Logo

La chasse à une cinquième étoile

4 avril 2018 | Edition N°2218

Champion de Suisse en titre, Killian Auberson a repris la saison nationale par une victoire à Frauenfeld.

La saison 2018 de motocross a commencé comme la précédente s’était terminée: avec un duel acharné entre Killian Auberson et le Liechtensteinois Luca Brugmann, remporté par le pilote d’Epautheyres. A 25 ans, le quadruple champion de Suisse de MX2 repart à la conquête d’une cinquième couronne dans la catégorie, avec toujours un peu plus d’expérience à faire valoir.

Le championnat national a repris avant-hier à Frauenfeld. Une étape dominée par le duo qui s’était déjà disputé le titre l’an dernier, les compères ayant terminé avec une confortable avance sur le reste du peloton composé d’une quarantaine de concurrents. Luca Bruggmann a remporté la première course devant Killian Auberson, puis les positions se sont inversées en deuxième manche. Ce qui, au final, permet aux deux favoris de déjà se retrouver à égalité – 47 points chacun – au classement général, le Vaudois s’étant toutefois retrouvé sur la plus haute marche du podium du rendez-vous du lundi de Pâques (en cas d’égalité, la seconde manche prévaut pour établir le classement final). «J’ai eu un peu mal à un bras en première manche, alors je n’ai pas trop forcé. Dans la deuxième, j’ai doublé Luca à trois tours de l’arrivée», raconte le pilote KTM, heureux du résultat, lui qui a pu remonter sur la moto il y a deux semaines seulement.

Pouce récalcitrant

A son retour de Californie – il a une fois de plus participé aux épreuves de supercross du circuit américain durant l’hiver –, Killian Auberson a dû observer une pause d’un mois pour soigner son pouce gauche. Un doigt qu’il avait fracturé en novembre dernier, deux semaines avant le Supercross de Genève, et qui ne s’est pas totalement remis outre-Atlantique. «Ça traîne un peu en longueur, j’ai tout juste évité l’opération. Je ressens encore quelques douleurs, mais cela va de mieux en mieux, relève-t-il. Initialement, j’avais prévu de retourner aux Etats-Unis jusqu’à fin mai, pour y terminer le championnat, mais j’ai changé mes plans en raison de ma blessure.»

Et le revoilà donc à batailler en Suisse, dans sa catégorie de prédilection. «Comme l’an dernier, on devrait se battre Luca et moi. Cela signifie qu’il sera difficile de faire la différence», estime Killian Auberson. Car quand l’un roule en tête, l’autre n’est jamais loin. «C’est en tout cas bien plus intéressant que de se retrouver tout seul devant à se promener.»

Parmi les nouveaux pilotes en Swiss MX2, aucun n’a montré avoir les moyens de tenir le rythme des deux leaders à Frauenfeld. Le grand frère de Killian Auberson, Kevin – le champion de Suisse 2016 ne court plus que quelques courses pour le plaisir – a, lui, dû abandonner dans les deux manches pour des raisons mécaniques.

A la tête de son propre team

Killian Auberson a créé le team AK Motor Sports en ce début d’année. Une équipe dans laquelle il évolue avec deux jeunes pilotes (le Vaudois Xylian Ramella et le Genevois Sébastien Gomes) sous son aile, qui ont passé l’hiver avec lui dans la région de San Diego. «Je leur donne les entraînements physiques et sur la moto, précise le crossman d’Epautheyres, capable d’enfiler le costume de coach. Le but est de nous permettre d’évoluer tous les trois. En roulant ensemble, cela nous pousse les uns les autres. Et moi, je leur fais profiter de mon expérience.»

En plus de préparer peut-être des futurs champions, le régional s’attèle aussi à programmer la suite de son parcours: une fois le circuit suisse terminé – ce sera déjà le cas fin août –, il roulera en supercross en France, avec une idée en tête: «Gagner une seconde. Celle qui me manque encore pour accrocher les dix premiers aux Etats-Unis l’hiver prochain.»

Ça roule à Payerne ce week-end

Le championnat suisse de motocross compte huit rendez-vous cette saison, dont ceux de Payerne et de Cossonay dans les environs. L’étape broyarde aura déjà lieu ce week-end, sur le terrain habituel de Combremont-le-Petit. La journée de samedi sera réservée aux pilotes disputant le championnat régional Angora, tandis que les manches du circuit national auront lieu dimanche.

Manuel Gremion