Logo
Les députés vaudois approuvent massivement la résolution pour le maintien des Ateliers CFF dans le Nord vaudois
Les Ateliers CFF. © Michel Duperrex

Les députés vaudois approuvent massivement la résolution pour le maintien des Ateliers CFF dans le Nord vaudois

26 janvier 2021

Une interpellation de Stéphane Balet (PS), suivie immédiatement d’une résolution de Rémy Jaquier et de Jean-Daniel Carrard, respectivement ancien et actuel syndic d’Yverdon (tous deux PLR): les Ateliers CFF ont été au coeur du débat mardi après-midi au Grand Conseil vaudois.

“Par la présente résolution, le Grand Conseil invite le Conseil d’Etat à tout mettre en œuvre auprès de la nouvelle direction générale des CFF, avec l’aide des élues et élus vaudois à Berne, pour conserver les emplois hautement qualifiés des Ateliers CFF à Yverdon-les-Bains ou dans le Nord vaudois”, tel est le texte de la résolution que Rémy Jaquier et Jean-Daniel Carrard ont proposé à leurs 149 collègues députés de soutenir. Ceux-ci les ont massivement suivi, à une abstention près. Tous les partis et toutes les régions ont donc soutenu les députés du Nord dans ce dossier.

Pour rappel, la direction des Ateliers CFF a écrit à ses employés en début d’année, leur annonçant que l’activité du site était susceptible de subir quelques changements dans les prochains temps. Une perspective qui a fait largement réagir, notamment au niveau politique. Des interventions sont également en cours au Conseil national, tout comme au Conseil communal d’Yverdon-les-Bains.

La conseillère d’Etat Nuria Gorrite s’est exprimée devant le Grand Conseil à l’issue de ces intervention, juste avant le vote des députés. “Je vous remercie de vos prises de position respectives en faveur de l’emploi et du savoir-faire. Le Conseil d’Etat travaille de manière intense. Il ne s’agit pas d’une volonté des CFF de délocaliser. La flotte des CFF s’agrandit. Il est logique qu’une entreprise cherche à industrialiser pour augmenter son volume de travail. Or, les Ateliers d’Yverdon sont sur une parcelle contrainte, notamment par l’inventaire des bâtiments. Leur démolition est interdite. Nous sommes dans l’évaluation de sites alternatifs”, a indiqué la présidente du Conseil d’Etat.

Rédaction