Logo
Le refuge du «Pic mar» et son pied de nez au WWF
Le «Pic mar» fait probablement partie des refuges avec les plus belles vues de la région.

Le refuge du «Pic mar» et son pied de nez au WWF

30 avril 2021

Le tout nouveau refuge communal a été inauguré mardi dernier. Avec un nom qui pique un peu l’ONG.

Un nom d’oiseau qui n’est pas une insulte, mais une petite pique de la part de la Commune de Cheseaux-Noréaz à l’ONG WWF. Les autorités ont inauguré la semaine dernière leur tout nouveau refuge, le seul sur le territoire communal qui leur appartient vraiment (ndlr: L’Escarbille est propriété d’Yverdon, et le refuge de Clar-Chaney de Villars-Epeney). Le «Pic mar», c’est le nom du nouveau bâtiment, fait référence au volatile du même nom que l’organisation de défense des animaux voulait protéger en faisant opposition au projet. «Je n’ai jamais vu de Pic mar ici, mais désormais, il y en aura au moins un!» a déclaré avec humour Denis Schneider, syndic du village, lors de l’inauguration du lieu.

Le projet est né il y a environ deux ans, lorsque l’Association des intérêts de Cheseaux-Noréaz a décidé d’investir dans le développement du tourisme local. «C’est Gilles Hurni et Claude Gilliéron, respectivement président et caissier de l’association, qui sont venus nous voir pour la création de ce refuge, précise le syndic. Même s’il y a déjà deux refuges sur notre territoire, nous avons le droit d’avoir le nôtre, donc le projet a été lancé.»

Au départ, la création du bâtiment est aussi vue comme l’occasion d’acheter des terrains en zone forestière. «Mais le propriétaire n’a pas voulu vendre, alors nous avons déplacé le projet où il se trouve actuellement, sur une parcelle communale», détaille Denis Schneider. C’est donc au chemin de Chantemerle 2 que se trouve la construction, juste avant que la route ne s’enfonce dans la forêt.

Une position qui offre une vue formidable sur le lac de Neuchâtel, mais qui a aussi poussé certains habitants à faire opposition. Ils craignaient que le trafic ne soit trop conséquent sur la petite route qui mène au refuge. «C’est aussi pour cela que nous avons choisi de créer un refuge pour une quarantaine de personnes et pas plus, explique le syndic. Et cette taille complète bien l’offre de refuges sur le territoire, avec L’Escarbille qui peut accueillir bien plus de monde et Clar-Chaney qui est plus petit. Cela fait 30 ans qu’on parle de ce refuge, je suis heureux de voir qu’on arrive au bout aujourd’hui.»

Au niveau des coûts, c’est l’Association des intérêts de Cheseaux-Noréaz qui a assumé les 70% de la facture, qui s’élève au total à 340 000 francs, bien que le bâtiment soit propriété de la Commune. Pour ce prix, le refuge est relié à l’électricité et à l’eau. De quoi accueillir jusqu’à 40 personnes dans un confort moderne, à l’image de la cuisine équipée ou du grill qui sera installé dehors. Mais les chanceux qui loueront le refuge ne seront pas les seuls à pouvoir en profiter. «Nous avons mis des tables à l’extérieur afin d’en faire une étape pour les promeneurs qui se rendent par exemple au sentier Forêvasion (ndlr: un parcours réalisé par des écoliers yverdonnois il y a plus de dix ans).

Les réservations devraient être ouvertes d’ici quelques jours, via le site de la Commune, pour une première location prévue aux alentours du mois de juin. Les tarifs sont de 200 francs pour un habitant de Cheseaux-Noréaz et de 250 francs pour les autres.

Massimo Greco