Logo

La fin souhaitée par Glen Monnard

29 novembre 2018 | Edition N°2385

L’équipe masculine de l’Ecole Dégallier défendra sa place dans l’élite, samedi à la salle des Isles, à l’occasion du tour de promotion-relégation. Une situation délicate qui ravit pourtant le futur retraité de l’équipe yverdonnoise, lui qui pourra ainsi faire ses adieux à ses camarades à domicile.

Frank Dégallier rêvait de voir ses judokas se mêler à la lutte pour le titre lors des finales du championnat suisse par équipes agendée sur sol yverdonnois. Le président et entraîneur du club aura bien droit à sa dose d’adrénaline à domicile, ce week-end, mais pas celle qu’il espérait. Samedi, la première équipe de l’Ecole Dégallier se battra pour défendre sa place dans l’élite, à l’occasion du tour de promotion-relégation.

Une situation de laquelle l’EJD avait déjà dû se dépêtrer il y a deux ans. Cette fois encore, Yverdon foulera le tatami dans la peau du favori, face à Judo Jura et Marly. Les deux premières places de la poule assureront le maintien. Reste que la pression sera forte sur les épaules des Nord-Vaudois.

Un homme heureux

Cette urgence, Glen Monnard compte bien s’en nourrir, samedi matin, lui qui disputera ses derniers combats dans l’élite. «Je voulais finir à Yverdon-les-Bains. Alors, si on a manqué les finales, je ne suis pas mécontent de disputer le barrage de promotion-relégation, reconnaît le trentenaire et jeune papa. Il faudra être en forme le jour J.»

En 2013, le futur retraité du haut niveau national avait disputé les finales suisses déjà organisées aux Isles dans une salle comble. Un sacré souvenir. Cette fois, la salle devrait à nouveau faire le plein. Toutefois, l’enjeu différera littéralement: l’EJD ne combattra pas pour gagner, mais pour ne pas descendre. «Une pression que je suis prêt à assumer», assure un Glen Monnard qui, en vieux briscard des dojos, insiste sur la prudence dont il faudra faire preuve et qu’il souhaite inculquer à ses coéquipiers moins expérimentés: «Les choses vont être compliquées, car nos adversaires qui veulent monter (ndlr: Marly, en l’occurrence) n’ont, eux, rien à perdre. Et, autre paramètre particulier, on affrontera des judokas qu’on ne connaît pas forcément. Il faudra y aller à fond.»

Le paradoxe

Si l’Ecole Dégallier se trouve dans la délicate situation de devoir se battre pour sa place en LNA, elle le doit, paradoxalement, à la qualité de sa relève, ainsi qu’à l’évolution du judo suisse. «A présent, les jeunes disputent beaucoup de tournois internationaux juniors et manquent des tours de championnat. C’est bien pour eux, mais c’est plus compliqué pour la vie du club. On a de meilleurs judokas, mais ils sont moins là, et le championnat devient plus difficile à assumer, constate Glen Monnard. A mon époque, je n’avais pas l’occasion de me rendre à tous ces tournois, car les structures n’étaient pas aussi développées et ouvertes.»

Auréolé d’une nouvelle médaille de bronze suisse individuelle il y a une dizaine de jours, Glen Monnard est décidé à terminer en beauté. «Après quinze ans en LNA, samedi sera une belle journée pour faire mes adieux à l’équipe.»

La relève dimanche

A noter que les équipes des cadres cantonaux (M15 à M21) se disputeront les titres nationaux dimanche, à Yverdon-les-Bains. Les Vaudois – parmi lesquels de nombreux régionaux – sont les détenteurs des deux couronnes en jeu.

 

 

Dames: retour en LNA espéré

Et si les judokates yverdonnoises retrouvaient l’élite? Samedi, les protégées de Fiona Ridet, coach et combattante, en auront la possibilité: pour cela, elles devront terminer parmi les deux premières (sur trois) du tour de promotion-relégation.

«C’est la première fois qu’on disputera les finales depuis qu’on a demandé à redescendre au niveau régional, conséquence du départ de plusieurs anciennes, se réjouit la multiple médaillée nationale. On y est parvenues grâce à l’arrivée d’une incroyable fille en -52 kg, Clémence Polier. A 14 ans, elle a gagné la plupart de ses combats.»

La présence de la jeune Grandsonnoise, en plus de celle de Pauline Gander en +70 kg (blessée, cette dernière ne combattra pas samedi, remplacée par Fiona Ridet), permet à l’équipe de l’Ecole Dégallier de pouvoir compter sur deux éléments qui s’entraînent quotidiennement. C’est pour ces filles qui s’investissent beaucoup que les autres ont accepté le défi de la promotion. «Du moment qu’on a la chance de pouvoir essayer, on s’est dit qu’on allait tenter le coup», lance Fiona Ridet.

Bien sûr, ce n’est de loin pas fait. Saint-Gall a les faveurs de la cote et, a priori, la deuxième place se jouera entre les Yverdonnoises et les Bâloises. «J’ai passé de si belles années en LNA que je trouve que ce serait chouette que les jeunes puissent aussi connaître cela, poursuit la coach. Mais on n’a pas de pression. La saison a été magnifique et on n’est pas à un an près. Cela dit, on serait très fières d’y parvenir devant notre public.»

En cas de succès, l’investissement de plusieurs judokates devra être revu à la hausse. Fiona Ridet se dit prête à les pousser en ce sens.

 

 

Le programme du week-end

Finales du championnat suisse par équipes, ce week-end à la salle des Isles, à Yverdon-les-Bains.

Samedi

10h Promotion-relégation LNA-1L dames (Yverdon, St-Gall, Bâle) + LNA-LNB hommes (Yverdon, Jura, Marly) + LNB-1L hommes (Cheseaux, Bienne-Lyss, Ruggell), début des combats

13h Demi-finales LNA dames: Morges – Uster; Cortaillod – Bienne-Lyss

13h45 Demi-finales LNA hommes: Morges – Berne; Brugg – Uster

14h45 Finales 3e – 4e places LNA femmes et hommes

15h40 Démonstration de tricking avec la Team Stama

15h45 Finale LNA dames

16h15 Finale LNA hommes

 

 

Dimanche

9h45 Coupe des cadres cantonaux (M15), début des combats

13h Finale de la Coupe des cadres M15

13h30 Championnat de Suisse des cadres cantonaux espoirs et juniors (M18 et M21), début des combats

15h45 Finale des cadres espoirs-juniors

Les horaires sont susceptibles d’évoluer un peu en fonction de l’avancement des combats.

Entrée libre, buvette et restauration.

Manuel Gremion