Logo

Il immortalise Yverdon vu d’en-haut

15 juillet 2013

Le photographe Michel Villars est en train de réaliser des prises de vue de la Cité thermale et de Grandson avec un appareil photo suspendu à un ballon. Le livre qui en résultera devrait être disponible début novembre.

Michel Villars, avec la maquette de son livre, et sa drôle d’installation. Michel Duperrex

«Quand j’arrive à un endroit, les gens se montrent très curieux et me demandent souvent si j’effectue des mesures météorologiques ou de pollution », s’amuse Michel Villars, Il faut dire que l’attirail de ce Neuchâtelois, dont le projet actuel consiste à effectuer des clichés d’Yverdon et de la région depuis les airs, ne passe pas inaperçu.

«Je me déplace en voiture avec une remorque qui contient mon matériel, notamment un ballon captif a moitié gonflé», indique le photographe. Si son anémomètre -un appareil servant à mesurer la vitesse et la pression du vent- lui donne le feu vert, Michel Villars déploie son installation singulière.

Totalement rempli d’hélium, le ballon est libéré de ses attaches et prend de l’altitude (jusqu’à 100 mètres) avec, dans son sillage, un appareil photo haute résolution pendu dans une nacelle et dirigé depuis le sol par une télécommande d’avion, un écran permettant de guider l’appareil vers la prise de vue souhaitée.

«Des perfectionnements ont été réalisés au fil des sorties. Au début, le ballon partait dans tous les sens», précise le photographe.

L’ajout de bras articulés pour empêcher les différents fils de se croiser a remédié à ce problème de stabilité.

Habitué à exercer son métier sur le plancher des vaches, Michel Villars a attrapé le virus de la hauteur en réalisant un livre sur le Cervin depuis un hélicoptère.

D’autres projets, notamment un reportage immortalisant les villages valaisans vus du ciel, ont suivi, mais la rareté des mandats liée au coût de ce type de démarche a incité Michel Villars à réfléchir à une autre manière d’assouvir sa nouvelle passion. Après avoir écarté la piste du drône ou de l’avion télécommandé, le ballon a été l’objet volant désigné pour transporter son appareil photo dans les airs. Les prises de vue compilées dans la maquette du livre «Yverdon-les-Bains et sa région vues du ciel», à paraître aux éditions du Belvédère, montrent que le choix du fantasque photographe a été judicieux.

Ludovic Pillonel