Logo

La toile dormait au fond d’un grenier

10 août 2018 | Edition N°2307

Ballaigues – Les municipaux ont retrouvé par hasard un tableau dans les combles de l’hôtel de la Croix d’Or. Son existence était avérée grâce à une carte postale mais plus personne ne savait où il se trouvait.

Le syndic Raphaël Darbellay a dévoilé une toile vieille de 100 ans réalisées par V Maffei, un peintre du village et retrouvée par hasard lors des travaux de rénovation de l’hôtel de la Croix d’or. © Pierre Blanchard

La restauration d’un immeuble classé réserve bien souvent de mauvaises surprises aux propriétaires, qui se retrouvent face à des pans de murs ou à des planchers en plus mauvais état que prévu. A Ballaigues, la Municipalité a vécu tout le contraire en visitant les combles de l’hôtel de la Croix d’Or, qui appartient à la Commune, avant que ne débutent des travaux de restauration. Les élus sont tombés sur un rouleau tout poussiéreux qui était accroché à un chevron de la charpente.

«A sa vue, nous nous sommes demandés ce que cachait cet objet, rapporte le syndic Raphaël Darbellay. Nous l’avons dépoussiéré et en le déroulant, nous avons découvert une toile peinte par V. Maffei en reconnaissance aux soldats du village mobilisés à la frontière durant la Première Guerre mondiale. Nous savions que ce tableau existait grâce à une vieille carte postale reproduire sur notre site internet, mais nous n’avions pas la moindre idée de l’endroit où il se trouvait.» 

Etat de conservation remarquable

Le remarquable état de conservation de l’œuvre a frappé les municipaux. Aussi ont-ils demandé à une couturière de réparer quelques petites déchirures sur la toile. Et comme le commandant en chef de l’Armée était attendu pour le 1er Août, les édiles ont décider de profiter de sa venue pour dévoiler la peinture lors de la Fête nationale. «J’ignore tout du peintre V. Mattei qui a réalisé cette œuvre, mais ce que je sais, c’est qu’elle a un lien direct avec la remise d’une médaille aux soldats du village mobilisés durant la guerre 14-18», a expliqué le syndic au moment de dévoiler la toile au public. La surprise a été totale. Le tableau a alimenté les discussions, des souvenirs ont été ravivés chez les plus anciens. Une piste crédible sur l’identité du peintre a été révélée par Alexandre Zaco: «V. Maffei était l’associé de mon grand-père Alexandre Zaco dans l’entreprise de gypserie et de peinture qu’ils ont créé à leur arrivée d’Italie. Une facture de 1912, présente dans les archives de notre société familiale, l’atteste. Les deux hommes ont notamment contribué à la réalisation du collège de Ballaigues». 

Pour connaître le prénom de V. Maffei, des recherches dans les archives communales sont nécessaires. «Nous accueillons volontiers toutes les informations disponibles sur ce sujet qui fait partie du patrimoine de notre village», précise Raphaël Darbellay.

Pierre Blanchard