Logo

L’automobiliste est un grand prédateur

15 mars 2010

Un jeune lynx a été heurté par une voiture la semaine dernière au Mont-d’Orzeires. Ce type d’accident n’est malheureusement pas rare. La statistique démontre qu’un bon tiers des bêtes sauvages sont «chassées» par les voitures.

Ce jeune lynx (femelle) a été tué mardi dernier sur la route Vallorbe-Le Pont, non loin de Juraparc (Mont-d’Orzeires).

Ce jeune lynx (femelle) a été tué mardi dernier sur la route Vallorbe-Le Pont, non loin de Juraparc (Mont-d’Orzeires).

Un lynx tué par une voiture. La nouvelle suscite bien évidemment plus d’émotion et de curiosité que s’il s’agissait d’un chat. Pourtant, ce type d’accident n’est pas rare, comme en témoigne Jean-Louis Grivet, président de la Diana, organisation faîtière des chasseurs vaudois: «Un bon tiers des animaux tués le sont dans le cadre des accidents de la route. C’est important! En ce qui concerne les chevreuils, c’est même considérable. Mais il faut dire qu’il y en a une certaine densité.»

C’est bien entendu en plaine, en raison de l’importance du trafic routier, que les dégâts à la faune sont les plus importants. Les régions du Jorat, du Gros-de-Vaud et de la Broye sont tout particulièrement concernées.

Hécatombe de chevreuils

Selon les statistiques 2009 de la Police cantonale, plus de la moitié des animaux tués sur la route sont des chevreuils. Ces derniers ont payé un lourd tribut l’an dernier puisque 713 (679 en 2008) ont péri. A ce nombre, il convient d’aujouter 37 bêtes trouvées mortes. Les renards viennent en deuxième position (195), puis suivent les blaireaux (90), les sangliers (61) et les lièvres (19). Cette statistique ne tient pas compte de tous les animaux domestiques, notamment chats et chiens, qui sont aussi très souvent victimes du trafic routier.

La mortalité chez les chevreuils a, depuis longtemps, attiré l’attention des responsables de la faune. Des dispositifs dissuadant ces animaux de traverser à l’arrivée d’un véhicule à moteur sont régulièrement mis en service sur les tronçons particulièrement critiques.

La statistique générale de la chasse, les chiffres sont disponibles sur le site de la Conservation de la faune font ressortir que 3773 bêtes ont été tuées en 2008. Ce chiffre comprend aussi bien les bêtes chassées que celles tuées sur la route ou par les trains.

Les chevreuils (1615) représentent une proportion très importante, mais inférieure à celle enregistrée, par exemple, en 2004, où ils représentaient plus de 50% du cheptel tué.

Les oiseaux figurent aussi au nombre des victimes du trafic routier. Ainsi, 15 buses ont été tuées l’an dernier, mais ce chiffre doit être inférieur à la réalité. Les chocs ne sont généralement annoncés que lorsque le véhicule a subi des dégâts.

Isidore Raposo