Logo

Le resto de la patinoire a pris l’eau

4 décembre 2018 | Edition N°2388

Yverdon-les-Bains –  L’établissement est fermé depuis hier, à la suite d’une inondation. Un énième problème qui met les nerfs du gérant à rude épreuve.

Privé temporairement de son outil de travail, Deniz Dinc est on ne peut plus remonté: «Je n’ai jamais vu un truc pareil de ma vie!» © Carole Alkabes

«Ce restaurant, c’est mon gagne-pain et j’ai des employés ainsi qu’un bail à payer: je ne peux pas continuer comme ça!» Deniz Dinc ne décolère pas. Dimanche, le gérant du restaurant de La Patinoire d’Yverdon-les-Bains a pataugé au milieu de son établissement, tout comme ses clients. En raison d’infiltrations d’eau, une petite pluie s’est en effet abattue à l’intérieur du bâtiment. La semaine dernière, il avait déjà connu pareille mésaventure et avait même été privé momentanément d’électricité. Cette fois-ci, la coupe est pleine: «Dimanche, comme il pleuvait dedans, au moins quinze personnes sont reparties sans manger», déplore le gérant. Depuis, l’établissement est fermé pour être remis en état.

Si Deniz Dinc est si remonté, c’est qu’il assure que les soucis se sont enchaînés depuis qu’il a repris le restaurant, en mai 2017: «Ça fait un an que je dis qu’il y a des problèmes et qu’il faut les régler au plus vite», explique-t-il, évoquant notamment des odeurs nauséabondes émanant des sanitaires. Et il n’est pas resté les bras croisés puisqu’il a multiplié les courriels à l’adresse de la gérance communale, responsable du complexe.

Chef du Service des bâtiments, Thomas Czáka indique que la Ville a effectivement été informée d’un certain nombre de défectuosités, dont certaines ont été réparées ou sont en voie de l’être. «La situation est actuellement sous contrôle», assure-t-il. La semaine dernière, des travaux ont déjà été entrepris pour tenter de contenir les infiltrations, sans que le problème n’ait toutefois pu être totalement résolu. La difficulté tient à la configuration de ce bâtiment vétuste: «Le restaurant est une sorte de boîte contenue dans une plus grande boîte, soit la patinoire. Ce n’est pas toujours évident de déterminer où ça fuit et quel est le parcours de l’eau», image Thomas Czáka. Les infiltrations ne viendraient d’ailleurs pas de la toiture, mais des chéneaux situés sur les côtés.

Toujours est-il que cette fermeture entraîne un manque à gagner pour Deniz Dinc. «Tant que les travaux ne sont pas terminés, je n’ouvre pas car je ne peux pas travailler correctement», assure-il. Quant à la possibilité d’un dédommagement, elle sera évaluée une fois que la source des infiltrations et les responsabilités de chacun seront identifiées, indique Gloria Capt, municipale chargée des bâtiments.

Caroline Gebhard