Logo

L’électrochoc de Grandson se nomme Stéphan Cornu

6 octobre 2017 | Edition N°2096

Football – 2e ligue – Le Baulméran est le nouvel entraîneur du FCGT. Il remplace Daniel Costescu, victime des mauvais résultats de la première équipe, mais qui gardera une place au sein du club. Ilir Hoxhaj reste assistant.

Stéphan Cornu va s’impliquer à fond pour sauver Grandson, actuel dernier du groupe 1 de 2e ligue. ©Gabioud-a

Stéphan Cornu va s’impliquer à fond pour sauver Grandson, actuel dernier du groupe 1 de 2e ligue.

C’est avec beaucoup d’élégance que Daniel Costescu s’est retiré du banc du FC Grandson-Tuileries. L’homme avait gentiment accepté de prendre les rênes de la première équipe après le départ de Carlos Rangel, l’été dernier. Sauf que les résultats attendus ne sont jamais arrivés : huit matches, trois points, une dernière place au classement et une élimination en Coupe vaudoise. Alors, lorsque le président Yannick Schelker est venu le voir, en début de semaine, celui qui a été un grand attaquant a tout de suite compris. «C’est mieux comme ça. L’équipe a beaucoup de potentiel, mais elle avait besoin d’un électrochoc», a-t-il simplement dit, avant de souhaiter bonne chance à tout le monde, dont son successeur. Classe.

 

Souvent au bord du terrain

 

Son successeur, c’est Stéphan Cornu, bien connu dans la région pour avoir entraîné Yverdon Sport, Baulmes et Echallens, notamment. Surtout, le technicien a été aperçu plus d’une fois du côté des Tuileries depuis une année. Prévoyait-il son arrivée à la tête de la «une» depuis tout ce temps ? Non, simplement que son fils, Antony, en est le gardien, et qu’il apprécie le voir à l’oeuvre. Ainsi, le nom de celui qui n’a plus de club depuis son départ d’Echallens, en juin dernier, circule fréquemment au bord du terrain du FCGT.

«On peut dire que se sont les gens qui suivent Grandson qui ont rendu ça possible, explique le nouveau boss de la première équipe. Tout le monde a bien vu que les résultats n’étaient pas au rendez-vous cette saison. Et je n’ai jamais caché que le rectangle vert me manquait. Donc mon nom est remonté assez naturellement au sein du club. D’autant plus qu’il m’arrive de croiser, professionnellement, Carlos Rangel, ce qui a encore facilité le contact.»

L’entraîneur baulméran a déjà pu donner l’entraînement mardi soir, juste après avoir serré la main du président. Son premier test, lui, est prévu demain à 19h. Les Bocans recevront Crissier, un adversaire qui ne devrait prétendre à rien d’autre qu’à lutter pour son maintien. Autant dire que, si Stéphan Cornu n’a reçu aucun objectif comptable, une victoire serait de loin la meilleure façon de débuter son aventure grandsonnoise, à durée indéterminée.

 

«Ce sont les gens qui suivent Grandson qui ont rendu ça possible.» Stéphan Cornu

 

Car le technicien ne s’en est jamais caché : il est ambitieux. Il a connu la 1re ligue, il y a rencontré un certain succès et il a toujours tendu une oreille attentive aux propositions qui émanent de plus haut. C’était vrai hier, ça l’est encore aujourd’hui. «Mais ça ne m’a jamais empêché de diriger avec tout mon sérieux les équipes que j’ai entraînées.» Vrai. La saison dernière, l’homme a appris qu’il serait remplacé, au terme de l’exercice, par Alexandre Comisetti à six matches de la fin du championnat. Les six derniers résultats d’Echallens ? Trois victoires, un nul et deux défaites, alors que l’équipe n’avait plus rien à jouer, le tout en proposant un jeu de qualité.

Pour l’instant, Stéphan Cornu est à Grandson, il va s’y investir à fond, et son expérience est une excellente nouvelle pour la «une». Il n’y a pas encore urgence, mais les Grandsonnois doivent commencer à enchaîner les résultats, et le Baulméran peut être l’homme de la situation. «Le club sait à quoi s’attendre. Mais, si ça se trouve, j’y entraînerai encore dans cinq ans.»

 

L’avant-match

 

Le point avec les équipes de la région

 

Promotion League

 

La Chaux-de-Fonds – Bavois, samedi à 16h à la Charrière.

 

Les deux équipes ont douze points, elles marquent peu et encaissent peu : tout indique que le duel sera très disputé, demain, à «La Tchaux». Bavois devra faire sans Demiri, suspendu pour cette rencontre. Le déplacement à La Chaux-de-Fonds est toujours un peu particulier, puisque le FCC est l’une des rares formations, à ce niveau, à évoluer sur une pelouse synthétique. M. G. ■
 

Old Boys – Yverdon Sport, dimanche à 14h à la Schützenmatte, Bâle.

 

YS a perdu deux hommes en défense centrale, samedi dernier contre Stade-Lausanne. Si De Pierro a pu reprendre l’entraînement -il reste toutefois un peu gêné à son épaule endolorie-, Marque sera absent pour plusieurs semaines. Le Français, qui en est à sa troisième blessure cette saison, doit passer des examens approfondis. «Il va faire un check-up complet, afin de savoir ce qui ne va pas, souligne l’entraîneur d’YS Anthony Braizat. C’est le genre de démarches que le club devra entreprendre à l’avenir, afin de faire un pas de plus dans son développement.» Le président Mario Di Pietrantonio n’a pas caché qu’il craignait que Marque, qui souffre d’une déchirure à un mollet, ne revienne pas au jeu cet automne.

Dimanche, Lusuena sera de retour de suspension. Les deux nouvelles recrues, Doumbia et Caslei, ne seront qualifiées que la semaine prochaine. Gudit est toujours indisponible. «Old Boys est une équipe accrocheuse, avertit Anthony Braizat. En plus, on va jouer à un horaire inhabituel, c’est pourquoi on va s’entraîner à la même heure la veille.» M. G. ■

Enregistrer

Enregistrer

Florian Vaney