Logo

La SAGENORD signe avec la Menthue

27 décembre 2016 | Edition N°1900

Yverdon-les-Bains – L’accord, qui a la forme d’une «paix des braves», clarifie les transactions d’eau entre les deux réseaux.

Pour la SAGENORD, l’accord avec l’Association d’amenée d’eau de la Menthue (ici son point d’eau des Biolles, entre Pomy et Cronay) représente plus de sécurité en matière d’approvisionnement en eau potable. ©Michel Duperrex

Pour la SAGENORD, l’accord avec l’Association d’amenée d’eau de la Menthue (ici son point d’eau des Biolles, entre Pomy et Cronay) représente plus de sécurité en matière d’approvisionnement en eau potable.

La période de Noël est propice à la bonne entente. Ainsi, en fin de semaine dernière, la SAGENORD, société anonyme de service public qui a la charge de la distribution d’eau dans près d’une vingtaine de communes de la région d’Yverdon-les-Bains, a signé un accord, par la main de son président, le municipal yverdonnois Pierre Dessemontet (Energies), qui était accompagné d’une partie de son comité, avec l’Association d’amenée d’eau de la Menthue, représentée elle aussi par son président, Daniel Courvoisier, de Prahins, et des membres de son comité.

Selon des messages circulant sur les réseaux sociaux, cet accord met fin à «trente ans de tribulations». Pour la SAGENORD, cet accord signifie plus de sécurité en matière d’approvisionnement en eau potable. Pour son partenaire, il permet de valoriser ses ressources lorsque la nature se montre généreuse.

On ne reviendra sur le psychodrame de la SAGREYG, muée en SAGENORD, si ce n’est pour constater que l’interconnexion des réseaux fonctionne.

L’autoroute détonateur

Cette interconnexion des réseaux répond à une forte volonté du Canton de Vaud, qui a d’ailleurs mis la pression chaque fois qu’il l’a jugé nécessaire, ici pour une question de qualité de l’eau, là pour des raisons de sécurité d’approvisionnement, ou de sécurité tout court.

C’est d’ailleurs ce dernier aspect qui a incité les autorités à engager les négociations à l’est du district. En effet, il fallait assurer la sécurité incendie dans les tunnels construits sur le tracé de l’autoroute A1 entre Yverdon-les-Bains et Estavayer-le-Lac, à commencer par ceux de Pomy.

C’est dire que la connexion physique entre les réseaux de la SAGENORD, celui de l’ARRIBRU (en direction d’Estavayer-le-Lac) et celui de la Menthue est une réalité depuis longtemps. Dans ce dernier cas, une canalisation relie le réservoir du Montélaz, la chambre du Gy et la station de pompage des Biolles. Les deux premières installations dépendent d’Yverdon-les-Bains, la dernière de l’association de la Menthue, qui est également propriétaire de la conduite entre les Bioles et Gy.

Sécurité alimentaire

En dehors de l’aspect sécurité tout court, le Canton a vivement encouragé les échanges d’eau pour des raisons de sécurité alimentaire. Le liquide ne doit, en effet, pas stagner dans le réseau.

Dans cette optique, un premier accord, visant à exploiter la liaison de manière bidirectionnelle, avait déjà été signé entre la Ville d’Yverdon-les-Bains, représentée par Rémy Jaquier, alors syndic, et l’Association d’amenée d’eau de la Menthue.

L’accord conclu à la veille de Noël entre la SAGENORD, dont la Ville d’Yverdon-les-Bains est le principal actionnaire, et l’Association de la Menthue va plus loin, puisqu’il concerne également des achats d’eau entre les deux partenaires, cela dans la mesure des disponibilités.

En effet, historiquement, l’Association d’amenée d’eau de la Menthue doit assurer une partie de l’approvisionnement d’EauService (Ville de Lausanne). Malgré ces livraisons, il lui reste, à certaines périodes de l’année, du liquide disponible. A d’autres périodes, l’Association de la Menthue peut avoir besoin de compléments.

L’accord a le mérite de fixer les prix des échanges et de cadrer toutes les éventualités. Il satisfait bien évidemment la Direction générale de l’environnement-eau (DGEEau), qui l’appelait de ses voeux.

Une bonne chose

«Les discussions se sont déroulées dans un bon état d’esprit. Je crois que cet accord est favorable à tout le monde», réagissait Daniel Courvoisier, président de l’Association d’amenée d’eau de la Menthue, à la veille de Noël. Cette association, créée il y a des décennies, couvre les besoins de villages qui vont de Correvon et Chanéaz (Commune de Montanaire), à Suchy, en passant par Orzens, Essertines et Epautheyres.

Enregistrer

Isidore Raposo