Logo

«Les gens doivent se montrer plus patients»

22 avril 2016 | Edition N°1728

Football – 1re ligue – La saison est terminée pour Steve Samandjeu, blessé, qui manquera la rencontre face à son ancien club, Echallens, demain. Malgré les vents contraires, il sait YS capable de s’imposer.

C’est un colosse qui fait son apparition dans le restaurant du Stade Municipal. Du haut de son mètre nonante, Steve Samandjeu sourit, mais peine à masquer la douleur, grimaçant au moment de prendre place. «Les nouvelles ne sont pas bonnes, lâche, dépité, le défenseur d’Yverdon Sport. Je viens d’avoir des nouvelles de mon médecin. Je souffre d’une déchirure musculaire de huit centimètres à une cuisse. La saison est très probablement terminée pour moi.» Sorti sur blessure lors de la rencontre face à Azzurri, le week-end dernier, le Français d’origine camerounaise sera éloigné des pelouses durant six à sept semaines et manquera, donc, le choc de demain face à son ancienne équipe, Echallens.

Après la perte d’Allan Eleouet, la semaine passée, et de Fatah Ahamada, durant la trêve hivernale, le sort s’acharne sur le club de la Cité thermale. «On joue de malchance, c’est certain, peste le latéral de 27 ans. Je suis surtout frustré que cela arrive à la veille de matches capitaux, au moment où l’équipe a besoin de toute le monde.» D’autant plus que la blessure n’a pas été un élément perturbateur redondant dans la carrière de l’ancien joueur de CFA (4e division française). «Peut-être que le fait d’avoir enchaîné deux matches en une semaine a un peu pesé sur l’organisme», s’interroge-t-il.

«Une équipe sans repère»

Yverdon Sport connaît une période plutôt difficile en championnat. Et, au vu des très nombreux renforts enrôlés cette saison, dirigeants et supporters en attendent plus. Pour Steve Samandjeu, le problème ne se situe pas au niveau de la qualité de l’effectif, mais bien dans les attentes, peut-être trop élevées: «Les gens doivent se montrer plus patients. Beaucoup oublient que la quasi totalité de l’effectif a été changé, puis remanié, par rapport à la saison passée. Le club a un très beau projet, mais c’est une équipe nouvelle, sans repère, qui l’incarne. C’est clair que le groupe doit faire plus, mais cela prend du temps.»

Pour avoir porté le tricot challensois durant deux saisons, entre 2013 et 2015, le no 7 yverdonnois ne manquera pas de saluer de nombreux visages connus, après la rencontre de demain. Assister à ce derby aura, d’ailleurs, une saveur particulière pour celui qui garde un excellent souvenir de son passage dans le Gros-de-Vaud. «Je ne serai jamais assez reconnaissant envers le club de m’avoir donné ma chance à mon arrivée en Suisse, souligne-t-il. C’était un sentiment bizarre de retrouver le stade des Trois Sapins, l’automne dernier. C’est un endroit où je n’ai passé que de bons moments, avec des gens géniaux.»

Actuels 5es ex aequo, YS et Echallens sont au coude-à-coude dans la lutte pour une place de finaliste. «Lors du match aller, nous n’avions pas réussi à nous départager (réd: 0-0). Nous devrons nous imposer, cette fois-ci. D’abord parce que le chemin vers les finales passera obligatoirement par une victoire, mais aussi pour que je puisse un peu chambrer mes anciens coéquipiers», sourit Steve Samandjeu.

Simon Gabioud