Logo

La Grande Cariçaie s’entretient

14 novembre 2012

Comme chaque année à la même période, le fauchage de la réserve naturelle a commencé dans les grèves entre Yverdon et Yvonand. Il est assuré par l’entreprise Eltel, dont la machine parvient sans problème jusque dans les zones très inondées.

Le fauchage des roseaux avec la machine Elbotel sur chenilles larges, un prototype développé spécifiquement pour l’entretien des marais.

C’est parti dans la Grande Cariçaie! Depuis une semaine, la machine Elbotel procède au fauchage des roseaux de la réserve naturelle et les travaux se poursuivront jusqu’à fin février 2012, d’abord entre Yverdon-les-Bains et Yvonand, puis dans d’autres zones de la rive sud du lac, sur le territoire de la Broye. Cet entretien est assuré par l’entreprise Eltel SA, à Cronay, et il vise au maintien des habitats, de la faune et de la flore, en tenant compte aussi d’opérations de maintenance des chemins ou des infrastructures d’accueil du public.

2200 balles par saison

Germano Capitao est aux commandes de la faucheuse depuis plus de 20 ans et il en connaît un bout sur la Grande Cariçaie. «Cette année, j’ai déjà vu des sangliers qui trouvent ici de quoi se nourrir, indique-t-il. Et il n’y a aucun problème avec les autres résidents des lieux, qui se sont habitués aux travaux et se déplacent en fonction des zones qu’on coupe.» Son prototype sur chenilles larges permet de couper les roseaux jusque dans les zones très inondées. Il manie Elbotel avec une grande dextérité et peut même vous faire faire un tour à 360 degrés!

Directeur d’Eltel, André Helfer souligne de son côté que «si certains secteurs sont fauchés chaque année, d’autres le sont à tour de rôle tous les 3 ou 4 ans. On arrive à une récolte de quelque 2200 balles rondes (comme des bottes de paille) par saison et d’autres lieux sont débroussaillés à la main».

Chaque année, ce sont plus de 70 hectaires de marais qui sont fauchés au moyen de l’Elbotel, dont le système hydraulique fonctionne avec des huiles biodégradables. Des agriculteurs des communes riveraines sont aussi mandatés annuellement pour faucher des parcelles plus sèches.

 

Des roseaux très utiles

La végétation fauchée est conditionnée sous forme de balles rondes, puis stockée sur les passerelles latérales de la machine. 23 balles peuvent ainsi être transportées, avant qu’Elbotel ne doive retourner à la place de stockage. La paille est revendue à des vignerons, maraîchers et agriculteurs qui l’utilisent comme paillage de protection, contre l’érosion, paillage de couverture de culture ou litière de substitution.

Roger Juillerat