Logo

La Laiterie ferme ses portes le dimanche

12 janvier 2011

La Laiterie du Château, à la rue de la Plaine 2, ne remplit plus les conditions pour une ouverture dominicale. Son propriétaire s’est résigné même s’il conteste le bien-fondé de cette décision.

Un panneau annonce la couleur: la Laiterie du Château a perdu son autorisation d’ouvrir le dimanche matin.

Un panneau annonce la couleur: la Laiterie du Château a perdu son autorisation d’ouvrir le dimanche matin.

Fini le petit détour par la Laiterie du Château le dimanche matin pour acheter à la dernière minute quelques produits de première nécessité. Le commerce est désormais fermé le jour du Seigneur. Depuis la semaine dernière, un panneau en devanture annonce la mauvaise nouvelle: «En raison de la Police du commerce, nous ne sommes plus autorisés à ouvrir le dimanche matin.»

Changement de statut

Pourquoi la Laiterie du château aurait-elle eu le droit d’offrir ce service aux Yverdonnois durant tant d’années et ne l’aurait soudainement plus? Alors que l’ancien propriétaire avait choisi la forme juridique de la raison individuelle pour son entreprise, Sébastien Berger, actuel propriétaire, l’a transformé, après quelques années d’exploitation, en société anonyme. «J’ai suivi le conseil de mon fiduciaire. Je voulais protéger mes biens, notamment ma maison. Mais je ne savais pas qu’il y aurait des implications sur les heures d’ouverture», explique-t-il.

Autre raison évoquée par Pascal Pittet, commandant de la Police yverdonnoise: «Lors d’un contrôle administratif en novembre dernier, une employée travaillait le dimanche». Or, selon la Loi, en ce qui concerne les petits magasins d’alimentation, seuls ceux à caractère familial peuvent ouvrir le dimanche et les jours de repos publics jusqu’à 17h30. Ce qui signifie que les personnes qui y oeuvrent doivent toutes appartenir à la famille du propriétaire. «Mais je n’ai pas de famille dans la région. Et ma femme doit s’occuper de notre enfant en bas âge. J’ai engagé une étudiante, il n’y pas longtemps. Elle vient volontairement, elle était bien contente d’avoir un petit job le dimanche. Mais ils ne veulent rien savoir», s’insurge Sébastien Berger. «La loi est prévue pour favoriser les commerces familiaux. Nous avons juste signalé au propriétaire qu’il ne remplissait actuellement pas les conditions pour une ouverture dominicale. Mais nous n’avons rien interdit et nous n’avons pas lancé de poursuite à son encontre», répond le commandant de la Police yverdonnoise. 

Sébastien Berger a bien compris le message. Depuis le début de l’année, les portes de la Laiterie du Château sont closes le dimanche. Trop tôt pour qu’il puisse évaluer le manque à gagner qui en résultera. «Je faisais le même chiffre d’affaire ce jour-là qu’un lundi. Difficile de savoir ce qui sera reporté sur le reste de la semaine et ce qui sera définitivement perdu. Désormais nous ouvrons le mercredi matin aussi pour essayer de compenser», conclut le propriétaire résigné.

Sonia Délèze