Logo

Un legs au bénéfice des arbres fruitiers

13 février 2017 | Edition N°1933

Fontaines-sur-Grandson – De nombreuses réserves naturelles de Pro Natura Vaud ont pu être créées grâce à des legs. L’organisation a ainsi participé au projet «SOS Vergers» en faveur de la replantation d’arbres fruitiers.

L’organisation Pro Natura Vaud a hérité de ce verger, où elle a planté des arbres hautes tiges de différentes variétés. ©Carole Alkabes

L’organisation Pro Natura Vaud a hérité de ce verger, où elle a planté des arbres hautes tiges de différentes variétés.

Au moment de rédiger leur testament, de nombreuses personnes choisissent de léguer leurs biens à leurs descendants, mais font également des dons à des institutions dont elles partagent les convictions. Diverses organisations lancent régulièrement des appels aux legs, afin de récolter des fonds. Si cette démarche peut paraître étonnante, il faut savoir qu’en l’absence de testament ou de pacte successoral, la succession est répartie conformément aux dispositions du Code civil suisse et s’il n’y a aucun héritier, la totalité des biens de la personne décédée reviennent à l’État.

Pour le patrimoine naturel

Dans le but d’assurer la pérennité de la protection de nombreux espaces naturels, Pro Natura Vaud a développé une «stratégie d’acquisition» des sites qui, selon elle, méritent protection. L’organisation fait non seulement appel aux dons, mais également aux legs. «Nous informons régulièrement nos membres qu’une telle possibilité existe, affirme Michel Bongard, secrétaire exécutif de Pro Natura Vaud. Un legs permet de céder des valeurs matérielles telles que des titres, des objets d’art, des biens immobiliers ou un certain montant en faveur de la sauvegarde du patrimoine naturel.»

Décédé en 2013, François Cruchaud a légué sa fortune et ses biens fonciers à Pro Natura Vaud. Outre l’alpage de la Cruchaude, qu’il possédait au-dessus de Mauborget, cet habitant de Fontaines-sur-Grandson a également octroyé trois bâtiments et des terrains agricoles en faveur de l’organisation de protection de la nature pour une valeur de plus de 1,7 million de francs. Syndic de la Commune où résidait le défunt, Kurt Peterhans salue une telle démarche : «François était une personne très proche de la nature. A titre personnel, c’est une excellente initiative d’avoir légué ses biens à Pro Natura Vaud, une organisation qui lui tenait particulièrement à coeur», confie l’édile.

Est-ce qu’une telle démarche est fréquente ? Michel Bongard répond par l’affirmative : «Nous recevons des legs de ce type environ une fois par an. Ce sont, en général, des personnes sans héritier qui possèdent des parcelles ou des biens immobiliers.» Au fil du temps, Pro Natura Vaud a, ainsi, constitué un véritable patrimoine naturel grâce aux legs.

Deux vergers replantés

L’organisation de protection de la nature, en partenariat avec l’association Rétropomme (lire ci-dessous), a planté deux vergers hautes tiges sur des parcelles héritées de François Cruchaud, situées sur les hauteurs du village. «L’un des vergers a un but conservatoire, alors que l’autre est destiné à la production de fruits que l’exploitant pourra vendre», explique Ludovic Longchamp, responsable des réserves naturelles de Pro Natura Vaud, à Fontaines-sur-Grandson.

Dans le premier verger, 21 arbres ont été plantés, en automne 2015, grâce à l’aide des civilistes de Rétropomme et d’Olivier Roulet, agriculteur en charge de l’entretien des arbres fruitiers. «Les variétés ont été choisies parmi les plus anciennes que nous avons trouvées dans la région», poursuit Ludovic Longchamp. Quant au deuxième verger, les variétés de fruits ont été choisies en fonction de leur qualité gustative. En novembre dernier, 45 arbres ont été plantés. Ils seront également entretenus par le même agriculteur.

Par ailleurs, la démarche de Pro Natura Vaud a également suscité l’intérêt de la Commune de Fontaines-sur-Grandson. «Nous avons planté un verger communal avec une soixantaine d’arbres, tels que pommiers, poiriers, pruniers, affirme Kurt Peterhans. Par ailleurs, plusieurs propriétaires ont mis leurs parcelles à disposition pour accueillir de jeunes arbres fruitiers. «La Commune et les particuliers vont collaborer étroitement avec l’association Rétropomme et suivre un cours de taille, d’ici fin mars», conclut le syndic.

Pour tout renseignement : 021 963 19 55 ou pronatura-vd@pronatura.ch.

Sauvegarder les arbres fruitiers de la région

En 2009, Rétropomme a lancé, avec le soutien financier du Fond suisse pour le paysage (FSP), «SOS Vergers». Ce projet encourage les propriétaires à replanter des arbres fruitiers. A la condition de planter au minimum 25 arbres hautes tiges, l’association fournit une aide technique et financière à la plantation du verger, offre des conseils pour le choix des variétés et des cours de taille, ainsi qu’un suivi des arbres durant cinq ans. Les personnes désireuses de planter un petit nombre d’arbres ne sont pas écartées, puisque leur demande ont été regroupées, afin d’atteindre l’objectif de 25 arbres.

Par ailleurs, dans ces cinq vergers conservatoires, Rétropomme rassemble plus de 700 variétés de fruits, dont la plupart sont menacées de disparition.

Plus d’informations sur le site : www.retropomme.ch ou au 032 724 61 92.

 

Les variétés de fruit du verger conservatoire

Pro Natura Vaud et Rétropomme ont planté 21 arbres à Fontaines-sur-Grandson. Parmi ceux-ci, on compte :

– Pomme Durette, de Baulmes ;

– Pomme Normande, de Baulmes ;

– Pomme de Fer, de Provence ;

– Pomme Court-Pendu, de Fiez ;

– Pomme Vieille Châtaigne, de Fiez ;

– Pomme Citron d’Hiver, de Villars-Burquin ;

– Pomme Reinette Grise vaudoise, de Cheseaux-Noréaz ;

– Cerise Rouge du Jura, d’Yvonand ;

– Poire Rouge de Romairon ;

– Prune Longue-Douce, de Fresens ;

– Prune Abricot, d’Arrissoules ;

– Coing Pomme, de Fontaines-sur-Grandson

– Poire Prodige, de Fresens ;

– Poire Fondante des Bois, de Cheseaux-Noréaz ;

– Prune de la Saint-Jean, de Pomy.

Valérie Beauverd