la route cantonale 401 qui relie Yverdon-les-Bains à la frontière neuchâteloise. Pas moins de dix chantiers vont provoquer des perturbations et imposer des changements d’habitudes, durant quelques jours ou quelques semaines.

Ces travaux, concentrés dans la vieille ville, sur la route cantonale, et sur le chemin de mobilité douce qui relie Les Tuileries-de-Grandson à Yverdon-les-Bains par le bord du lac, sont imposés par deux grands projets: le raccordement des stations d’épuration des eaux de Champagne, Onnens, Concise et Grandson à celle d’Yverdon-les-Bains, pilotés par l’AIERG (Association intercommunale pour l’épuration-région Grandson), et la construction du nouveau pont de la route cantonale sur la Brinaz, réalisée dans le cadre des travaux renaturation du cours d’eau.
Circulation alternative sur la Brinaz

Commençons par le chantier qui risque de susciter le plus de mécontentement: la construction du nouveau pont sur la Brinaz (route cantonale 401). Depuis plusieurs mois, le trafic est certes dévié sur une courte distance, mais il s’écoule simultanément sur les deux voies. Depuis la fin de cette semaine, et pour une période de deux mois, les véhicules passeront alternativement et le trafic sera réglé par une signalisation lumineuse, mise en place en ce début de semaine.

Aux heures de pointe, tout particulièrement en début de matinée et en fin d’après-midi, des bouchons sont prévisibles. En particulier lorsque le passage à niveau de l’Yverdon-Sainte-Croix sera fermé. Il faudra alors prendre son mal en patience, faire un détour pour éviter cette zone ou, lorsque cela est possible, prendre le RER entre Grandson et Yverdon-les-Bains.

En principe, lorsque la reconstruction du pont sera achevée, soit à fin novembre, des travaux seront également effectués sur la route cantonale 261 qui relie Les Tuileries à La Brinaz. Là également, le trafic sera réduit sur une voie, alternativement, entre fin novembre et les fêtes de fin d’année.

Un grand détour

Les travaux concernant la mise en séparatif, respectivement la pose des conduites de refoulement des eaux usées entre la région de Grandson et Yverdon-les-Bains, provoqueront eux aussi une fermeture de la rue Basse, soit la route cantonale en traversée, durant les deux semaines de vacances scolaires d’octobre.

«Seuls les cars postaux pourront passer et une partie des travaux seront effectués de nuit, ce qui évidemment va aussi provoquer des dérangements pour le voisinage», expliquent Christine Leu et son collègue municipal Francesco Di Franco, en charge de la police.

La configuration particulière de la vieille ville de Grandson ne permet pas de proposer un itinéraire alternatif court aux usagers de la route. Entre la sortie de la capitale régionale et le nord de Grandson, les poids lourds devront monter jusqu’à Vugelles-La Mothe, via Orges, puis passer par Novalles et Fontaines-sur-Grandson avant de revenir au nord du bourg. Autant dire que l’autoroute A5 demeure l’itinéraire le plus pratique et le plus court. Mais elle est impraticable pour le trafic agricole, encore important à cette période de l’année.

L’itinéraire alternatif proposé aux véhicules légers les fait tout de même passer par Giez. Là aussi, les automobilistes sont invités à emprunter l’autoroute. «Nous avons choisi volontairement la période des vacances scolaires parce que le trafic est moins important», plaident les municipaux. Ils rappellent que, malgré le chantier, la rue Basse doit rester ouverte au cas où l’autoroute devrait être fermée en raison d’un accident.

Perturbations sur le bord du lac

Les piétons et les cyclistes ne seront pas épargnés par les travaux. En effet, la principale conduite de refoulement des eaux usées passe par le bord du lac. Les travaux sont déjà en cours au nord de Grandson, dans le secteur Pins-Bellerive. Ils se poursuivront ces prochains mois en direction des Tuileries, par tranches, de manière a réduire autant que possible les inconvénients pour les riverains, et à préserver l’accès aux habitations en cas d’urgence.
Un chantier important est sur le point de démarrer au nord des Tuileries, entre la station d’épuration et la limite d’Yverdon-les-Bains, où s’opérera le raccordement avec le réseau d’eaux usées de la ville. «Un des points importants sera la traversée de la Brinaz et celle du Bey. Les conduites passeront à 20 mètres de profondeur, sous les cours d’eau», expliquent les représentants du maître de l’ouvrage. «La zone naturelle des Vernes est sacrée et nous ne pouvons pas poser la conduite côté lac», ajoutent les municipaux grandsonnois. Autant dire que les cyclistes pressés ont tout intérêt à opter pour la route cantonale…

La cerise sur le gâteau

Et puis, cerise sur le gâteau, la rue Haute sera fermée à la circulation durant deux jours, entre le 15 et le 18 octobre. Mais cette restriction n’a rien à voir avec les grands chantiers. En effet, cette fermeture est imposée par le tournage d’un film, pour lequel le temple et les cloîtres feront office de décor. Le tournage durera quatre jours, mais la rue ne sera fermée que deux jours, suivant la météo notamment.

Pour les détails: www.grandson.ch.

En cas de questions: travaux@grandson.ch

 

Le calendrier est respecté à la Step d’Yverdon

Au bout de la chaîne, les travaux de reconstruction de la station d’épuration d’Yverdon-les-Bains -la nouvelle permettra de traiter les eaux usées de 70 000 habitants- avancent selon le calendrier prévu. Même mieux puisque, malgré la pandémie, la première tranche a été mise en service à fin avril, avec deux mois d’avance. «Après une période de réglages, elle tourne à merveille. ça roule nickel», commente Sandro Rosselet, chef du Service travaux et environnement (STE) de la Ville d’Yverdon-les-Bains, et à ce titre responsable du chantier de la station d’épuration. Rappelons que la Ville investit quelque 32 millions de francs dans cette opération qui permettra d’absorber, jusqu’en 2040 au moins, les eaux usées de toutes les communes situées au bout du lac de Neuchâtel. Les travaux de démolition de la deuxième chaîne de traitement vont débuter dans quelques jours et la reconstruction sera entamée sur la lancée, après la réalisation des travaux spéciaux. La région sera ainsi dotée d’installations de traitement des eaux ultra-moderne.

 

Photo: Michel Duperrex

Isidore Raposo