Logo

Le foot des talus devrait pouvoir reprendre

4 mars 2020 | Edition N°2697

Alors que la Swiss Football League a décidé lundi d’interrompre les championnats de Super League et de Challenge League jusqu’au 23 mars, les ligues inférieures ont reçu le feu vert des instances vaudoises du ballon rond.

Jouera ou ne jouera pas? De nombreux clubs nord-vaudois étaient dans l’attente de savoir s’ils seraient bel et bien autorisés à fouler les pelouses ce week-end. Tandis que les précautions liées aux risques de propagation du coronavirus se multiplient au sein des instances sportives, avec notamment le report de l’ensemble des matches de football des deux premières divisions suisses, les ligues inférieures savent désormais à quelle sauce elles vont être mangées.

Des matches à rattraper ce week-end

«Hier, on ne jouait pas. Aujourd’hui, oui. Demain? On ne sait pas.» Gilbert Carrard, président de l’Association cantonale vaudoise de football, résume parfaitement le flou qui entoure les matches des différentes divisions helvétiques. Alors que l’Association suisse de football s’est montrée évasive lors de sa dernière communication (voir encadré), l’ACVF, de concert avec le Canton, a délivré aux clubs l’autorisation de fouler les pelouses dans la mesure où ils remplissent les conditions émises par la Confédération. Une permission qui pourrait tomber à l’eau si de nouvelles directives de l’Office fédérale de la santé publique (OFSP) tombaient d’ici ce week-end.

«L’ASF devrait donner des consignes claires à tout le monde. On baigne dans l’inconnu», constate Marc Roulin, président du FC Champagne-Sport, un club qui devrait normalement rattraper ce week-end des matches déjà reportés en novembre dernier, en 2e et en 4e ligue.

Le FC Champvent est dans le même cas de figure. Sa première équipe est supposée recevoir ce dimanche Haute-Broye pour le compte des huitièmes de finale de la Coupe vaudoise. «Ce serait bien de pouvoir jouer, comme ça on ne s’est pas préparés pour rien», glisse Philippe Demarque, entraîneur de l’équipe fanion chanvannaise.

Alors que dans les petites divisions l’affluence ne dépasse que très rarement la centaine de spectateurs, chacun s’accorde à dire que des reports seraient exagérés. «Ce serait un peu le sketch. Le week-end dernier, il y a eu Real Madrid – Barcelone. Le match a réuni des milliers de spectateurs sans problème», fait remarquer le coach de Champvent. Même son de cloche chez Marc Roulin, étonné de la tournure des évènements: «Il s’agit d’une psychose. Cela me semble illogique que des enfants puissent aller à l’école et dans des lieux publiques, mais qu’ils soient interdits de stade. Chaque club est assez grand pour pouvoir prendre ses précautions.»

YS craint le pire

En Promotion League, Yverdon Sport se retrouve dans le flou, la Première League attendant les recommandations des autorités fédérales. «On est des compétiteurs. Ce qu’on veut, c’est jouer au football. On ronge notre frein. La trêve était déjà longue. C’est difficile autant pour le staff que pour les joueurs», concède le président Mario Di Pietrantonio. Celui-ci s’est d’ailleurs montré particulièrement préoccupé par les répercussions qui pourraient impacter son équipe, actuellement leader de la troisième division du pays. «C’est vrai que si on arrête maintenant, on est en bonne position. Le scénario le plus catastrophique serait celui d’une annulation du championnat et qu’on ne nous accorde pas la promotion.»

 

YS reporte son souper de soutien

Initialement prévu le 13 mars prochain, Yverdon Sport a décidé de reporter sa soirée de gala au 15 mai. Les humoristes Cuche et Barbezat, ainsi que les anciens skieurs Roland Collombin et Philippe Roux se joindront aux festivités.

 

L’ASF fait le point sur les compétitions

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) ainsi que la Conférence suisse des directrices et directeurs de la santé (CDS) élaborent actuellement des recommandations uniformes, valables dans toute la Suisse, concernant les manifestations réunissant moins de mille personnes. L’Association suisse de football (ASF) espère une issue qui supprimerait la nécessité d’obtenir une autorisation pour chaque match. Ceci permettrait à l’ASF, à la Première Ligue et à la Ligue Amateur de poursuivre leurs compétitions respectives sans contraintes.

En attendant, pour chaque match impliquant moins de 1000 personnes, une évaluation des risques doit être effectuée dans chaque canton avec l’autorité compétente. La tenue des entraînements reste de la responsabilité des clubs eux-mêmes.

Dès que l’OFPS et la CDS auront émis leurs recommandations, l’ASF donnera les informations quant aux déroulements futurs des différents championnats. Com.

 

Florian Charlet