Logo

Les maîtres généralistes enseigneront encore en secondaire

14 novembre 2012

Le directeur adjoint en charge des ressources humaines a commis une bourde au Benno Besson.

Les enseignants devraient être rassurés.

«Le directeur général déplore vivement cette erreur et présente ses profonds regrets à celles et à ceux que cette annonce incorrecte a pu inquiéter et fâcher.» Le courrier adressé aux directions des quatre établissements scolaires yverdonnois, lundi, par Alain Bouquet, directeur général en charge de l’enseignement obligatoire au Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC), était on ne peut plus clair.

En effet, l’information donnée vendredi après-midi au Théâtre Benno Besson, à Yverdon-les-Bains, par l’un de ses collaborateurs, le directeur adjoint en charge des ressources humaines, était fausse. Sa réponse a provoqué une vive réaction d’une partie du corps enseignant, qui, en guise de protestation, a quitté la salle (lire La Région Nord vaudois de lundi).

Cette réponse à la question d’une enseignante a été que «dès 2018, les maîtresses et maîtres semi-généralistes ne seraient plus autorisés à enseigner au degré secondaire 9e HarmoS, 10e HarmoS et 11e HarmoS».

Une erreur humaine

Alain Bouquet précise que «ces propos sont erronés et non conformes aux règlements de reconnaissance des diplômes pédagogiques édictés par la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) qui, en date du 9 octobre 2006 et 22 juin 2012, a par deux fois explicitement reconnu que la formation de semi-généraliste permettait d’enseigner au secondaire I».

Porte-parole du DFJC, Michel Fiaux précise qu’il s’agit «d’une erreur humaine», le directeur adjoint incrimé ayant pris ses fonctions il y a peu. On s’étonnera toutefois que l’autre directeur adjoint présent à cette séance n’ait pas rectifié sur-le-champ. Selon Michel Fiaux, il n’a pas eu le temps de réagir et la priorité à été donnée à rétablir le calme et à reprendre le dialongue avec les enseignants restés dans le théâtre.

Isidore Raposo