Logo

Le cap Nord pour le Bonheur

7 octobre 2016 | Edition N°1844

Aventure – Alain Zwahlen se rendra d’Yverdon en Norvège et retour à vélo, l’an prochain. Un périple de 8575 km pour lequel il récoltera des fonds en faveur de l’association Porte-Bonheur, qui vient en aide aux enfants orphelins de Suisse.

Aventure – Alain Zwahlen se rendra d’Yverdon en Norvège et retour à vélo, l’an prochain. Un périple de 8575 km pour lequel il récoltera des fonds en faveur de l’association Porte-Bonheur, qui vient en aide aux enfants orphelins de Suisse. ©Michel Duperrex

Aventure – Alain Zwahlen se rendra d’Yverdon en Norvège et retour à vélo, l’an prochain. Un périple de 8575 km pour lequel il récoltera des fonds en faveur de l’association Porte-Bonheur, qui vient en aide aux enfants orphelins de Suisse.

La mythique falaise du cap Nord, à l’extrémité de la Norvège. Beaucoup rêvent de s’y rendre, comme Alain Zwahlen. L’Yverdonnois ne prendra pas l’avion, mais son vélo, l’an prochain, direction le bout du bout de la Scandinavie. Il a, surtout, décidé de donner un sens à son aventure,en roulant en faveur de l’association Porte-Bonheur, qui vient en aide aux enfants orphelins de Suisse… notamment en leur permettant de réaliser leurs rêves.

Le bonhomme de 48 ans est un habitué des défis. De 2008 à 2012, il a parcouru les Amériques (35 000 km à vélo, 80 000 au total) en plusieurs étapes. Le déclic lui était venu quelques années plus tôt lorsque, au Laos, il avait fait la connaissance d’un Français qui parcourait le monde sur sa petite reine. Ce dernier avait transmis le virus au Nord-Vaudois. Les deux amis avaient parcouru 750 km côte à côte en Thaïlande.

Cartes postales

Lors de son périple sur les continents américains, Alain Zwahlen vendait des cartes postales des lieux où il passait. Il en avait envoyé environ un millier. Cette fois,le bénéfice des cartes qu’il expédiera du cap Nord reviendront à l’association qu’il soutient. «J’avais été bénévole pour elle»,se souvient celui qui présentera son périple sur un stand, lors du Festival Porte-Bonheur, ce soir et demain, à La Marive. «Mon objectif est de recueillir, via des donateurs, au moins 1500 francs pour l’association.» Pour parvenir à récolter cette somme, il a encore une année : il débutera son voyage aller-retour d’Yverdon à la Norvège le 15 mars prochain. Il avalera les 8575 km à son programme en six à huit mois, pour un retour prévu entre septembre et novembre 2017. Il ne fera qu’une petite parenthèse,pour le mariage de sa fille, entre juillet et août. Il rentrera alors d’Helsinki en avion, avant d’y repartir.

Durant son tour, même tout au nord, il dormira principalement «à la bonne franquette», en pleine nature,avec son équipement imperméable. Sa traversée l’emmènera en Norvège via l’Allemagne et la Suède. Il passera par les pays baltes au retour. Se retrouver au milieu des loups ne lui fait pas peur, l’anecdote lui est déjà arrivée au Etats-Unis. L’ours, c’était au Canada…

Son voyage n’est pas une course contre la montre. Mais le cycliste a tout de même prévu d’arriver au cap Nord le 21 juin, pour admirer le solstice d’été, le soleil qui ne se couche jamais. Il lui faudra, ensuite, redescendre rapidement sur la Finlande, pour ne pas manquer les noces de sa fille. «En général,je parcours entre 50 et 90 km par jour. Cela me laisse le temps de découvrir,de m’arrêter pour prendre des photos et de parler avec les gens, précise Alain Zwahlen. Un tel rythme favorise les rencontres.» Ce qu’il recherche avant tout.

Avant son départ, l’Yverdonnois va se préparer en Thaïlande, où il a ses habitudes, durant cinq mois cet hiver. «Je vais beaucoup y rouler et marcher, pour perdre les 15 à 20kilos nécessaires», se marre-t-il.

Pour le cap Nord, Alain Zwahlen prévoit un budget de 30 francs par jour, soit environ 1000 francs mensuels, essentiellement pour manger et dormir. Ce rentier AI financera son périple par ses propres moyens. «Je ne peux plus travaille rà cause d’un problème de santé, et ça ne me plaît pas du tout. A la maison, je m’ennuie», déclare celui qui a décidé de donner de son temps en faveur des orphelins.

Enregistrer

Manuel Gremion