Logo

La riche histoire d’un petit village

10 février 2020 | Edition N°2680

Chêne-Pâquier Réalisée par quatre de ses habitants, la brochure Chêne-Pâquier à la lumière de son passé offre une belle rétrospective, abondamment illustrée, de cette commune du Nord vaudois située au sommet du vallon des Vaux.

Il aura fallu attendre cinq ans pour que ce projet se concrétise. C’est en effet en 2014 qu’une  municipale d’alors, Tania Dhaisne, souffle l’idée de rédiger une plaquette sur l’histoire de Chêne-Pâquier. En 2017, une petite équipe, composée de quatre villageois, manifeste son intérêt et débute son travail de recherche documentaire. «Deux personnes qui connaissaient bien le monde de l’édition ont rédigé les textes», explique l’ex-syndic Claude Pochon, en désignant ses collègues du groupe de travail, les écrivains André Durussel et Jean-Marie Veya, arrivés au village il y a une dizaine d’années. Quant à Roger (le doyen) et Claude Pochon, des gens du cru, ils nous ont transmis la mémoire du village. Des aptitudes complémentaires qui ont permis de réaliser cette brochure très bien documentée.

Le grand intérêt de cette plaquette tient en particulier aux nombreuses illustrations qu’elle comporte. «Les images ont été notre guide et notre source d’inspiration, note l’auteur et pédagogue de formation Jean-Marie Veya. C’est à partir des images qu’un récit a commencé à naître.» Effectivement, les sources iconographiques ont été savamment sélectionnées et servent à construire un texte clair, concis et dense en informations à travers cinq chapitres thématiques. «C’est un petit village, mais avec une grande histoire», partage l’ancien syndic, en faisant référence aux nombreux changements que son village a connus.

Des sites chargés d’histoire

La brochure rappelle notamment que la tour  Saint-Martin, où se trouvait le bourg originel (au nord-ouest de Chêne-Pâquier, sur le territoire communal de Molondin), est le dernier témoin visible du château de la vaste Seigneurie de Saint-Martin du Chêne, érigé au XIIe siècle et détruit par les Bernois lors de l’invasion du Pays de Vaud, en 1536. Un autre chapitre est, quant à lui, exclusivement consacré au temple de Chêne-Pâquier (construit en 1667), dont l’architecture elliptique est typique des temples réformés, comme il en existe peu d’exemples en Suisse.

Les auteurs n’en oublient pas pour autant l’histoire plus récente, évoquant les nombreux défis auxquels est confrontée la commune de Chêne-Pâquier, comme la gestion des eaux usées et des déchets, avec l’ouverture de la déchetterie intercommunale en 2004, qui se présente comme un nouveau lieu de «socialisation» pour les habitants de la région. à ce propos, il y avait aussi le désir, pour la petite équipe, outre l’aspect historique, que ce projet agisse comme un ciment social. «Ce genre de texte est fait pour nous unir, anciens et nouveaux», confirme Jean-Marie Veya.

Paru en juin 2019 à Sainte-Croix et éditée par la Municipalité de Chêne-Pâquier.

Disponible auprès du Secrétariat communal, à la rue du Collège 6 à Chêne-Pâquier.

Kévin Ramirez