Logo

Il n’y avait personne pour freiner les crosses tchèques

31 août 2009

Vitkovice Steel a remporté haut la main la Coupe des Bains à Yverdon. Les deux formations romandes ferment la marche, mais le public a vu du beau spectacle à Yverdon.

Le Fribourgeois Sandy Jeannin s’infiltre dans le défense genevoise, mais il ne pourra pas empêcher les siens d’éviter la dernière place du tournoi.

Le Fribourgeois Sandy Jeannin s’infiltre dans le défense genevoise, mais il ne pourra pas empêcher les siens d’éviter la dernière place du tournoi.

18 buts marqués, quatre encaissés et une facilité déconcertante auront été les ingrédients d’un Vitkovice Steel en grand forme à Yverdon, pour remporter l’édition 2009 de la Coupe des Bains. «C’est une grosse cylindrée. Ils étaient vraiment plus prêts», résume simplement l’organisateur du tournoi Bernard Stalder.

Ce ne sont pas les Allemands des Scorpions de Hanovre qui le contrediront, battus 6-2 (2-1 2-0 2-1) en finale par les Tchèques, où le Français Yorick Treille, ancien de Genève-Servette, évolue avec une certaine réussite. Il s’est d’ailleurs fait l’auteur du cinquième but des siens lors de la finale, une dizaine de minutes après avoir servi sur un plateau le 4-1 à sont coéquipier Krenzelok.

La troisième place est revenue aux Suédois de MoDo, qui, sans Forsberg, reparti le matin même, ont pris la mesure des Freezers de Hambourg 2-0 (1-0 0-0 1-0). La discipline des Scandinaves aura fait recette, face à une belle équipe allemande, qui a montré un potentiel impressionnant.
La lutte contre la dernière place s’est jouée entre Fribourg-Gottéron et Genève-Servette. Ce sont les Aigles qui sont parvenus à éviter la dernière place, malgré une ribambelle de juniors élite sur la glace, là pour pallier aux étranges nombreuses blessures qui minent le contingent servettien. Les Genevois l’ont emporté 6-2 (3-1 2-1 1-0).

A la patinoire, les spectateurs Fribourgeois ont répondu présent. «Un public fidèle et exemplaire», souligne Bernard Stalder. Les autres rencontres ont, elles, été moins suivies, malgré la qualité des matches, ce que relevait Slava Bykov, présent vendredi soir. Il faut dire que les équipes ont présenté, dans la plupart des cas, un jeu offensif. Notamment Hanovre, moins coté que Hambourg, qui a surpris son monde par son allant et sa vitesse d’exécution. Le célèbre coach de l’équipe, Hans Zach, ancien sélectionneur national, n’est certainement pas étranger à cela. Même si on l’a connu plus timide à la bande de l’équipe d’Allemagne.

Bernard Stalder, lui, souhaite persévérer: «Tout d’abord je remercie tous les bénévoles pour leur travail incroyable durant les Festyvhockey. Et je désire continuer, en espérant créer un petit village à côté de la patinoire, grâce à des gens prêts à nous aider financièrement. A présent, ne manque plus qu’une salle de force et des vestiaires rénovés.» Les Festyvhockey se termineront en beauté, vendredi, à 20h15, avec un dernier match amical entre Lausanne et Genève-Servette. En espérant une belle affluence.

Manuel Gremion