Logo

La Ville veut créer sa société de chauffage à distance

6 décembre 2019 | Edition N°2640

Les autorités de la Cité thermale souhaitent développer leur réseau d’énergie renouvelable. Un projet qui s’élève à plus de dix millions de francs.

Près de douze millions de francs. C’est le capital de départ de Y-CAD SA, la société que voudrait créer la Municipalité d’Yverdon-les-Bains. Le but de l’entité? Permettre à la Cité thermale de développer son réseau de chauffage à distance (CAD), tout en s’associant à une entreprise active dans le milieu de l’énergie.

Ainsi, la Ville a choisi les Services Industriels de Genève (SIG) comme partenaire pour lancer Y-CAD (comprendre Yverdon-les-Bains Chauffage à distance). La société lémanique en sera actionnaire à 20,1%, alors que la commune possédera les 79,9% restants. Le projet doit cependant être validé par le Conseil communal entre fin février et début mars de l’année prochaine. En cas d’avis positif, l’entité pourrait être officiellement créée au premier semestre 2020. «Nous sommes confiants quant à la position qu’adoptera l’organe délibérant, confie le municipal chargé du Service des énergies, Pierre Dessemontet. Il saura reconnaître l’importance de ce projet et notre association avec une société aussi sérieuse que SIG a de quoi rassurer.»

Apport en nature

Plus précisément, Yverdon-les-Bains investira 9,4 millions de francs dans Y-CAD. Cette somme représente principalement des apports en nature, constitués des réseaux de chauffage à distance déjà propriétés de la Ville.   Ainsi, le CAD-Lotus (1,1 million de francs), qui alimente notamment le Centre thermal, le CAD-STEP (6,6 millions de francs), situé proche de la caserne des pompiers et le CAD-Santal (1,2 million de francs), pas encore réalisé mais qui fournira entre autres le quartier Pierre-de-Savoie, font tous partie du capital de la société. À ces biens, la Ville investira encore 500 000 francs en liquide. Les SIG, eux, verseront 2,4 millions de francs pour lancer l’entité.

Si la société Y-CAD s’occupera de la gestion de trois sites de chauffage à distance lors de sa création, les autorités yverdonnoises comptent bien faire grimper ce chiffre à sept. Quatre autres projets de CAD ont déjà été identifiés dans la Cité thermale. À terme, la Municipalité envisage même de raccorder au réseau les communes voisines qui le souhaitent.

«La seule solution»

Mais pourquoi vouloir créer une société anonyme? «C’est l’unique solution, assure Pierre Dessemontet. Depuis plusieurs années, Yverdon-les-Bains fait tout pour développer son réseau de chauffage à distance. Mais nous ne pouvons plus investir seuls.» Le municipal est soutenu par le syndic, Jean-Daniel Carrard. «Nous avons de nombreuses envies, mais un problème se pose toujours: le financement, constate l’édile. Aujourd’hui, nous présentons une solution à ce problème.» En transférant les actifs liés à ses différents sites de chauffage à distance dans la nouvelle société, la Ville peut ainsi développer son programme énergétique sans augmenter son endettement pour autant.

Ces projets sont essentiels à la stratégie d’Yverdon-les-Bains en termes d’énergie. «Nous visons la couverture de 30% des besoins énergétiques par des ressources renouvelables locales, note Pierre-Alain Kreutschy, du Service des énergies. Or les trois CAD qui seront gérés par la nouvelle société représentent presque un tiers de cet objectif.»

Massimo Greco