Logo

La vie de château pour 18 millions de francs

26 juin 2018 | Edition N°2275

Bavois – La vente aux enchères de l’édifice médiéval qui domine le village aura lieu jeudi. L’occasion, pour La Région Nord vaudois, de se glisser à l’intérieur de ces vieux murs et de partir à la recherche d’un passage secret…

«Parce qu’il avait un petit air abandonné et que la Belle au bois dormant semblait y sommeiller, était-il possible de ne pas tomber sous le charme immédiat du château de Bavois?» C’est par ces quelques lignes que le banquier genevois Thierry Lombard avait décrit son coup de foudre pour cet édifice dans un ouvrage qu’il avait publié dix ans après avoir acquis la vieille bâtisse, en 1997.

Après plus de trois décennies passées à restaurer le château de Bavois, le propriétaire a décidé de se défaire de son petit bijou médiéval, dont les premières pierres datent, selon toute vraisemblance, du XIVe ou du XVe siècle. Une vente aux enchères aura lieu ce jeudi. Le futur acquéreur ne manquera pas d’être sensible aux charmes de cette demeure d’exception d’une surface habitable de 800 m2, pour peu qu’il débourse près de 18 millions de francs, montant estimé de la transaction.

A la recherche du passage secret…

Dans l’aile sud du château, l’actuel propriétaire a réaménagé toutes les pièces avec goût en y intégrant ses collections privées: tableaux, fresques, meubles anciens. Au second étage, la salle des chevaliers laisse le visiteur pantois d’admiration par sa riche décoration (voir image ci-dessous), mais aussi par ses poutres en bois d’épicéa qui datent de 1558 et qui sont moulurées de manière très détaillée. «Monsieur Lombard est un véritable passionné d’histoire et il a voulu apporter sa touche personnelle à cette résidence secondaire», précise Valérie Prélaz, chargée de la vente du bien immobilier.

Les appartements privés se situent dans l’aile ouest de l’édifice. Et là aussi, le visiteur ne peut qu’être charmé par la splendeur de la décoration: tentures et tableaux ornent le salon qui donne une vue imprenable sur la plaine de l’Orbe.

Par ailleurs, une ferme attenante de 1200 m2 habitable, composée de six appartements destinés à la location, est également soumise à la vente aux enchères. La salle de réception, son chandelier majestueux, l’œuvre de Tingely et les boîtes à musique en charmeront plus d’un.

Quant au passage secret, on a tenté de déverrouiller la porte, en vain…

 

Valérie Beauverd