Logo

«Je n’ai jamais autant travaillé!»

15 mai 2020 | Edition N°2732

Automobile – Pour la première fois, Franco Sbarro n’a pas pu présenter ses créations au Salon de l’Auto. Mais le Grandsonnois a trouvé un remède contre cette déception: l’innovation.

«Nous préparions le stand depuis une semaine. Les véhicules étaient prêts à partir. Puis on nous a dit que le Salon n’aurait pas lieu, qu’il fallait tout ranger. ça a été un choc. On travaille six à sept mois pour cet événement.» Depuis 47 ans, Franco Sbarro n’avait pas manqué une seule édition du Salon de l’Automobile de Genève. Autant dire que l’annonce du 28 février a profondément marqué le constructeur automobile grandsonnois. «Quand j’ai appris que la manifestation serait annulée, j’ai mis de côté les projets initialement prévus pour cette année et je me suis focalisé sur d’autres créations», révèle Franco Sbarro.

Plus motivé que jamais

Plutôt que de s’apitoyer sur son sort, le génie de la mécanique en a profité pour avancer d’autres prototypes. «Je n’ai jamais autant travaillé que durant ces deux mois de confinement, s’amuse-t-il. Cette situation m’a donné la motivation nécessaire pour commencer autre chose. J’ai la chance d’être autonome dans mon activité. La pandémie n’a donc pas affecté mon travail.» D’un point de vue financier non plus, l’annulation ne devrait pas avoir de grosses conséquences.

Mais les véhicules qui devaient faire rêver les visiteurs du salon genevois ne seront pas mis à la cave pour autant. Ils auront tous droit à leur heure de gloire lors de la prochaine édition. À l’image de ce qui devait être l’innovation phare de 2020 de Sbarro, une moto électrique modulable. Impossible de deviner la nature exacte du véhicule lorsqu’il est à l’arrêt, selle rabaissée et repose-pied encastré. «Je voulais profiter de la technologie électrique pour cacher complètement le moteur (ndlr: situé dans la roue avant), qui est souvent gênant stylistiquement», explique le constructeur. Marque de fabrique de l’enseigne Sbarro, la roue arrière est à moyeu, ce qui permet d’y loger un casque.

Massimo Greco