Logo

Le stationnement à la plage, un sujet toujours sensible

27 mai 2020 | Edition N°2736

Yvonand - À la suite d’un malentendu concernant le mode de paiement pour les touristes, le ton est monté lors du Conseil communal, lundi soir. Mais une solution a été trouvée.

À l’instar des passionnés de paddle qui s’y stationnent, les places de parc situées en zone lacustre ont un peu fait ramer le Conseil communal d’Yvonand, lundi soir. La Municipalité a annoncé qu’elle reconduisait le système de stationnement payant aux abords des plages les samedis et dimanches dès le début du mois de juin et jusqu’à mi-septembre.

L’installation de six horodateurs était prévue sur l’avenue des Pins, ainsi qu’un ou deux parcmètres à la plage de Goncerut. «À cause du Covid, nous devons repousser leur pose, le fournisseur ne pouvant pas nous livrer avant mi-juillet, regrette le municipal chargé du dossier, Guy-Daniel Beney. Des vigiles seront donc postés à l’entrée et vendront des tickets journaliers à 5 francs. C’est dommage car les frais engagés cette année sont en quelque sorte perdus, puisque l’installation des horodateurs devra de toute façon être effectuée.» Le sens unique en direction du village à l’avenue des Pins est lui aussi reconduit, mais seulement après le port et également la semaine. Contrairement à l’année passée, il faudra payer cet été pour accéder à Goncerut.

Pour l’édile, l’arrivée ces derniers jours des kitesurfers – dont les minibus dépassent parfois largement les places –montre bien la nécessité du modèle de stationnement payant. «Le but est notamment d’accroître la sécurité en assurant un passage aux services de secours», indique le municipal.

Tickets en vente au camping

C’est le système de vigile qui a fait tonner le conseiller communal Bernard Krieger, également en charge de la gestion du camping de la Menthue. «Ce n’est pas acceptable de demander à des touristes de se lever le matin et de se rendre au bout de l’avenue des Pins pour prendre un ticket. Ce n’est pas ce qui avait été discuté dans la commission consultative.» Et Guy-Daniel Beney de s’expliquer: «La pandémie a modifié nos plans, ce qui nous a forcés a opérer des changements.»

Cependant, au terme de la séance, l’ambiance s’est rapidement calmée. «Il y a eu un problème de communication, assure le municipal. Des tickets seront bel et bien en vente à l’accueil du camping.»

Massimo Greco