Logo

La lutte contre les dealers semble payer

25 mars 2014

Alors que le nombre d’infractions au Code pénal est en baisse dans le Canton, il est en hausse dans le district, et plus particulièrement à Yverdon-les-Bains, où, comme au niveau cantonal, la lutte en matière de stupéfiants semble être efficace. Explications.

La conseillère d’Etat Béatrice Métraux, le commandant de la Police cantonale Jacques Antenen et le procureur général du Canton de Vaud, Eric Cottier.

La conseillère d’Etat Béatrice Métraux, le commandant de la Police cantonale Jacques Antenen et le procureur général du Canton de Vaud, Eric Cottier.

Après plusieurs années de hausse, le nombre d’infractions au Code pénal (CP), en 2013, a diminué de 6%, par rapport à 2012, dans le canton de Vaud. Soit une baisse identique à celle enregistrée sur l’ensemble du territoire suisse. Dans le même temps, les infractions à Loi fédérale sur les stupéfiants ont connu une augmentation de 20,7% au niveau cantonal, ce qui tend à démontrer «l’efficacité de STRADA», vaste opération, lancée en juillet dernier, dans le dessein de mettre la pression sur les acteurs du deal de rue, s’est réjouie la conseillère d’État Béatrice Métraux.

Une opération qui, entre les 1er juillet et 31 décembre derniers, a représenté quelque 13 000 heures de travail pour quelque 4300 policiers et a permis, notamment, de saisir 2,9 kilos de cocaïne, 1kilo d’héroïne et près de 60 000 francs. «Ceci grâce à l’engagement de l’entier des acteurs de la chaîne pénale », a souligné la conseillère d’État, à la tête du nouveau Département des institutions et de la sécurité depuis le début de l’année, et pour qui l’exercice de la présentation du bilan de la criminalité était, hier matin au centre de la Blécherette à Lausanne, une grande première.

Des chiffres en matière de criminalité qui, d’un point de vue plus régional, diffèrent quelque peu.

En effet, si dans le district Jura- Nord vaudois la fréquence -soit le nombre d’infractions pour 1000 habitants- d’infractions à la Loi sur les stupéfiants est également en hausse de 52%, et même 55% pour Yverdon-les-Bains, contrairement à la moyenne cantonale, la fréquence d’infractions au CP dans notre district est en hausse de 2% et même de 10% (136, 6 cas contre 127 en 2012) pour ce qui est de la Cité thermale. A noter qu’Orbe, qui dépend également de la Police Nord vaudois, affiche quant à elle une baisse de 20%.

Grille de lecture

Des statistiques qu’il faut cependant accompagner d’une grille de lecture, selon le municipal yverdonnois en charge de la Police, du Service Incendie et de secours, et des Sports, Jean-Daniel Carrard, et du commandant de la Police Nord vaudois Pascal Pittet. «Car même si l’on préférerait tous qu’il n’y ait pas de problème de stupéfiants, le fait que le nombre d’infractions à la Lstup soit en hausse -elle est même de +84% pour les trois premiers mois de cette année-, démontre que la police effectue bien sont travail et que les efforts consentis pour lutter contre ce problème portent leurs fruits», se réjouit le municipal, qui par ailleurs est membre du Conseil cantonal de sécurité. Avant de rappeler, par exemple, l’opération «Azur» menée, entre fin mai et fin juin de l’année dernière par les agents de la Police Nord vaudois en collaboration avec la Police cantonale, et qui avait alors permis de dénoncer quarante personnes pour infraction à la Lstup et de saisir un peu plus de 6200 francs.

Une «satisfaction» que l’on ne peut, hélas, pas prolonger au moment d’évoquer l’autre augmentation, mais en matière d’infractions au CP cette fois -à savoir les fameux 10% pour l’année dernière enregistrée pour la ville d’Yverdon-les- Bains. «Mais là aussi, et vraiment sans vouloir minimiser le problème, il y a des explications concrètes. Comme, par exemple, la série d’incendies qui a frappé notre ville l’année dernière ou encore les nombreuses arrestations liées au drame de la place Bel-Air», explique le commandant Pascal Pittet. Et puis, c’est vrai, il faut bien admettre que nous constatons que nous devons faire face à une augmentation des vols et cambriolages, une problématique qui, jusqu’ici, était plus marquée sur l’arc lémanique.»

Une réalité qui pousse les autorités à rester très vigilantes et à maintenir les efforts en matière de sécurité. «Raison pour laquelle, dans le courant de l’année, nous allons prendre plusieurs mesures, comme la mise en place d’un poste de police mobile où les habitants pourront obtenir des informations, mais également porter plainte, l’affectation d’un îlotier au centre-ville, un agent, proche de la population, ou encore, la future création d’un observatoire de la sécurité impliquant les divers acteurs présents dans les rues», annonce Jean-Daniel Carrard.

 

 

Trois quarts des crimes et délits concernent le patrimoine

Comme dans le canton de Vaud, la criminalité est également en baisse en Suisse. Au regard de l’année précédente, le nombre d’infractions au Code pénal recensées en 2013 a diminué de 6% pour s’inscrire à 575 139. Celui des prévenus issus du domaine de l’asile a régressé de près de 23% et celui enregistré chez les mineurs de 6,7%. Aujourd’hui, presque trois quarts des crimes et délits concernent le patrimoine, où le nombre d’infractions a baissé de 7% en regard de l’année précédente, indique lundi l’Office fédéral de la statistique dans son rapport annuel sur la criminalité en Suisse.

Ce recul est particulièrement visible pour les vols : au nombre de 217 978 en 2013, ces derniers ont reculé de 8% par rapport à 2012. L’OFS note également un recul important du nombre des brigandages qui a diminué de 11% comparé à 2012. Les infractions avec violence sont en revanche moins nombreuses. Avec 45 584 dénonciations, celles-ci ont globalement diminué de 2%. Selon l’OFS, seules les escroqueries, ainsi que les extorsions et chantages ont vu leur quantité augmenter de façon notable, soit de respectivement 15% et 67%.

En revanche, même si la police enregistre une hausse de la violence domestique peut-être moins saillante (+4%), l’OFS rappelle que ces infractions ne sont souvent pas dénoncées, ces chiffres doivent donc être considérés comme des valeurs minimales. Sur l’ensemble des infractions enregistrées – soit 725 687, en recul de 7% – 79% relèvent notamment du Code pénal (CP), 13% de la loi sur les stupéfiants (Lstup) et 6% de la loi sur les étrangers (Letr). Les infractions à des lois cantonales et à la loi sur la circulation routière (LCR) ne sont pas comprises dans ces chiffres.  Comme déjà constaté depuis plusieurs années, le nombre de prévenus mineurs, ainsi que celui des jeunes adultes (18 à 25 ans), continue à décroître. Le total des infractions enregistrées dans ces catégories d’âge a fondu de respectivement 6,7% et 6,8%. ATS

Raphaël Muriset