Logo

Les petits gymnastes pas tous logés à la même enseigne

19 juin 2020 | Edition N°2745

À Chavornay, les groupes parents-enfants ont repris les entraînements en salle. Ceux d’Yverdon Ancienne et de Grandson
ne sont pas aussi chanceux.

Suspendue aux anneaux, une pieuvre orange en ballons surplombe la salle, tandis que des poissons ornent les espaliers. Les monitrices de la FSG Chavornay ont choisi le thème de l’eau pour la reprise de leur groupe parents-enfants. Un haut de caisson sur roulettes transformé en bateau, une installation en forme de vague pour apprendre à faire une roulade, des coquillages à aller chercher en grimpant aux espaliers avant de s’offrir une descente en toboggan sur un banc: une dizaine de duos et deux trios s’en donnent à cœur joie aux différents postes préparés à leur intention.

«On est contents de pouvoir reprendre les entraînements, surtout que ma fille va commencer l’école à la rentrée, donc ce sont ses dernières leçons», glisse Aline, venue avec Axelle, 4 ans, et Soan, 21 mois. L’aînée n’a cependant pas chômé ces dernières semaines, puisqu’elle a profité de cette pause forcée pour apprendre à faire du vélo sans petites roues et pour enseigner à son frère la chanson avec laquelle débute chaque cours parents-enfants. En plus de «jouer à la gym», évidemment.

«On a reçu des vidéos d’enfants en train de chanter la comptine du début ou de réaliser des parcours dans le jardin pendant le confinement, souligne Floriane Waber, en charge du groupe. Quand on nous a d’abord dit qu’on ne pourrait pas avoir la salle avant les vacances, tout le monde était déçu. Mais finalement, on a pu revenir.» Et sans trop de contraintes, puisque seul le câlin de la fin est passé à la trappe.

Des leçons en plein air

Les groupes parents-enfants d’Yverdon Ancienne n’ont pas eu la même chance: la salle dans laquelle ils s’entraînent habituellement n’est actuellement disponible que pour les écoles. C’est donc au bord du lac qu’ils ont décidé de redémarrer leurs activités.

«Je trouvais important de reprendre contact avant l’été, surtout pour les enfants qui ont 4 ans et qui vont quitter le groupe, lance Aurélie-Maude Hofer, monitrice. J’ai eu l’autorisation d’aller chercher du petit matériel dans l’armoire de notre société avant la reprise. Pour le reste, on s’adapte.»

Les petits gymnastes ont ainsi eu droit à un échauffement au son du tambourin, lundi dernier, avant de se mettre en quête de brindilles, d’herbe et de feuilles pour réaliser diverses petites constructions. Une leçon différente des parcours généralement proposés, qui permettent aux enfants de se familiariser avec les anneaux ou les barres parallèles.

«Je trouve plutôt agréable d’être dehors, je suis pour les entraînements à l’extérieur pendant les beaux jours, sourit Ewan Pinault, qui accompagne Luna, bientôt 2 ans et demi. Et c’est surtout bien qu’on ait pu reprendre, cela me permet de partager un moment privilégié avec ma fille.»

Les jeunes Grandsonnois devront, eux, attendre la rentrée scolaire pour pouvoir revenir à la gym. «On a réfléchi à diverses solutions et essayé d’imaginer des jeux qui permettaient de garder une certaine distance. Au final, on s’est toutefois dit que douze paires de parents-enfants dans une salle, qui viennent en plus de différents villages, ça faisait beaucoup», explique Déborah Eggs-Métral.

En attendant, la monitrice de la Gym Grandson entretient le contact grâce à un groupe Whatsapp, sur lequel sont proposés des exercices et des chorégraphies.

Muriel Ambühl