Logo

La gauche sauve ses trois sièges

21 mars 2016 | Edition N°1706

Yverdon-les-Bains – Bien que son candidat ait été soutenu par le PLR, l’UDC échoue dans sa tentative d’entrer à la Municipalité de la seconde ville du canton. Socialistes et Verts relèvent la tête après la claque du 1er tour.

Le soulagement des représentants des partis de gauche, hier après-midi, au moment de l’annonce des résultats du 2e tour des élections communales à Yverdon-les-Bains (31,01% de participation), a été à la hauteur de la tension de ces derniers jours. Immense. Après un 1er tour qui a vu le PLR placer ses quatre municipaux sortants, l’alliance rose-verte a sauvé ses trois sièges: Jean-Claude Ruchet (PS), seul municipal sortant de ce 2e tour, Carmen Tanner (Verts) et Pierre Dessemontet (PS) ont terminé, ainsi, devant l’UDC Pascal Gafner, qui a échoué à 2680 voix (44,12%), loin du ticket de gauche. «Il n’y a pas photo, la population yverdonnoise a clairement exprimé son choix et a estimé qu’un rapport 4 -3 était plus correcte », analysait Christian Weiler, président du PLR, qui avait apporté son soutien à Pascal Gafner. Une union de droite qui, si elle a fonctionné pour le PLR, a visiblement moins bien marché pour l’UDC.

Fragilisée par plusieurs revers cinglants devant le peuple (route de contournement en 2012, élection complémentaire à la Municipalité en 2014 et 1er tour des élections communales de cette année), la gauche yverdonnoise avait pris «la menace UDC très au sérieux». «Je suis doublement heureuse, se réjouissait, hier, la Verte Carmen Tanner, particulièrement émue de faire son entrée à l’Exécutif de sa ville. D’être élue bien sûr, mais surtout que mes deux colistiers soient également passés. Nous avons formé une belle équipe.» Et Pierre Dessemontet, second nouvel élu du scrutin, d’abonder: «C’est une belle victoire. Mais cela restait la petite finale. Nous avons arraché la médaille de bronze. Cependant, même minoritaires tant à la Municipalité qu’au Conseil communal, nous aurons une marge de manoeuvre plus intéressante avec un rapport de force de 4-3 que de 5-2.»

De son côté, Pascal Gafner accusait difficilement le coup. Le jeune UDC, déjà candidat lors de la complémentaire de 2014, s’était engagé avec beaucoup d’énergie dans cette campagne et avait suscité des espoirs auprès de son parti. Comme pour forcer le destin, l’UDC vaudoise avait choisi Yverdon-les-Bains pour installer son «stamm» cantonal pour cette journée d’élections. «J’ai fait le maximum, confiait Pascal Gafner. Il faudra un peu de temps pour analyser mon résultat. »

Yan Pauchard